Ça roule…

Qui peut remporter le Tour Down Under ?

La première course World Tour débute le 21 janvier avec le Tour Down Under en Australie avec un joli plateau. Voici les côtes des prétendants à la victoire finale. Voici un petit point après l’étape de Stirling.

 

⭐⭐⭐⭐⭐

Richie Porte – 41e à 10 secondes : vainqueur de l’épreuve en 2017 et deuxième à quatre reprises en 2015, 2016, 2018 et 2019. L’Australien est imbattable depuis 5 ans sur l’arrivée à Willunga Hill. Mais, Richie va devoir prendre un peu d’avance auparavant pour ne pas risquer de vivre le même scénario qu’en 2019. Il comptera sur Kenny Elissonde pour faire un gros rythme au pied des difficultés.

Daryl Impey – 3e à 1 seconde : le sud-africain est le double vainqueur sortant grâce à son pointe de vitesse qui peut lui permettre de prendre des bonifications ou gagner une étape comme à Willunga. Bon puncheur, il est capable de résister sur Willunga Hill. Avec les soutiens d’Adam Yates, deCameron Meyer et de Lucas Hamilton, il aura une équipe forte autour de lui sans sprinteur. 2e à Stirling, il a déjà pris de bonnes secondes de bonification.

 

⭐⭐⭐⭐

Rohan Dennis – 66e à 10 secondes : la condition est là, la recrue de la Team Ineos sera un prétendant sérieux à la victoire surtout avec l’équipe forte autour de lui. Dennis a gagné le général en 2015. Avec des lieutenants comme Sivakov et Lawless, le rouleur Australien aura des hommes forts quand les choses sérieuses vont débuter. Cependant, Lawless peut être une carte joker – 8e à 8 secondes.

Diego Ulissi – 13e à 10 secondes : le puncheur italien a excellente pointe de vitesse et il peut très bien tenir dans Willunga Hill mais il ne fait pas parti des meilleurs dans ces compartiments. 3e en 2014 et 4e en 2018, un podium est largement envisageable si il arrive à prendre quelques bonifications.

Luis Leon Sanchez – 14e à 10 secondes : l’Espagnol est un vrai poison, il peut surprendre son monde cependant il ne pourra pas lutter sur Willunga Hill. 8e en 2018 et 4e en 2019, un top 10 est largement envisageable mais il va falloir se montrer entreprenant pour le podium. L’Espagnol pourra compter sur le puncheur Italien Fabio Felline – 15e à 10″.

 

⭐⭐⭐

 

Jay McCarthy – 9e à 8 secondes : le coureur de la Bora a fini deux fois 3e en 2016 et en 2017 mais sera-t-il capable de faire mieux ? Sa pointe de vitesse est son atout comme il l’a prouvé en 2018 sur la Cadel Evans Road Race. Mais, il est limité quand la route s’élève.

Nathan Haas – 5e à 5 secondes : 4e en 2017 et 5e en 2014, le leader de la Cofidis peut viser un nouveau 5 sauf s’il grille des cartouches pour soutenir Viviani. Mathias Le Turnier est le seul qui pourra le soutenir sur les étapes accidentées. 3e à Stirling, la confiance semble être revenu chez l’Australien.

 

⭐⭐

Dries Devenyns – 26e à 10″ : 5e en 2018 et 10e en 2019,  le Belge misera lui aussi sur un top 10 grâce à sa régularité. Le jeune João Almeida peut également se montrer sur ce type de parcours. Avec la victoire de Bennett le premier jour, Dries aura aucune pression.

George Bennett – 10e à 9 secondes : le grimpeur de la Visma Jumbo est à l’aise sur les arrivées difficiles mais avec une très faible pointe de vitesse.

Michael Storer – le jeune puncheur de 22 ans cherchera à faire mieux que sa 15e place en 2017. 11e à 9 secondes, il semble dans une bonne condition pour réaliser un bon général dimanche.

Ben Hermans – abandon : le double vainqueur Tour d’Autriche a fini 5e en 2013 et sera un coureur protégé chez Israel Start-Up. Sera-t-il assez en forme pour faire un podium ? Le 2e du Tour d’Utah James Piccoli sera son principal lieutenant. Malheureusement, le Belge a été contraint à l’abandon dès la deuxième étape. Le Canadien reste donc la carte la plus sûre pour le général – 34e à 10″.

Ryan Gibbons – 65e à 10 secondes : le Sud-africain peut viser une place en entrée du top 10 s’il va tout bien.

Lachlan Morton – 105e à 5 minutes : Même s’il a connu deux années difficiles, l’Australien a un peu retrouvé le sourire en glant une étape du Tour d’Utah en aout dernier. S’il retrouve ses sensations de 2017, une place dans les 10 est possible. La formation NTT va devoir s’appuyer sur le jeune Dylan Sunderland puisque Morton est très loin au général.

Romain Bardet – 91e à 2’33 : l’Auvergnat découvrira la course Australienne par étapes. Appréciant les conditions chaudes et les gros pourcentages, il sera à son avantage sur deux étapes. Suffisant pour un Top 10 ? Victime d’un ennui mécanique dans le final à Stirling, Bardet a perdu tout espoir de Top 10. Vendrame est le coureur le plus apte à faire une place dans les 20 maintenant.

 

Photo : Ltd

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
libero ante. odio Phasellus at libero. mattis ut Curabitur felis