Résultats de NJPW King of Pro-Wrestling (2019)

Alors que le typhon Hagibis s’est abattu violemment sur l’archipel japonaise, celui-ci a contraint la New Japan Pro-Wrestling à modifier ses plans à la dernière minute. Suite à son incapacité de se rendre sur le sol japonais, Jon Moxley s’est vu retiré son championnat des Etats-Unis, cédant sa place à Lance Archer. Dans une moindre mesure, Zack Sabre Jr. a été lui aussi incapable de se rendre au Japon. Cependant celui-ci devait participer à un combat de bas de carte. Malgré les intempéries, la huitième édition de King of Pro-Wrestling est parvenu à se dérouler sans encombres.

LA PARTIE DU SHOW QU’ON ZAPPE TOUJOURS 

Prévu à la base comme un trois contre trois, Ryusuke Taguchi et DOUKI ont complètement disparu de la carte, à l’aide. On se retrouve dès lors avec SHO & YOH d’un côté tandis que dans l’autre nous retrouvons Yoshinobu Kanemaru & El Desperado, de retour après sa fracture à la mâchoire. Ce dernier n’a pas oublié ses vieilles habitudes en attaquant ses adversaires avant que la cloche sonne. Les Roppongi 3K seront dominés tout le long du combat jusqu’à ce que Desperado administre sa Pinche Loco pour le compte de trois.

Pour ses vingt ans sur les rings, Hiroshi Tanahashi a affronté ses potes en les personnes de Togi Makabe & Toru Yano. Allié à Tomoaki Honma, l’Ace s’est vite défait de ses adversaires dans un combat clairement oubliable, super l’anniversaire.

Un affrontement impacté par le typhon Hagibis. Dans l’incapacité de se rendre au Japon, Zack Sabre Jr. a été retiré du combat auquel il devait participer. Celui-ci fut transformé en un simple deux contre deux entre Tetsuya Naito & Shingo et Taichi & DOUKI. Une bonne grosse bagarre de rue soldée par une disqualification. Mais oui Taichi, frapper ton adversaire avec ton microphone au nez de l’arbitre c’est pas très légal.

PERSONNE N’EST MORT  

Ils nous promettaient un homicide, littéralement. Minoru Suzuki & Jushin Liger ont enfin pu se mettre le grappin dessus. La tension se ressent dès les entrées où Liger apparaît sous son pseudonyme de « Battle Liger », il fait tomber le haut et fait vite comprendre qu’il va des choses sûrement pas très catholiques à ta mère.

Ce fut un récital de bourrins, où la haine entre les deux à parcouru tout le Ryogoku Kokugikan. Nous sommes confrontés à l’apogée du sadisme de Suzuki tandis que la volonté de Liger nous embarque dans une histoire où l’émotion est le maître mot. Au final, le leader du Suzuki-gun s’impose grâce à une salve de coups dévastateurs suivi de son Gotch Style Piledriver. La foule est clairement à bout de souffle.

Non mécontent de sa victoire, Minoru Suzuki se décide de prendre une chaise pour achever Jushin Thunder Liger. Evidemment, les young lions ont pris eux aussi quelques coups de chaise, ça forge la jeunesse. Ce n’est qu’au moment où Suzuki soulève son arme en direction de son rival qu’il se résigne. Il s’agenouille en signe de respect à l’encontre de Liger sous un public effaré d’un tel comportement venant de Suzuki. Liger reprend ses esprits, saisit un micro et clame : « Merci, Suzuki. ».

L’ASSASSINAT DU FANTASME 

Nombreux attendaient de pied ferme ce second opus entre Will Ospreay et El Phantasmo et les deux hommes n’ont clairement pas déçu. Beaucoup ont décerné à ce combat le titre du meilleur de la soirée.

Ces deux gaijins ne peuvent clairement pas se piffrer et traduisent cette tension sur le ring. El Phantasmo, comme à son habitude, n’a pas manqué d’utiliser de techniques sournoises à la limite du légal tandis qu’Ospreay tangue vers un côté plus héroïque de lui-même. Ils viendront même à se battre dans le public, offrant un spot où ELP se jette d’un balcon de l’arène pour atterrir directement sur le champion IWGP de la division Junior.

Apparaît dès lors Taiji Ishimori pile au moment où l’Aerial Assassin prend l’ascendant sur son adversaire. Une intervention très vite neutralisée par le compère du champion, Robbie Eagles. Un final haletant, allant à trois cents à l’heure avant qu’Ospreay n’atomise Phantasmo d’une Hidden Blade en pleine face, la violence est inouïe. Stormbreaker et compte de trois, Will Ospreay reste champion.

CHAOS & BULLET CLUB, UN AMOUR INCOMPARABLE    

Les années passent, les membres des factions changent mais la haine entre le clan CHAOS et de BULLET CLUB n’a, elle, jamais changé depuis maintenant plus de six ans.

Calés entre deux combats de championnats s’immisce une bataille entre Hirooki Goto, Tomohiro Ishii & YOSHI-HASHI et Jay White, KENTA & Yujiro Takahashi, co-serviette de sa faction avec Chase Owens. L’amour entre les deux clans se traduit dans les poings et verra s’imposer Goto d’une GTR sur la serviette, on vous avez prévenu.

Victorieux, Tomohiro Ishii provoque KENTA pour obtenir une nouvelle chance au championnat NEVER qu’il détenait jusqu’à Royal Quest le 31 août dernier. Lors de Power Struggle, Jay White défendra son championnat Intercontinental face à Hirooki Goto tandis que KENTA remettra le couvert avec le Stone Pittbull pour le championnat NEVER.

ARCHER PROFITE DE L’ABSENCE DE MOXLEY 

Privé de de moyen déplacement à cause du typhon Hagibis, Jon Moxley s’est vu dépouillé de son championnat des Etats-Unis alors qu’il devait affronter Juice Robinson dans un combat sans disqualification. Se manifeste alors Lance Archer pour remplacer le MOX. Celui-ci propose de garder les mêmes règles à Robinson, qu’il accepte évidemment. Et puis les fans ont payé, aussi.

Une stipulation qui permet à Juice de commencer le combat par un coup bas dans les parties intimes d’Archer, ça commence bien. Même s’il a l’air de galérer, Archer se réveille en administrant un Chokeslam directement dans une table, qui a cassé ! Pour une fois. S’ensuit un véritable passage à tabac, à coups de chaise(s), notamment. Lance Archer conclue la bagarre par un autre Chokeslam du haut de la seconde corde où Juice Robinson finira sur un tas de chaises.

Sadique, le nouveau champion passera une nouvelle fois à tabac son adversaire avant que David Finlay Jr. débarque pour le virer du ring. Le fils de Fit Finlay était absent depuis neuf mois des suites d’une blessure à l’épaule. Il est à noté que la foule n’était pas mécontente de revoir le comparse de Juice Robinson.

IBUSHI SE SORT DES TÉNÈBRES 

Chaque année pour le vainqueur du G1 Climax, la route vers le Tokyo Dome est semée d’embûches. Tout homme qui a battu le vainqueur lors des phases de poules clame haut et fort d’affronter celui qui l’a vaincu, avec son contrat en jeu. Après avoir mis fin aux espoirs de KENTA le mois dernier, Kota Ibushi devait, cette fois-ci, affrontait l’ingouvernable EVIL.

Il est fort de constater que chez New Japan Pro-Wrestling, la disqualification est le cadet de leurs soucis. Il est tout à fait normal de voir EVIL placer une chaise autour du cou d’Ibushi pour ensuite l’envoyer directement dans un poteau, ou de le frapper avec une autre chaise par ailleurs. Pas assez pour nuire à la Golden Star. Celui-ci se sortira de toutes les offensives d’EVIL.

Au terme de presque vingt-cinq minutes de combat, Kota Ibushi explose le visage de son adversaire avec sa Kamigoye pour s’assurer la victoire. Enfin, il peut se rendre serein au Tokyo Dome.

NÉMÉSIS  

Quatrième chapitre de l’année entre Kazuchika Okada et SANADA, beaucoup se plaignent d’un booking assez feignant de la part de New Japan Pro-Wrestling ou les affiches deviennent presque toutes redondantes.

Ceci dit, peu de personnes boudent leur plaisir quant à un affrontement entre les deux lutteurs. Un affrontement jugée comme inférieur aux trois précédents, pour certains ce fut trop long, pour d’autres pas assez bon dans le ring. Chacun son avis, le catch c’est subjectif.

Comme son partenaire EVIL dans le combat précédent, l’ami SANADA a presque sorti tout son arsenal possible et imaginable pour mettre un terme au règne du Rainmaker, rien n’y fait, il nous paraît invincible. Même si l’ingouvernable a la foule dans sa poche, il ne peut rien face à Kazuchika Okada et s’incline pour la troisième fois de l’année face au champion IWGP poids lourds.

Alors que ce cher Kazuchika Okada célèbre sa victoire, débarque son futur challenger Kota Ibushi, décidé à en découdre pour le 4 janvier au Tokyo Dome. Ce genre de petit face à face pour conclure une soirée de catch, Tonton Dave prépare déjà ses étoiles, et des sous-vêtements de rechange.

L’ultime étape avant Wrestle Kingdom 14 se nomme Power Struggle, quelques combats y sont déjà par ailleurs annoncés (à retrouver à ce lien). Par ailleurs, la Super Junior Tag League commence dès ce mercredi matin et se conclura le 3 novembre prochain lors de Power Struggle. 

A la mémoire des victimes du typhon Hagibis.

A propos de l'auteur

Neuf ans de passion pour des combats d'hommes en slips parfois fluo. Une passion inébranlable.

Poster un commentaire

felis eget efficitur. commodo vulputate, elit. Donec accumsan ipsum suscipit fringilla