Ski Alpin

Super-G Wengen : Cyprien Sarrazin s’impose sur le mythique Lauberhorn !

Une chose est sûre : ce vendredi 12 janvier restera dans les mémoires du ski français. Alors que le clan tricolore attend des nouvelles d'Alexis Pinturault, gravement blessé lors du Super-G, un autre Français a éclaboussé de tout son talent dans la mythique descente du Lauberhorn. Cyprien Sarrazin a réalisé une performance exceptionnelle et s'est imposé à Wengen.

Après Bormio, Cyprien Sarrazin remporte le Super-G de Wengen

“J'ai touché le filet ? Je ne l'ai pas senti, mais mon technicien m'a dit qu'il y a des bouts de filets sur mon ski”. Voici la réaction à chaud de Cyprien Sarrazin. Pour lui comme pour tous les téléspectateurs, le Français est allez vite. Très vite. Parti comme une fusée, le vainqueur de la descente de Bormio a pris énormément de risques dès le premier saut. Avec une pointe à 135 km/h, Sarrazin était inarrêtable aujourd'hui. Il a littéralement avalé le léger replat de l'Alpweg et enchainé à toute vitesse le virage de Kernen-S. Sans trembler, Cyprien Sarrazin termine en 1:47.75, avec plus de 3 secondes sur le leader actuel de la course. Mais avec un dossard N°3, il fallait encore attendre le chrono des cadors de la course avant de crier victoire.

En lien avec cet article : Super-G : Fin de saison pour Alexis Pinturault ?

Il avait déjà été historique il y a 2 semaines. Aujourd'hui, Cyprien Sarrazin est définitivement entré dans la cour des grands. Tout simplement parce que Cyprien Sarrazin a éclaboussé de tout son talent. Une vraie démonstration, et un chrono impressionnant, alors que ses adversaires ont pris énormément de risques. Mais aussi parce qu'il devient le premier Français de l'histoire à s'imposer en Super-G à Wengen. Aujourd'hui, plus que jamais, le roi du Lauberhorn s'appelle Sarrazin.

Le Français entre dans l'histoire, Odermatt termine 2ème

Jean-Claude Killy (1967) et Henri Duvillard (1970) vont devoir faire un peu de place sur l'étagère des monuments français. Aujourd'hui, Cyprien Sarrazin a marqué les esprits de la plus belle des manières. Il offre d'ailleurs à la France sa 1ère victoire dans la discipline du Super-G depuis 10 ans, et le succès d'Alexis Pinturault à Lenzerheide (2014). Sans état d'âme, le Français originaire de Gap a terminé avec 58 centièmes d'avance sur Marco Odermatt (1:48.33) et 1 seconde devant Aleksander Aamodt Kilde (1:48.75).

Nostalgique des Verts, je m'en remets aux Reds de Klopp pour garder le sourire. À la recherche de sensations fortes grâce aux sports de haute montagne, je vibre devant ma TV à travers le tennis, le basket, le football et les sports d'hiver. Hâte d'être derrière l'Equipe de France lors des Jeux Olympiques de Paris !

Dernières publications

En haut