Supplément chantilly, les artistes oubliés de l’art footballistique n°2 : Filip KROVINOVIC

Krovino-vite

Entre crise de fou rire des CSC Kondogbiesques et sortie du coma post France-Angleterre à l’Euro féminin, Sports Inside vous propose de retrouver ces joueurs qui nous font humidifier nos caleçons et qui justifient à eux-seuls les foutus euros lâchés dans l’abo Bein. Souvent délaissés car atypiques, SI les met en lumière, et parie que la nouvelle saison leur offrira une nouvelle scène pour faire ce qu’ils font de mieux : faire du football le plus bel art qui soit. Au tour du petit prince croate du Benfica, Filip Krovinovic.

krov

            Pour sa deuxième, la rubrique « Art culinaire du ballon rond » de Sports Inside vous propose un met novateur de choix. En effet, si de nombreux noms auraient pu être présentés dans ce deuxième article, nous avons fait le choix de nous mouiller et de présenter le futur apôtre de la Nouvelle Vague, déjà chouchou de la rédaction. Allumette aux pieds de diamants, Filip Krovinovic a déjà mis feu à la Liga Nos la saison dernière, en attendant d’embraser le Vieux Continent. Fraîchement transféré dans un Benfica quadruple champion du Portugal en titre, le petit prodige qui fêtera ses 22 ans le 29 août prochain va vite, très vite. Trop vite ? La réponse devrait vite arriver. Mais alors que tout le peuple benfiquiste s’enflamme pour le natif de Zagreb, l’Europe du football dort encore sur ses deux oreilles. Un peu trop paisiblement, d’ailleurs…

            Car dès son plus jeune âge, le petit Filip crève l’écran. Sa capacité de changement de direction, détonante, qu’il jumelle à une vision de jeu et une justesse de passe hallucinantes, en font un des espoirs les plus en vue de la cuvée 1995. Pourtant, son manque d’impact physique maintient l’épais nuage d’incertitude dans lequel les formateurs du Lokomotiva Zagreb puis du Dinamo restent ; il n’en faut pas plus pour que le NK Zagreb, troisième club de la ville, le chipe et le lance en professionnel en avril 2013, à tout juste 16 ans, dans le chaud derby face à l’imposant voisin et ses 22 titres de championnat national.

krov2

Une prolongation de 5 ans plus tard, Krovinovic s’installe de plus en plus durablement dans le onze de départ, aussi bien au poste de meneur de jeu que de celui d’ailier gauche faux-pied. Si les résultats collectifs sont peu convaincants, le NK Zagreb oscillant entre première et deuxième division, le jeune Croate avale du temps de jeu et de l’expérience. Mais très vite, le plafond de verre est atteint. En 2015, après une saison cahoteuse sportivement et surtout économiquement, le NK Zagreb doit vendre, beaucoup. Après 78 matchs sous les couleurs du club qui lui a fait confiance, Krovinovic met le cap sur le Portugal, à Rio Ave, pour un demi-million d’euros.

            Une somme conséquente pour le club de Vila do Conde, mais que les dirigeants estiment dérisoire au vu du potentiel du gamin, potentiel qui se confirme dès la première saison qui se voulait d’adaptation. Bien installé dans la rotation de Pedro Martins, le Croate multiplie les apparitions, notamment en deuxième partie de saison, convaincantes la plupart du temps. L’arrivée de Luis Castro, en provenance de Porto B, va définitivement clore les débats. D’entrée, le technicien remarque les capacités de Krovinovic à faire la différence aux endroits clés du terrain, notamment dans l’axe, et l’installe en tant que piston axial gauche dans un système en pointe basse ou ailier gauche faux pied dans un 4-4-2 plus approprié pour les matchs contre les gros, souvent accompagné de Tarantini et de Petrovic qui présentent eux des profils plus travailleurs. Et rapidement, la magie se met en place. L’enfant de Zagreb écœure les défenses adverses, casse les organisations collectives, et devient le fer de lance de ce Rio Ave cuvée 2016/2017 qui enchante tous les suiveurs de la Liga Nos.

1024

Si ses statistiques chiffrées en termes de buts et assists n’ont rien d’exceptionnelles (5 buts, 3 assists), son impact et sa créativité permettent de faire briller les profils plus convertisseurs comme le Cap-Verdien Heldon, Guedes ou encore Ruben Ribeiro. Le Portugal est tombé sous le charme de cette brindille, numéro 10 dans le dos, dont les changements d’appuis terrorisent les défenseurs du championnat. Très vite, cette belle saison (33 matchs toutes compétitions confondues) passe sous les radars des trois grands, qui lui feront une cour assidue au début de l’été. Et devant l’incapacité financière du FC Porto, et l’attentisme du Sporting, c’est Benfica qui empoche la mise pour 3M, soit 6 fois le prix d’achat du joueur.

Si ce transfert enchante les Lisboètes, et plus généralement les suiveurs du championnat lusitanien tout heureux de pouvoir encore observer les prouesses du gamin la saison prochaine, Filip Krovinovic, même si du temps lui sera laissé pour digérer ce bond dans un grand club, devra continuer à développer ses qualités pour devenir le futur crack attendu, et gommer ce petit défaut d’avoir tendance à quelque peu disparaître dans les grands matchs. Car au-delà du Portugal, la Croatie s’inquiète de ne pas voir apparaître le successeur d’un Modric qui fêtera ses 32 ans en septembre, d’autant plus après les déceptions des Pasalic, Brozovic et autres. Gageons que le nom de Filip Krovinovic fera partie des prétendants. Vite, d’ailleurs. Comme d’habitude.

https://www.youtube.com/watch?v=aly5lPJ4oeI

Sources : Transfermarkt.fr

Maxence DURAND

A propos de l'auteur

Penseur éclairé sur la tectonique des plaques footballistiques. ADN Bielsista, esprit Sarriste et coeur jaune et bleu. Djoko for ever et n'oubliez pas que Klay Thompson est le vrai GOAT.

Poster un commentaire

ipsum libero mi, Lorem consectetur Phasellus consequat. in eleifend