Cyclisme

Tour de Catalogne – 6e étape : Peter Sagan annonce le retour du patron

La sixième étape du Tour de Catalogne, quelque peu accidentée, a débouché sur un sprint. Après une journée maîtrisée par sa formation Bora-Hansgrohe, le Slovaque Peter Sagan a signé son premier succès de la saison.

Un plan qui se déroule sans accroc. La formation Bora-Hansgrohe a déroulé tout en maîtrise sa stratégie de course (presque) sans encombre. Les coéquipiers de Peter Sagan ont contrôlé une petite échappée avant de lancer leur sprinteur vers son premier succès de l'année.

Deux cols de troisième catégorie parsemaient les 193.8 kilomètres qui reliaient Tarragona à Mataró pour cette sixième étape du Tour de Catalogne. Un parcours néanmoins bosselé, avec 2656 mètres de dénivelé positif. La fraîcheur (16°C) et la fine pluie n'offraient pas des conditions de course idéales aux 146 engagés.

© La Flamme Rouge

Une petite échappée de cinq coureurs se composait. Antoine Duchesne (Groupama-FDJ), Matej Mohorič (Bahrain Victorious), Mattias Skjelmose Jensen (Trek-Segafredo), Dmitry Strakhov (Gazprom-RusVelo) et Harold Tejada (Astana-Premier Tech) se relayaient pour déjouer les plans des formations de sprinteurs.

Ces dernières ne leur ont toutefois laissé aucune chance, les surveillant puis les rattrapant, inexorablement. 4 min 06 s d'écart à 83 km, 3 min 11 s à 63 km, 1 min à 40 km. La jonction était inévitable. À 23.5 km de l'arrivée, alors que l'échappée ne comptait plus que 20 s d'avance, le Russe Dmitry Strakhov attaquait. Un coup dans l'eau. À 15 km de la ligne, James Knox (Deceuninck-Quick Step) s'extirpait du peloton. Marc Soler (Movistar) attrapait sa roue. L'armada de la Bora-Hansgrohe s'organisait et bouchait l'écart.

Un train parfaitement organisé

Un peu plus loin, Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step) – décidément intenable en ce mois de mars – plaçait une pique dans la descente du Collet. Encore une fois, l'équipe allemande de Peter Sagan prenait ses responsabilités. Le train Bora revenait sur le TGV de Clermont-Ferrand. Josef Černý, coéquipier du puncheur français, décidait à son tour de tenter sa chance. Il fut également rattrapé à 7 km.

À 3 km de la ligne, les Ineos Grenadiers se hissaient dans les premières positions pour protéger leurs trois meilleurs coureurs. Avant le départ, trois Grenadiers occupaient les trois premières places du classement général. Adam Yates était installé en leader, suivi de Richie Porte à 45 s et Geraint Thomas à 49 unités.

Sous la flamme rouge, Bora-Hansgrohe maintenait néanmoins son contrôle et lançait parfaitement sa superstar slovaque. Alors qu'une petite bosse épiçait les derniers hectomètres en piquant les cuissots des coureurs après quelque 200 bornes, Peter Sagan développait avec autorité ses gros mollets pour dépasser ses adversaires et s'imposer. La configuration du final n'a pas permis à l'ensemble de la catégorie sprinteurs de s'exprimer. En témoigne le classement de l'étape du jour, avec un top 10 sur lequel qu'on aurait difficilement pu prévoir.

Après une 4e place sur Milan-Sanremo, le triple champion du monde (on est champion du monde à vie quand on a conquis le maillot arc-en-ciel) Peter Sagan entame avec assurance sa saison 2021. Il dissipe les quelques doutes accumulés en 2020, année récompensée d'un seul bouquet, quoique garni de panache, au cours de l'épique dixième étape du dernier Giro. Dans le même temps, son équipe Bora-Hansgrohe fait coup double, au lendemain de la victoire en solitaire de Lennard Kämna.

Le Tour de Catalogne s'achèvera demain, avec un circuit autour de Barcelone, capitale de la Communauté autonome catalane. Les Ineos Grenadiers devraient contrôler à leur tour pour assurer un triplé retentissant sur le podium final. 

Crédits photo de une : Getty Images
.

Dernières publications

En haut