Cyclisme

Tour de France 2022 : quels sont les coureurs (encore) capables de battre Tadej Pogacar ?

Il ne vous aura pas échappé, si vous n'avez entendu parler ne serait-ce que deux minutes de cette édition 2022 de la Grande Boucle, qu'un Slovène du nom de Tadej Pogacar soit en train d'assommer la course par ses capacités physiques et tactiques. 

Pour autant, dominer à ce point le Tour de France à deux semaines de l'arrivée pourrait se révéler être un poids autant qu'un avantage. Zoom sur les coureurs du peloton qui pourraient avoir les possibilités de déranger un maillot jaune qui n'a jamais semblé aussi solide qu'au terme de cette première semaine.

Primoz Roglic et Jonas Vingegaard, l'union sacrée de la Jumbo-Visma ?

Très en vue depuis le début de ce Tour de France avec le numéro de Wout van Aert en jaune ou alors la volonté des rouleurs de l'équipe de se placer en tête de peloton, la Jumbo-Visma fait office, avec les Ineos Grenadiers, de collectif le plus armé pour déstabiliser l'équipe du maillot jaune.

La principale force de l'équipe est sa qualité en montagne. Avec deux profils désignés pour jouer le classement général et malgré la performance décevante de Primoz Roglic sur la première semaine, Jonas Vingegaard et le Slovène restent de vrais prétendants au podium de ce tour pour leur équipe.

Si ceux-ci ont déjà montré leurs limites dans les accélérations marquées par Pogacar, il n'ont pas encore abdiqué au classement général et leurs principaux lieutenants sont en qualité de durcir la course dans les grandes étapes de montagne de ce Tour. Avec beaucoup de qualité dans les reliefs avec notamment l'Américain Sepp Kuss ou le Néerlandais Kruijswijk comme capitaines de route lorsque celle-ci s'élève, le duo prétendant au maillot jaune pourrait en profiter pour unir ses forces et attaquer successivement Tadej Pogacar dans les étapes les plus exigeantes de cette Grande Boucle.

L'un des facteurs décisifs de la domination de l'équipe et de leur capacité à durcir la course pourrait être la récupération de Wout van Aert, qui après une première semaine extrêmement intense, devra retrouver la forme qu'on lui connait pour pouvoir accélérer et créer éventuellement des bordures pour piéger la team UEA Emirates.

Geraint Thomas ou Adam Yates peuvent-ils affoler la course ?

Beaucoup plus discrète que la Jumbo-Visma sur cette première semaine avec seulement quelques apparitions en tête de peloton pour protéger ses leaders, l'équipe Ineos Grenadiers possède beaucoup de ressources autant en terme de leaders que de coureurs capables de passer les bosses.

Excellent rouleur en plaine, Filippo Ganna et Luke Rowe seront décisifs pour tenter de mettre la pagaille dans le peloton sur une route plane avant que le reste de l'équipe ne soit concerné pour la montagne.

De manière étonnante et à l'image de la Jumbo-Visma, l'équipe britannique compte dans ses rangs deux coureurs qui font encore office de prétendants au podium final. Geraint Thomas et Adam Yates ont montré leur solidité sur la première semaine même s'ils n'ont jamais vraiment tenté de déstabiliser le leader de ce Tour de France.

En terme d'effectif, le collectif Ineos Grenadiers est très clairement celui qui a le plus de profondeur pour accélérer en montagne avec des capitaines de route très expérimentés et qui ont déjà montré leur forme sur cette première semaine avec notamment les belles prestations de Daniel Martinez, Thomas Pidcock ou encore Jonathan Castroviejo.

En résumé, les Ineos Grenadiers combinent à la fois un collectif puissant et deux leaders en forme qui pourraient leur permettre d'être un élément crucial dans ces deux prochaines semaines en tant que principale opposition à l'équipe du maillot jaune.

A lire aussi : Comment Cummings a-t-il remodelé la stratégie d'Ineos Grenadiers sur le Tour de France?

David Gaudu et Romain Bardet, de vraies chances françaises ?

Plutôt bien en jambes depuis le début du Tour avec notamment une très belle montée de la Super planche des belles filles, le duo tricolore démarre cette deuxième semaine de la Grande Boucle avec de belles ambitions au classement général.

Pour autant, on ne peut pas dire que la situation de chacun des pilotes soit identique. David Gaudu jouit d'une équipe bien plus importante pour l'entourer avec notamment des coureurs comme Michael Storer ou Valentin Madouas. Le coureur de l'équipe Groupama – FDJ est donc capable de réaliser des coups avec l'aide de son équipe et attend des massifs aux pentes plus régulières pour pouvoir tenter d'inquiéter le Slovène.

Pour Romain Bardet, l'histoire est bien différente avec une équipe qui semble plus faible et qui ne l'a presque jamais accompagné en montagne. Le Français aura donc comme seule possibilité de placer une ou plusieurs banderilles sur des cols qui auront réduit le peloton des favoris à son strict minimum pour tenter de gêner Tadej Pogacar dans le peu d'occasions qui se présenteront à lui.

Uran ou Quintana, les Colombiens pour durcir la course en très haute montagne

Habitués du rendez-vous du Tour de France, le duo colombien Rigoberto Uran – Nairo Quintana fait toujours partie de ceux ayant le plus de chance de se retrouver avec Tadej Pogacar. Spécialistes des sommets de ce Tour et appréciant les altitudes élevées, il est fortement possible de voir les deux coureurs leaders de leurs équipes respectives (EF Education Easypost et Arkea – Samsic) attaquer le maillot jaune de ce Tour de France dans les moments les plus compliqués à gérer et qui usent profondément les corps.

L'altitude élevée et les cols les plus hauts de ce Tour de France sont en effet des facteurs extrêmement redoutés par les prétendants au classement général tant les déceptions et baisses importantes de forme peuvent avoir des conséquences désastreuses au chronomètre.

Préparés à ceci, les Colombiens devront attendre leur heure pour tenter, pourquoi pas à deux, de tenter de mettre à mal le Slovène dans une étape comme celle du 13 juillet et les ascensions successives du Télépgraphe, du Galibier du Granon Serre Chevalier avec des passages au-delà de 2 600m pour le sommet de ce Tour et une arrivée à 2 413m à Serre Chevalier.

Ils partent de plus loin…

Parmi les coureurs qui avaient une volonté de jouer le classement général mais qui ont déjà un retard non négligeable sur le Slovène, on citera le Kazakstanais Alexey Lutsenko ou encore le Russe Vlasov qui, à la faveur d'une échappée prise en début d'étape ou d'une vraie offensive lancée par leurs équipes pourraient tenter de rattraper leur retard et déstabiliser le maillot jaune Tadej Pogacar autant que son équipe.

La domination de Pogacar repose surtout sur son équipe

La principale interrogation pour ces deux prochaines semaines sera surement à propos de la solidité de l'équipe de Tadej Pogacar. Autant en plaine qu'en montagne, ce sera à la l'équipe UAE Emirates de faire le tempo du peloton mais également de maîtriser les attaques en imposant un tempo élevé.

Parmi les différents coureurs cités ci-dessus représentant une menace pour le maillot jaune, la majorité de leurs chances reposera sur une course leur présentant des opportunités d'attaque et donc une relative faiblesse des équipiers du maillot jaune.

A lire aussi : les pires chutes de l'histoire du Tour de France

Dernières publications

En haut