Cyclisme

Tour de Suisse : Les coureurs à suivre

Tour de Suisse

Dernière course à étapes du WorldTour avant le Tour de France, le Tour de Suisse (12-19 juin) jouera cette année son rôle habituel de répétition générale pour le mois de juillet. Seulement, ce mois de juin l'est peut-être encore plus que d'habitude.

L'absence de deux grands favoris du Tour de France, Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) et Primoz Roglic (Jumbo-Visma), ne doit pas faire oublier que l'un de leurs principaux rivaux de juillet dernier, Richard Carapaz (Ineos Grenadiers), a remporté le Tour de Suisse l'an dernier. Et après un Critérium du Dauphiné avec un plateau moins étoffé que d'habitude, le Tour de Suisse semble destiné à prendre encore plus d'importance lorsqu'il s'agit de lire les présages pour le Tour de France.

Il ne s'agit pas seulement du classement général. Des coureurs comme Michael Matthews (BikeExchange-Jayco), Peter Sagan (TotalEnergies) et Alexander Kristoff (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) se battront probablement pour les sprints du Tour de France et, bien que la Suisse soit très vallonnée cette année, elle devrait fournir quelques indications sur la forme.

Geraint Thomas (Ineos Grenadiers)

Leur force collective est telle que l'absence de leur coéquipier et champion en titre Richard Carapaz au Tour de Suisse pourrait permettre à un certain nombre de coureurs d'Ineos Grenadiers d'occuper le devant de la scène. Mais alors que parmi ceux qui sont présents, Adam Yates est prêt à faire partie de l'élite du Tour de France, Tom Pidcock fait également l'objet de fortes rumeurs pour faire ses débuts sur le Tour et Daní Martínez pourrait avoir un rôle protégé, le plus grand point d'interrogation au Tour de Suisse parmi les grands noms d'Ineos pourrait bien concerner Geraint Thomas.

Les antécédents de Thomas en Suisse sont mitigés, et il y a certainement longtemps qu'il a terminé deuxième au classement général derrière Simon Spilak en 2015. Mais sa troisième place dans sa course de préparation au Critérium du Dauphiné en 2021 est un bon présage pour le mois de juillet et la façon dont il s'en sortira en Suisse, son épreuve équivalente, cette semaine, sera une fois de plus un indicateur clé.

Remco Evenepoel

Il ne fait pas le Tour de France, mais à en juger par la quantité de publicité médiatique que les débuts de Remco Evenepoel dans le Tour de Suisse ne manqueront pas de générer en Belgique, c'est presque comme s'il le faisait. Les victoires dans ses deux courses précédentes, radicalement différentes, Liège-Bastogne-Liège et le Tour de Norvège, n'expliquent qu'en partie l'intérêt colossal pour le jeune homme de 22 ans, c'est plutôt que les attentes dans son pays sont invariablement élevées. Peu importe le résultat et les gros titres que Remco génère cette fois-ci, il est également vrai qu'avec son prochain Grand Tour prévu en août lors de la Vuelta a España, voir comment le phénomène belge se classe par rapport à ceux qui peaufinent leur forme pour le Tour de France sera un contraste fascinant.

Aleksandr Vlasov (Bora-Hansgrohe)

Après le triomphe de Bora-Hansgrohe dans le Giro d'Italia, l'intérêt pour leur coureur Aleksandr Vlasov dans le Tour de Suisse n'est pas seulement dû au fait que le Russe a été particulièrement régulier jusqu'à présent en 2022, ni au fait qu'il est déjà le vainqueur de l'autre course à étapes du WorldTour en Suisse, le Tour de Romandie, cette année.

En plus de cela, le succès stupéfiant et sans précédent (dans un Grand Tour) de Bora-Hansgrohe au Giro d'Italia, signifie que la question de savoir si l'équipe allemande peut faire de même au Tour de France est la prochaine grande question pour tous ses rivaux. On peut donc s'attendre à ce que le leader du Tour, Vlasov, soit scruté à la loupe dès la Suisse.

Ce qui manquera à Vlasov, ce sont ses propres points de référence en Suisse, étant donné que le jeune homme de 26 ans ne l'a jamais fait auparavant. De même, avec une quatrième place au Giro d'Italia 2021 comme meilleur résultat sur quatre participations à un Grand Tour, le Tour de France sera également une sorte d'inconnu. Mais même les voyages dans l'obscurité doivent avoir un point où le navire prend la mer et la performance de Vlasov sur le Tour sera testée pour la première fois en direct dès qu'il commencera à courir dimanche prochain en Suisse.

Gino Mäder (Bahrain-Victorious)

Un autre débutant de premier plan sur le Tour de France cet été, qui plus est à domicile, en Suisse. Les progrès remarquables de Mäder sur les Grands Tours la saison dernière font que ses fans attendent avec impatience ses performances en juillet. La Suisse est déjà une sorte de terrain de chasse pour Mäder après qu'il ait dominé Mike Woods (Israel-Premier Tech) l'année dernière pour une victoire d'étape. Cette fois-ci, il fera partie d'une jeune équipe Bahrain-Victorious, composée principalement de spécialistes des échappées. Mais au vu de son palmarès et à l'approche du Tour de France, Mäder sera celui qui aura le plus de pression.

Sepp Kuss (Jumbo-Visma)

De tous les grands noms que l'on dit être prêts pour le Tour de France chez Jumbo-Visma, en tant qu'anciens vainqueurs d'étapes du Tour de France et/ou leaders de la course, Sepp Kuss et Rohan Dennis sont certainement les deux noms les plus en vue dans l'alignement de l'équipe néerlandaise au Tour de Suisse.

Alors qu'une grande partie des coureurs de Jumbo-Visma pressentis pour le Tour étaient sur le Critérium du Dauphiné avec Roglic, Kuss a toujours prévu d'être présent au Tour de Suisse. Le Tour de France 2021 de l'Américain n'a pas vraiment été ce qu'on pourrait appeler un échec, bien sûr, avec cette victoire d'étape en Andorre qui fait partie de la reprise massivement impressionnante de Jumbo-Visma après l'abandon de Primoz Roglic. Pourtant, il n'est pas totalement clair si Kuss sera l'un des coureurs de Jumbo-Visma dans le Tour, étant donné la profondeur de l'équipe, et sa performance en Suisse pourrait changer la donne.

Peter Sagan (TotalEnergies)

Le Tour de Suisse a toujours été une sorte de talisman pour Peter Sagan, vainqueur de 17 étapes dans la course suisse. C'est un total remarquable, même pour un coureur aussi prolifique que le Slovaque de 32 ans. Ce n'est pas non plus une réussite du jour au lendemain : sa première victoire en Suisse remonte à 2011, alors qu'il commençait tout juste à avoir un impact sur la course.

Cependant, de manière tout aussi révélatrice, la dernière victoire de Sagan en Suisse remonte à 2019, date de sa dernière participation à la course. Et avec sa dernière course sur route en avril et sa dernière victoire en septembre 2021, les rumeurs ne manquent pas pour dire que sa carrière risque de dériver vers une fin de partie.

Cependant, nous sommes déjà passés par là, jusqu'à un certain point, puisque Sagan a connu d'autres longues périodes de jachère sans aucune victoire, pour ensuite revenir au sommet de son art. Si cela devait se reproduire en Suisse, personne ne devrait être surpris, compte tenu de son palmarès à ce jour. S'il y a une course dont Sagan a la mesure, c'est clairement la Suisse.

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ)

Cela fait maintenant sept ans que le Tour de Suisse ne figure plus au programme de Thibaut Pinot. Mais en 2015, lorsqu'il s'était classé quatrième et avait remporté une étape, le fait d'opter pour la Suisse plutôt que pour la route plus prévisible pour les grimpeurs français qu'est le Critérium du Dauphiné n'avait certainement pas trop mal tourné pour le coureur de Groupama-FDJ.

Les circonstances sont assez différentes, la performance de 2015 ayant eu lieu juste après sa troisième place au Tour de France l'année précédente. Un résultat exceptionnel pour le cyclisme français à l'époque, surtout si on le combine avec la deuxième place de Jean-Christophe Peraud, et cela signifiait que les attentes quant à la façon dont Pinot pourrait faire ce mois de juillet étaient, pour le moins, élevées. Cette fois-ci, la Suisse est à nouveau la dernière étape pour Pinot avant de rejoindre la France, mais sa relation avec le Tour, une course à laquelle il a participé pour la dernière fois en 2020, se blessant gravement au dos, est loin d'être simple depuis 2015. Quoi qu'il en soit, sa performance en Suisse ne passera pas inaperçue.

Dernières publications

En haut