Tour de France

Comment sont attribués les numéros de dossards du Tour de France ?

Dossard Tour de France

Dans le sport, un numéro peut avoir beaucoup de poids. Au rugby ou au football américain, un numéro désigne une position sur le terrain. Dans les clubs de football américain, un numéro est souvent si étroitement associé à un joueur que lorsque celui-ci prend sa retraite, le numéro est retiré avec lui – pour ne plus jamais être utilisé. Au hockey sur glace, les patineurs choisissent leurs propres numéros, généralement choisis pour leur signification personnelle ou historique. Dans le Tour de France, et plus largement dans le cyclisme, la signification est un peu plus arbitraire.

Le Tour de France : Qui est le numéro 1 ?

Si vous avez la moindre connaissance des chiffres dans le cyclisme, vous savez probablement que le numéro 1 est porté par le vainqueur de l'année précédente. Tadej Pogačar (UAE Team Emirates) portait le 1 en 2021 et il le portera à nouveau lors du Tour de France 2022, suite à sa défense réussie du maillot jaune. Statistiquement parlant, le dossard numéro 1, ou dossard, est le plus performant en termes de victoires précédentes. Au total, 23 victoires sur le Tour ont été remportées par des coureurs portant ce chiffre unique sur leur dos, soit le nombre le plus élevé de tous les dossards.

À bien des égards, il s'agit d'une prophétie auto-réalisatrice : le meilleur coureur de l'année précédente a une chance supérieure à la moyenne de remporter la course une fois de plus. En fait, c'est l'une des rares courses cyclistes où la défense du titre a une réelle signification. L'équipe du vainqueur de l'année précédente complète le reste du classement à un chiffre. Les dossards 2 à 8 ont été portés par l'équipe UAE Team Emirates l'année dernière, dans l'ordre alphabétique.

Pourquoi le numéro 13 est-il à l'envers ?

Le prochain numéro prédéterminé est le 11. Ce numéro revient au dauphin de l'année précédente. En 2021, ce numéro a été attribué à Primoz Roglič de Jumbo-Visma. Le reste de son équipe a rempli les numéros 12 à 18, bien qu'ils aient légèrement rompu avec le modèle, Wout van Aert prenant le numéro 12 – pas dans l'ordre alphabétique. Cela peut être dû à l'importance de son rôle dans l'équipe. Robert Gesink a été relégué au numéro 13, imprimé à l'envers.

Alors que le cyclisme est pragmatique quant à son système de numérotation, de nombreux coureurs conservent une superstition quant à ce numéro, et choisissent de le porter à l'envers. (Gesink a abandonné la course lors de la troisième étape en 2021 suite à une chute avec Geraint Thomas).

La troisième série de numéros est celle des 21-28, traditionnellement portée par l'équipe du coureur qui s'est classé troisième du Tour de l'année précédente. En 2020, il s'agissait de Richie Porte, et Ineos Grenadiers a donc revendiqué le droit à ces dossards. Bien sûr, un système qui exige qu'une équipe déclare un leader peut créer des problèmes. Porte a roulé en 2021 mais il n'était pas le leader de l'équipe ; Ineos Grenadiers avait deux options, Geraint Thomas et Richard Carapaz. Ils ont choisi le plus ancien des deux coureurs, Thomas, ancien champion du Tour, pour porter le 21, et Carapaz le 22.

Si l'un des trois premiers de l'année précédente n'est pas présent à la course, son équipe attribuera les numéros 1, 11 ou 21 au coureur désigné comme leader. Au-delà des trois podiums précédents, les choses se compliquent un peu. En théorie, les numéros 31-38 sont attribués à l'équipe suivante, 41-48 à celle d'après, et ainsi de suite, mais les raisons derrière le placement exact des équipes ne sont pas tout à fait claires ; les blocs ont été attribués par ordre alphabétique, ou par classement des équipes. Il existe cependant des cas exceptionnels.

En 2021, le numéro disponible le plus élevé, le 31, a été attribué à Chris Froome, compte tenu de son palmarès exceptionnel sur la course. Le reste des 30 a été attribué à ses coéquipiers de la Start-Up Nation israélienne.

Le mythique numéro 51 du Tour de France

Le numéro 51 conserve une signification quasi mythique pour les Français. Baptisé “dossard anisé” en référence à une marque d'apéritif anisé lancée par Pernod en 1951, la légende est née à la suite d'une décennie faste pour le numéro : quatre coureurs ont gagné en portant le 51 en l'espace de dix ans, d'Eddy Merckx en 1969 à Bernard Hinault en 1978.

Depuis, il est considéré comme un porte-bonheur, et est souvent attribué à un coureur français de premier plan – Pierre Rolland a porté le 51 en 2013, Thibaut Pinot en 2019 et 2020 et Julian Alaphilippe en 2021 – En réalité, ce n'est que le quatrième dossard le plus réussi, après le 11 et le 2, partageant le classement avec le 15 et le 21.

Rouge et jaune

Une fois les numéros attribués, c'est tout. En termes de chiffres, du moins. Une fois la course lancée, il existe des couleurs qui peuvent être ajoutées aux dossards pour désigner différentes choses. La plus connue est le rouge. Chaque jour, le coureur portant le numéro rouge est celui qui a été jugé le plus agressif lors de l'étape de la veille. La combativité est décidée par un jury après chaque étape.

La deuxième couleur visible au sein du peloton est le jaune. A ne pas confondre avec le jaune du maillot de leader, les dossards jaunes sont attribués aux coureurs de l'équipe qui sont reconnus avec le classement par équipe à ce moment de la course. Par conséquent, ils peuvent changer de mains tout comme le maillot jaune peut passer d'une paire d'épaules fines à une autre, au fur et à mesure de la course.

Dernières publications

En haut