Cyclisme

Tour du Limousin, Pinot en guest star

Le Tour du Limousin (2.1) débutera demain ! Comme chaque année il compte quatre étapes, avec un final à Limoges. Son profil étant vallonné, c'est une épreuve qui plait aux sprinters, punchers et baroudeurs. Fait majeur de l'avant course, Thibaut Pinot fera son retour en Nouvelle-Aquitaine. We Sport sera sur le terrain, et ouvre le road book de la 54e édition.

© Tour du Limousin Organisation

Le parcours

Sur le papier, on peut considérer que toutes les étapes doivent sourire aux sprinters, mais c'est déjà ce que nous pensions l'an passé. Luca Wackermann et Alessandro Fedeli ont prouvé le contraire en gagnant chacun une étape, détachés du peloton malgré un plateau très relevé.

1re étape : Isle (87) > Sainte-Feyre (23) – 183,3 km

Le tracé de la première étape est assez coulant, et relie Isle à Sainte-Feyre. Les organisateurs affichent trois côtes pour établir le classement du meilleur grimpeur. La côte de Glénic (3e catégorie – 2 km à 5,25 %), située à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée, pourrait écarter quelques prétendants. Afin de motiver les coureurs échappés, trois sprints intermédiaires ponctuent le parcours. Ce sera d'ailleurs le cas à chaque étape.

profil

© Tour du Limousin Organisation

2e étape : Agonac (24) > Payzac (24) – 172 km

Plus exigeante que la veille, l'étape nous dirigeant vers Payzac propose trois côtes de deuxième catégorie et une belle bosse dans le final. Cette configuration offre plusieurs scenarii possibles car rien ne garantit une arrivée au sprint. Les punchers et les baroudeurs trouveront un terrain favorisant l'opportunisme.

profil

© Tour du Limousin Organisation

3e étape : Bugeat Espace 1000 Sources (19) > Lubersac (19) – 184,2 km

Le début de la troisième étape est musclé, et devrait même figer le classement du meilleur grimpeur, grâce à la côte du Suc au May (1re catégorie – 3,9 km à 7,54 %). La suite est plus classique, on peut alors s'attendre à ce que les trains des sprinters prennent les choses en main. Il faut s'attendre à une arrivée groupée à Lubersac.

 

profil

© Tour du Limousin Organisation

4e étape : Sauviat-sur-Vige (87) > Limoges (87) – 169,7 km

Pas de sprint massif l'année dernière à Limoges ! Alessandro Fedeli et Rui Costa avaient conservé une poignée de secondes sur le peloton pour se disputer la victoire. L'Italien devance l'ancien champion du monde sur la ligne, ce qui prouve une nouvelle fois que rien n'est écrit à l'avance lors du Tour du Limousin.

Le final de l'ultime étape est musclé, il faudra être costaud pour s'imposer dans la capitale limousine cette année. La côte de la Sablonade (3e catégorie – 1,5 km à 7,87 %) est la dernière difficulté répertoriée. Mais il ne s'agira pas obligatoirement du juge de paix. Elle sera suivie d'une succession de bosses usantes, la répétition de ces petites ascensions fera la sélection.

profil

© Tour du Limousin Organisation

La startlist

En 2020, la crise sanitaire avait récompensé les organisateurs qui s'étaient battus pour que l'épreuve ait lieu. Sunweb était présente, UAE avait engagé les sprinters Fernando Gaviria et Jasper Philipsen vainqueurs des 2e et 3e étapes. Rui Costa, deuxième de la dernière étape, était également de la partie, avec le prodige américain Brandon McNulty. Côté Groupama-FDJ, Jake Stewart s'était révélé au grand jour. Mais cette année, la formation de Marc Madiot présente son leader absolu Thibaut Pinot. Le Franc-Comtois est objectivement le seul coureur français de ces dix dernières années pouvant prétendre gagner un grand tour.

La liste des engagés peut encore évoluer au moment où nous bouclons cet article. Les noms que nous communiquons figurent sur la startlist provisoire, et sur les compositions définitives déjà publiées.

Les WorldTeams françaises

Elles sont toutes là, ce qui garantit la participation de trois WorldTeams. AG2R-Citroën délègue Benoît Cosnefroy, gagnant de l'édition 2019, le champion olympique 2016 Greg Van Avermaet, ainsi que Nans Peters, lauréat d'étapes lors des Tours d'Italie et de France en 2019 et 2020. Cofidis présente également des vainqueurs d'étapes de grands tours avec le plus récent, Victor Lafay (Giro 2021), et Simon Geschke (Tour de France 2015). L'explosif Anthony Perez est également annoncé avec le sprinter Christophe Laporte.

Aucune description disponible.

Greg Van Avermaet ©FGphotographic

Groupama-FDJ confirme la présence de Thibaut Pinot, le Franc-Comtois accrochera son premier dossard depuis le Tour des Alpes, lui qui a dû renoncer au dernier Giro suite à des problèmes de dos récurrents. Sébastien Reichenbach, ancien champion de Suisse, sera là pour épauler son leader. Valentin Madouas a fait un break après le Tour de France, et vient de gagner la Polynormande. Il sera lui aussi au départ à Isle. Simon Guglielmi devrait avoir une relative liberté pour tenter de gagner une étape, le Chambérien est à la recherche d'un contrat pour la saison prochaine.

Aucune description disponible.

Simon Guglielmi ©FGphotographic

De belles ProTeams tricolores

Les ProTeams auront également fière allure ! Ne participant pas aux prochaines courses WorldTour, certains grands leaders seront de la partie. Arkéa-Samsic engage le Colombien Winner Anacona, et surtout le maillot à pois du Tour 2017 Warren Barguil. Kevin Ledanois représentera lui aussi l'équipe bretonne. Il maitrise le profil limousin, souvenons-nous de sa 4e place au général de la précédente édition. Autre équipe bretonne, B&B Hotels p/b KTM nous envoie ses meilleurs coureurs ! Son sprinter vedette Bryan Coquard est annoncé avec le vainqueur à l'Alpe d'Huez et à Canazei, Pierre Rolland. Beau casting chez les équipiers, Franck Bonnamour (super-combatif du Tour 2021) et Jonathan Hivert ont leur terrain favori pour exprimer leur fougue. N'oublions pas de citer Quentin Pacher et Cyril Gautier.

TotalEnergies comptera sur Lorenzo Manzin pour jouer les victoires au sprint, et sur Mathieu Burgaudeau pour le général. Sérieusement blessé en Mayenne au printemps, le Vendéen vient de réaliser un bon tour de Norvège et pourra compter sur des hommes solides comme Julien Simon, Marlon Gaillard et Valentin Ferron. De son coté, Delko présente Alessandro Fedeli, dernier vainqueur d'étape de l'édition 2020 devant Rui Costa. Le jeune Alexandre Delettre aura le dossard de leader pour la formation marseillaise. Avec panache, il a conquis le maillot de meilleur grimpeur de l'Étoile de Bessèges en début d'année.

Aucune description disponible.

Alexandre Delettre ©FGphotographic

Les ContinentalTeams

Nos deux équipes continentales professionnelles, spécialistes des classements annexes, viennent épicer la startlist. Maxime Urruty (Xelliss-Roubaix Lille Métropole) a porté le maillot de meilleur grimpeur durant trois étapes lors des Boucles de la Mayenne. Nul doute qu'il tentera de se mettre en évidence, le Limougeaud d'adoption jouera à domicile. Saint Michel-Auber 93 brille régulièrement dans le Limousin. Absent cette année, Tony Hurel est le dernier lauréat du classement par points, Morne van Niekerk fut le meilleur grimpeur en 2019. Vainqueur de Paris-Troyes, le sprinter Romain Cardis aura également des ambitions. L'expérimenté Yoann Paillot s'ajoute à la liste.

Aucune description disponible.

Romain Cardis © FGphotographic

Belle délégation étrangère

L'aspect international de l'épreuve en rehausse le niveau, la redoutable équipe Alpecin-Fenix sera représentée par sept coureurs en Nouvelle-Aquitaine. Petr Vakoč, Jimmy Janssens et Laurens De Vreese, seront les meilleurs ambassadeurs de la formation néerlandaise. Bingoal Pauwels Sauces WB sera la seconde équipe du Benelux, avec notamment Boris Vallée.

L'Italie débarque avec Eolo-Kometa, Bardiani CSF Faizanè et Vini Zabù, cette dernière étant tenante du titre. Cependant, Luca Wackermann, le lauréat de 2020, roule désormais pour la formation d'Alberto Contador, et défendra donc son bien avec un autre maillot. Chez nos amis transalpins, Androni Giocattoli-Sidermec manque à l'appel. Parmi ces trois équipes, nous citons pêle-mêle Vincenzo Albanese, Francesco Gavazzi, Edoardo Zardini et Enrico Battaglin.

Mais que dire des Espagnols ? Caja Rural-Seguros RGA fait faux bond, Euskaltel-Euskadi et Kern Pharma représenteront donc à elles deux la péninsule ibérique. La concurrence frontale avec la Vuelta défavorise les organisateurs limousins, Kern présente toutefois de très bons coureurs. Roger Adrià a conclu au cinquième rang du classement des meilleurs jeunes du Tour de Burgos, Francisco “Kiko” Galván trouve un profil qui lui correspond.

Aucune description disponible.

 

L'équipe américaine Novo Nordisk vient sur le sol français pour notre plus grand plaisir, mais le Vosgien Charles Planet n'a pas annoncé de déplacement dans le Sud-Ouest cette année. Rappelons que la particularité de cette formation est d'être composée uniquement de cyclistes diabétiques. Gazprom-RusVelo aura pour meilleures cartes Sergey Chernetski, ancien coureur de Katusha et d'Astana mais aussi Christian Scaroni, passé par la “Conti” Groupama-FDJ.

Le palmarès récent

2010 : Gustav E. Larsson
2011 : Björn Leukemans
2012 : Yukiya Arashira
2013 : Martin Elmiger
2014 : Mauro Finetto
2015 : Sonny Colbrelli
2016 : Joey Rosskopf
2017 : Alexis Vuillermoz
2018 : Nicolas Edet
2019 : Benoît Cosnefroy
2020 : Luca Wackermann

Aucune description disponible.

Le tenant du titre Luca Wackermann © FGphotographic

Pendant ces quatre jours, nos deux reporters vous donnent rendez-vous sur Twitter (@We_Cyclisme). Au menu : live tweets, classements, interviews exclusives et réactions à chaud des protagonistes.

Crédit photo en une : Groupama-FDJ


Dernières publications

En haut