Rugby

Un week-end en Top 14 : “Domi” était dans toutes les têtes…

En ce week-end rempli de rugby, et sur tous les terrains de Top 14 comme de Pro D2, un seul et même fil rouge : l’hommage à la légende Christophe Dominici, parti bien trop tôt. Joueurs, staffs, anciens coéquipiers, tout le monde a pensé à ce géant de ce sport, qui en aura inspiré plus d’un. Et quelle meilleure manière de lui dire un dernier au revoir que de marquer des essais en première main, avec des prises d’intervalles et des passes à tout-va, comme il aimait tant le faire ? Retour sur cette 10ème journée de Top 14 pas forcément comme les autres.

 

L’homme du week-end : Christophe Dominici manquera à tout le monde 

Il était difficile de passer à côté de l’hommage rendu par tout le rugby français à l’un de ses plus beaux représentants. Christophe Dominici, décédé en milieu de semaine dernière, occupait tous les esprits des joueurs et staffs à l’aube de cette 10ème journée de Top 14. Evidemment, deux équipes auront peut-être eu le cœur un peu plus lourd lors de la diffusion des meilleurs moments de l’ailier de poche des Bleus, le RC Toulon et le Stade Français.

Varois d’origine, Christophe Dominici aura débuté sa carrière sur le tard, et aura été forgé aux valeurs de combat et d’agressivité si typiques du Var et de Toulon. Excessif et amoureux des relations humaines, il représentait bien ce caractère méditerranéen qu’il décide d’exporter au Stade Français, où il connaîtra ses plus belles heures de gloire. En effet, à la capitale, l’ailier connaît le succès sportif, avec 5 titres de champion de France, ses premières sélections (67 au total) et devient par la même occasion la première superstar du rugby français après sa 1/2 finale de Coupe du Monde dantesque réussie face aux Blacks en 1999.

Ses anciens partenaires sont tous d’accord pour dire qu’il aura été un ami, un grand frère parfois, et surtout un très grand joueur de rugby. Il aura également inspiré toute une génération de rugbymen, dont certains auront pris conscience qu’il ne faut pas être un géant pour pratiquer ce sport. Ses cheveux peroxydés, ses crochets et ses courses chaloupées, ainsi que sa passion manqueront à tout un chacun : on retiendra évidemment le meilleur de ce joueur génial au caractère bien trempé, qui aura fait vibrer plus d’un supporter durant sa carrière.

Ciao l’artiste, ciao Domi !

Crédits photo : FFR

 

Le match du week-end : Le LOU arrache sa victoire face à un valeureux Stade Français

Evidemment plus marqué que les autres clubs de ce Top 14, le Stade Français, où Christophe Dominici a évolué pendant de longues années et remporté 5 titres de champion, venait dans le Rhône avec la ferme envie de se montrer à la hauteur de son champion.

A nouveau concurrents crédibles aux phases finales, les Parisiens savaient que les Lyonnais les attendaient en prenant en compte ce statut, et qu’il faudrait être présent dès le coup d’envoi pour éviter la douche froide. Du côté des Rhodanien, on retrouvait les pelouses après plusieurs semaines d’arrêt du fait de cette satanée covid qui n’en finit plus de faire tourner les têtes.

Et ce détail aura eu de l’importance lors de la première mi-temps, tant les partenaires de Gaël Fickou auront dominé cet acte, jouant très régulièrement dans le camp des hommes de Pierre Mignoni. Ces derniers encaissent d’ailleurs le premier essai de la rencontre par l’intermédiaire de l’arrière du Stade Français, Kylan Hamdaoui, après avoir été mis magnifiquement en orbite par la révélation du club cette saison, Joris Segonds.

Les Lyonnais restent malgré tout dans le match grâce à la botte de Jean-Marc Doussain, auteur de 15 points hier soir. Le score à la pause est de 9-13 pour les hommes de Gonzalo Quesada, et on voyait mal comment les Rhodaniens pouvaient répondre à l’envie démontrée par les Parisiens.

Pourtant, tout s’inverse en deuxième mi-temps : Doussain, malgré quelques ratés, continue son festival au pied, pendant que le Stade Français commence à jouer dans son camp, ne trouvant de l’air que grâce aux coups de pied de mammouth de Segonds.

A force d’abnégation et de volonté, les Lyonnais sont récompensés par un essai de Bamba à 4 minutes de la sirène, et ce malgré un problème de chrono qui déclenche une mini-vague de panique chez les joueurs et coachs de chaque équipe ! Finalement, le LOU emporte une victoire précieuse 20-19 face à un Stade Français qui commence à retrouver de sa superbe après quelques saisons pénibles et compliquées.

 

 

L’essai du week-end : Le festival de Lamerat pour Ian Kitwanga

Les Bordelais auront fait la belle affaire de ce week-end, en l’emportant sur le terrain d’un MHR méconnaissable depuis le début de ce championnat. Les hommes de Christophe Urios, qui enchaînent les victoires malgré des matchs difficiles, continuent leur marche en avant et se rapprochent du top 6, avec une rencontre en retard en jouer en prime.

Dans cette partie intense et disputée, il aura fallu déployer des trésors d’inventivité pour trouver la faille face à des défenses compactes et agressives. Rémi Lamerat, qui prend de plus en plus d’ampleur dans cette UBB version Urios, en aura été l’un des déclencheurs, grâce à une inspiration géniale combinée à une réalisation technique parfaite !

Alors que ses coéquipiers sont devant les 22m héraultais, dans une action qui commence à durer, Ben Botica hérite de la balle et voit son centre bien décalé sur sa droite. Malgré la montée d’un défenseur montpelliérain, l’ouvreur girondin temporise et trouve Lamerat d’une belle passé vissée. Prenant l’espace et voyant Guirado face à lui, le numéro 12 de l’UBB effectue une course chaloupée, qui met dans le mal le talonneur du MHR, qui ne sait plus trop où il habite sur cette action.

Tout en portant le ballon à une main, Lamerat voit son coéquipier Kitwanga en soutien sur sa droite. Coincé entre Lozowski et Rattez (excusez du peu), le centre trouve le moyen de transmettre le ballon à son troisième ligne grâce à une passe magique, et ce dernier n’a plus qu’à aplatir en terre promise !

 

On a aimé : L’hommage rendu à Christophe Dominici

Il fallait un hommage à la hauteur du joueur et de l’homme qu’il était. Entre ses ex-coéquipiers, ses amis ou ses “descendants”, pas un n’aura eu d’autres mots que d’admiration pour l’ailier aux 67 sélections.

Si on a vu Fabien Galthié, Bernard Laporte ou encore Sergio Parisse très touchés par la disparition de Domi, chacun aura eu une pensée émue pour l’enfant de Toulon.

Les instances aussi auront permis à ce que jeunes comme moins jeunes participent à dire au revoir à ce géant de ce sport, et ce par plusieurs hommages, comme la vidéo ci-dessous :

 

On n’a pas aimé : Castres n’y arrive plus

Si on avait vu le CO redresser la tête lors de ses trois dernières rencontres, les Tarnais seront retombés dans leurs travers ce week-end face à Clermont-Ferrand.

Les hommes de Mauricio Reggiardo étaient pourtant dans le match jusqu’à la 54ème minute, n’étant qu’à 2 petits points des Jaunards à ce moment de la partie (14-16). Simplement, tout s’écroule par la suite avec deux cartons jaunes en 2 minutes et un essai de pénalité ! L’ASM enchaîne alors les vagues, et s’en va marquer 24 points consécutifs pour clore la rencontre sur le score de 14-40, prenant au passage le bonus offensif à Pierre Fabre.

On sent les Castrais en difficulté dans ce championnat, eux qui avaient pourtant ciblé cette rencontre face à Clermont pour essayer de se relancer et ainsi de voir plus haut pour la suite de la saison. Hélas, il faudra désormais que les coéquipiers de Mathieu Babillot regardent plutôt derrière eux que devant eux…

 

 

Un oeil sur la Pro D2 : Vannes fait le gros coup à Oyonnax, l’USAP suit le rythme, et ça se resserre en bas de tableau

Journée productive en Pro D2, avec toutes les rencontres qui se sont disputées, sans aucun report !

Vannes réalise un véritable exploit et confirme sa grande forme avec une victoire sur le terrain d’Oyonnax (20-30), après une rencontre maîtrisée de bout en bout.

Bien leur en a pris, car leurs poursuivants sont affamés : l’autre duel de haut de tableau entre Provence Rugby et Biarritz n’ayant pas eu de vainqueur (16-16), c’est l’USAP qui aura fait la bonne affaire en chipant la 2ème place à Oyonnax grâce à sa victoire bonifiée face à Aurillac (31-6).

Pour la relégation, la bataille fait rage : Mont-de-Marsan se retrouve bon dernier au classement, et semble complètement à l’arrêt après une nouvelle défaite sur la pelouse de Montauban (30-13).

Soyaux-Angoulême relève la tête, et décroche enfin une victoire lui permettant de se rapprocher de Valence-Romans, sa victime du soir (30-19).

Enfin, Rouen se donne un peu d’air avec son succès face à Béziers (15-10), même si rien n’est fait encore…

 

Les résultats du Top 14 : 

Le classement du Top 14 : 

 

Les résultats de Pro D2 : 

Le classement de Pro D2 : 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire