Rugby

Un week-end en Top 14 (J11) : 5 victoires à l’extérieur lors de cette 11ème journée !

Comme un symbole, les deux clubs de Christophe Dominici s’affrontaient en ce week-end de Top 14, comme pour rendre un dernier hommage à ce joueur qui fait partie de la légende du rugby français. Le Stade Français sort d’ailleurs vainqueur de cette opposition, qui conclue une 11ème journée marquée par pas moins de 5 victoires à l’extérieur. Le MHR, le Racing, le Stade Toulousain, Brive et Castres glanent des points à l’extérieur qui pourront compter au moment du sprint final, dans un championnat totalement fou !

 

Le match du week-end : Stade Français – Toulon, comme un symbole

Hasard du calendrier, le match entre le Stade Français et Toulon arrivait très rapidement après l’annonce du décès tragique de Christophe Dominici. Ses deux amours, entre sa ville natale, Toulon, et sa cité de coeur, Paris, s’affrontaient dans une rencontre évidemment chargée en émotions.

Emmené par un Sergio Parisse qui a notamment connu les honneurs d’évoluer à côté du feu-follet varois, le RCT venait dans la capitale pour faire un coup, face à un Stade Français bien décidé à prolonger l’embellie entrevue depuis le début de saison. Et rapidement, ce sont les hommes de Gonzalo Quesada qui portent la première estocade, avec un superbe essai inscrit par Lester Etien, le numéro… 11 du Stade Français ! Servi idéalement par Hamdaoui, il permet aux siens de prendre les devants dès la 15ème minute.

Mais on l’a dit, les Varois de Patrice Collazo ne venaient pas en spectateur à Jean Bouin, et montrent les dents 10 minutes plus tard, suite à un ballon porté où l’éternel Parisse vient passer la ligne d’en-but parisienne. Segonds, la révélation locale fait repasser son équipe devant au score, avant que Tolofua, sur un autre maul pénétrant, n’aggrave le score pour le RCT : 11-17 à la pause, et un match très plaisant à regarder.

Il était écrit que les ballons portés allaient être la clé dans cette rencontre serrée : cette fois, ce sont les Parisiens qui concluent via cette phase de jeu grâce à Tolu Latu, aidé par Joris Segonds à la transformation, dans ce chassé-croisé intense !

La suite, c’est un duel de buteur entre Serin côté RCT, et Segonds côté Stade Français. 2 pénalités chacun, et même un drop sur le poteau de l’ouvreur parisien, et la rencontre se termine sur un en-avant de Jolmès sur le score de 24-23 pour les Parisiens, qui remportent là une victoire intéressante dans l’état d’esprit !

L’homme du week-end : Louis Foursans-Bourdette (MHR) a tout d’un grand !

Bombardé titulaire à l’ouverture du MHR à seulement 18 ans, Louis Foursans-Bourdette rayonne au coeur du jeu de son équipe, démontrant que la valeur n’attend pas le nombre des années ! Le numéro 10 gravit les échelons à vitesse grand V depuis son arrivée à Montpellier, lui qui est déjà international des moins de 16 et des moins de 18 ans français.

Emmenant les siens sur la pelouse du toujours redoutable Clermont-Ferrand, il aura émerveillé son monde en passant pas moins de 7 pénalités, la totalité des points du MHR sur ce match s’il en est ! Précieux au pied donc, inspiré en attaque et généreux en défense, le gamin de Nîmes prouve qu’il faut faire confiance aux jeunes peu importe l’environnement.

Une victoire salutaire pour les hommes de Xavier Garbajosa, en difficulté dans ce premier tiers de saison, tandis que les Clermontois rechutent alors qu’il semblait que les Auvergnats avaient réglé leur souci d’inconstance qui leur fait tant défaut…

Crédits photo : Icon Sport

 

L’essai du week-end : Teddy Thomas (Racing 92) le funambule

En vue avec l’équipe de France et libéré d’un certain poids en club, Teddy Thomas a du feu dans les jambes ! L’ailier francilien, après une parenthèse internationale plutôt réussie, n’a rien perdu de sa superbe et surtout de ses inspirations géniales.

Cela a encore été le cas face à Bordeaux, dans une rencontre cadenassée par deux maîtres tacticiens, Christophe Urios et Laurent Travers. Un jeu pas forcément ambitieux et plutôt restrictif, il est vrai rendu difficile par des conditions météo humides et un terrain gras, rendant le ballon glissant. Evidemment, les mêlées, ballons portés et jeu au près ont été le temps fort du samedi après-midi, entre deux formations qui ne voulaient rien céder.

Mais parfois, il suffit d’un éclair de génie et d’un peu de culot pour débloquer une partie… Teddy Thomas fait partie de cette caste de joueurs, fantasques mais ô combien efficaces ballon en main, avec une technique au-dessus de la moyenne. Alors qu’un énième ballon porté est construit par le Racing, Iribaren s’empare du ballon et sent son ailier dans le fermé, qui lui demande le cuir.

Le ballon relevé, le numéro 14 commence son festival, avec une accélération grâce à ses jambes de feu, et une vista incroyable ! Un coup de pied à suivre pour lui-même, qui lobe Buros, le dernier rempart girondin. L’ailier n’a ensuite qu’à accélérer, récupérer le cuir sans faire d’en-avant, et voilà le Racing qui frappe à 5 minutes de la fin, scellant une victoire acquise dans la douleur mais très importante au final !

On a aimé : L’intensité de Bayonne – Toulouse malgré le déluge

Ce n’est pas peu dire qu’il faisait mauvais sur la côte basque ce week-end, et sur Bayonne plus précisément. De la pluie, du vent, rien a priori pour produire un bon match de rugby… On craignait il est vrai un festival de mêlées et d’en-avants, entre des Basques qui voulaient continuer leur série d’invincibilité à domicile, et des Toulousains qui retrouvaient une partie de leurs internationaux après la parenthèse internationale de l’automne.

Il n’en fut rien, ou presque, car la rencontre aura au final été évidemment tactique, mais bien plus emballante que prévue. Au final, peu d’erreurs malgré la météo, 3 essais à 2 pour les Toulousains, et un bonus défensif mérité pour des Bayonnais qui n’auront rien lâché en produisant un maximum de jeu face à l’expérience des Haut-Garonnais. On en redemande !

On n’a pas aimé : Agen ne relève pas la tête contre Brive

C’était certainement l’une des seules rencontres où les Agenais pouvaient enfin remporter une victoire, à domicile, contre un mal classé. Brive venait dans le Lot-et-Garonne avec la ferme envie de réaliser un bon match, et de prendre des points avant de repartir en Corrèze. Hélas, le staff agenais mené par Régis Sonnes ne semble pas avoir encore trouvé la clé pour faire repartir un effectif touché en plein coeur après un début de saison cauchemardesque.

Si l’envie est bien présente, le SUA a semblé trop limité techniquement et tactiquement face à un adversaire lui aussi habitué à jouer le maintien depuis quelques saisons déjà. Une défaite de plus pour les Agenais, qui devront absolument se battre jusqu’au bout pour ne pas connaître l’humiliation d’une cuillère de bois sur l’ensemble d’une saison, chose que l’on ne souhaite à personne !

Un oeil sur la Pro D2 : Vannes s’arrache à domicile, Perpignan écrase Soyaux-Angoulême, et Mont-de-Marsan retrouve le goût de la victoire !

On n’arrête plus Vannes, le leader un peu surprise de cette Pro D2 ! Les Bretons sont encore allés chercher une victoire avec les tripes, une semaine après leur succès acquis sur la pelouse d’Oyonnax, l’un de leurs concurrents directs. Face à Montauban, toujours très accrocheur, Vannes s’impose 20-10 et continue son impressionnante marche en avant !

Derrière, Perpignan suit le rythme de folie imposé par les Vannetais, avec un succès net et sans bavure 49-0 face à Soyaux-Angoulême, la désormais lanterne rouge du championnat. 7 essais, du jeu et de l’envie, les Catalans sont bien décidés à ne pas lâcher le leader breton, sachant qu’ils ont encore 1 match en retard à disputer à Colomiers.

En bas de tableau, Mont-de-Marsan retrouve le chemin du succès après une série de défaites cauchemardesque ! Une victoire 15-3 face à Rouen, comme une délivrance pour les Landais, qui attendaient cette douce sensation depuis quelques journées déjà. Et en plus de laisser la dernière place à Soyaux-Angoulême, les Montois font un rapproché sur Valence-Romans et Rouen, qu’ils ont désormais dans le viseur.

Enfin, à noter la rencontre reportée entre Grenoble et Provence Rugby, non pas pour cause de covid, mais du fait des incroyables chutes de neige qui se sont abattues sur l’Isère, rendant le terrain impraticable !

Les résultats du Top 14 :

 

Le classement du Top 14 :

 

Les résultats de Pro D2 :

 

Le classement de Pro D2 :

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire