Ligue des Nations

Une fenêtre internationale pour du beurre ?

Dernière répétition avant la Coupe du Monde pour les Bleus. A deux petits mois du mondial, Didier Deschamps et les siens disputeront deux matchs comptant pour l'édition 2022-2023 de la Ligue des Nations. Deux rencontres qui s'avèrent être anecdotiques pour les Français, d'ores et déjà éliminés après les nuls en Croatie et en Autriche, et les défaites contre le Danemark et ces mêmes Croates au Stade de France. En plus du manque d'enjeu, bon nombre de titulaires de la formation tricolore seront absents, blessés. En sachant que Didier Deschamps ne laisse que très rarement une chance à un petit nouveau juste avant une grande compétition, on peut clairement se demander à quoi vont servir ces deux rencontres. Malgré tout, certains ont un statut à affirmer, ou un coup à tenter. 

Hugo Lloris, Théo et Lucas Hernandez, Kinglsey Coman, Ngolo Kanté, Paul Pogba, Karim Benzema. Ils sont donc sept, sept titulaires dans l'esprit du sélectionneur à être absents pour cause de pépins physiques. En rajoutant à cela Presnel Kimpembe, Adrien Rabiot, Boubacar Kamara présents dans les listes précédentes, et vous avez donc pratiquement la moitié du groupe France absent. De quoi s'affirmer pour les petits nouveaux ? Pas si sûr, DD ayant annoncé avoir déjà sa liste en tête ou presque, hors contre coups physiques ou extra-sportifs. Malgré tout, on pourrait tout de même tirer certains enseignements de ces deux rencontres contre l'Autriche et au Danemark.

Retour au 4-4-2? 

Le système avait pratiquement été adopté pour lui, et ses qualités (surtout offensives). Absent après s'être blessé à la cuisse hier lors de la défaite de Milan contre Naples, Théo Hernandez ne sera donc pas de la partie et sera remplacé par Lucas Digne. L'ancien Barcelonais, comme son homologue Ferland Mendy, ont des caractéristiques qui collent plutôt bien à ce rôle de pistons également. Mais il faut souligner que le piston droit, à savoir Kinglsey Coman, est lui aussi absent ! De quoi remettre en cause le système ? Possible, Deschamps pourrait revenir à un 4-4-2 plus classique, pour réinstaller Benjamin Pavard plutôt qu'un Jonathan Clauss qui a semblé complètement cramé avec l'OM ces dernières semaines. Kimpembe et Lucas eux aussi sur la touche, le sélectionneur a donc appelé (ou rappelé) deux inexpérimentés : Benoit Badiashile et Dayot Upamecano. La charnière pourrait donc s'articuler autour de Varane et Koundé, avec un Saliba en back-up. Au milieu, le manque de solution pourrait aussi pousser DD à rester à 2 avec Tchouaméni en chef de fil. Enfin devant, associer Griemann et Mbappé pour redonner confiance au Madrilène et lui faire retrouver des automatismes et des sensations pourrait être une bonne chose. En 4-4-2 ou en 4-3-3 (tout dépendrait de la position de Grizi), le système devrait évoluer.

Derrière, une chance pour Saliba? 

Au milieu de cette hécatombe, celui qui a peut-être le plus de chance de tirer son épingle du jeu s'appelle William Saliba. Et ce, pour plusieurs raisons. Contrairement à Badiashile ou Upamecano, il était présent lors des dernières fenêtres internationales, et a plutôt été bon. Il est clairement dans un petit coin de la tête du sélectionneur, contrairement aux deux autres, présents par défaut. Ensuite, il joue, et plutôt bien à Arsenal. Déjà buteur à deux reprises, il est l'un des éléments moteurs des Gunners, en tête de la Premier League. Enfin, la concurrence laisse à désirer et il se pourrait également que Kimpembe soit juste pour le Mondial. Il connait la défense à trois, ce qui est un atout non négligeable. L'ancien Marseillais a clairement les cartes en main pour obtenir son billet pour le Qatar.

Tchouaméni, pour s'affirmer 

Son billet, lui, il l'a déjà composté, sauf mésaventure. Aurélien Tchouaméni, qui s'est déjà fait une place en sélection, brille avec le Real Madrid en ce début de saison. Avec les absences longues durées de Pogba et Kanté, il fait désormais figure de taulier, de patron, au milieu. Nul ne sait dans quel état les deux champions du monde seront en novembre, et même s'ils pourront être du voyage. Deschamps a donc tout intérêt à se préparer au “pire”, en prévoyant l'avenir. Et ce futur passe clairement par l'ancien Monégasque, l'un des seuls à avoir tiré son épingle du jeu lors du rassemblement du mois de Juin. Il devrait débuter les deux rencontres et l'équipe pourrait clairement s'articuler autour de lui. A lui de prendre les clés du camion que lui laissera volontiers DD.

Dembélé, un statut à récupérer 

Si devant, l'intérêt principal aurait pu être le duel entre Griezmann et Nkunku pour le poste de titulaire, un autre homme devrait attirer la lumière: Ousmane Dembélé, revenu en état de grâce sous les ordres de Xavi au Barça. L'un des chouchous de Deschamps, trop souvent sujet aux blessures, doit reprendre le fil de son histoire avec les Bleus. Il sait qu'en pleine forme, le sélectionneur lui voue une confiance aveugle. Si le système utilisé depuis la victoire en Ligue des Nations il y a maintenant plus d'un an n'est pas totalement sa tasse de thé, il sait qu'à tout moment, cela peut changer, et surtout pour lui ! Il fait partie des joueurs capables de faire basculer une rencontre à lui tout seul. Et ça, “la Dèch” le sait mieux que quiconque. Il aura sans doute l'opportunité de marquer des points décisifs face à la concurrence (Diaby, Martial, Ben Yedder) lors de ces deux rencontres.

Si de premier abord, il n'y a pas grand intérêt à regarder ces deux matchs de l'Equipe de France, au final, à deux mois du Mondial, certains enseignements pourraient être tirés. Si les absents ont toujours tort, là en revanche, ce sont plutôt les présents qui ont tout à perdre. Cette dernière répétition avant le Mondial 2022 devrait en tout cas éclairer une bonne fois pour toute l'esprit de Didier Deschamps pour sa liste finale. 

Crédit photo : L'Equipe


Dernières publications

En haut