Boxe

WBO, WBC, WBA, IBF : que se cache-t-il derrière les dénominations des principales fédérations de boxe au monde ?

Pour les amateurs du noble art, ces dénominations ne sont point des incantations puisqu'elles font partie indéfectible du jargon. Il n'en demeure pas moins que faisant référence aux plus grandes fédérations qui régissent la boxe dans le monde, elles ont une histoire, un mode de fonctionnement et un rayonnement qui méritent d'être mieux cernés.

Le contexte,

”La boxe est une religion. Tu peux y croire même si tu ne la pratiques pas”, déclarait Julien Lorcy, ancien champion du monde WBA des poids légers. C'est dire que ce sport compte nombre de passionnés à travers le monde et déchaîne tant que faire se peut les passions sans pour autant tomber dans les extrêmes parce que comme son nom l'indique: c'est un art très noble. Soit, un peu comme dans d'autres disciplines sportives, la boxe est régie par une faîtière sinon des faîtières en ce qui la concerne qu'on appelle : fédérations de boxe.  Le premier but de chacune de ces fédérations dites internationales, c'est de faire s'affronter des boxeurs pour l'obtention d'un titre. Elles sont au nombre de quatre du moins pour les plus connues et les plus prestigieuses. Evidemment, il y en a d’autres. De ce fait, obtenir la ceinture du grand champion est un doux rêve de bien des combattants.

La WBA, World Boxing Association, ancêtre et pionnière,

 

Fondée en 1921, la WBA prend la relève de la NBA, National Boxing Association (dont l'acronyme est aujourd'hui utilisé au basket-ball) en 1962, ce qui fait d'elle la fédération la plus ancienne, répartie entre plusieurs subdivisions dont entre autres : les poids légers, les poids welters, les poids lourds et super lourds. Quant aux titres,  les plus prisés ou du moins les principaux ne sont autres que celui du “Grand Champion du monde” sans oublier celui du “Super Grand Champion du monde” de la WBA, des titres qu'ont obtenu des boxeurs renommés comme Chris John, Floyd Mayweather Jr. ou encore Anselmo Moreno. Une illustration très édifiante. Le premier combat ayant opposé Klitschko, l'Ukrainien favori au titre, et Anthony Joshua, un challenger, est devenu légendaire. En 2015, à Wembley (Angleterre), ce match était annoncé comme prometteur, mais a été bien au-delà : non seulement Anthony Joshua a remporté la ceinture de champion WBA mais il opéra un quadruplé unique en s'adjugeant également la ceinture IBO et WBO quelques mois plus tard.

La World Boxing Council, la mieux vulgarisée et peut-être la plus convoitée,

 

Fondée en 1963 par 11 pays (d'Amérique latine, plus les États-Unis, la France et le Royaume-Uni), la WBC est l'une des fédérations les plus médiatisées au monde si ce n'est la figure de proue. Les États-Unis dominent largement le classement, bien qu'une entorse a été observée en 2015 avec l'apparition de l'Ukrainien Viktor Postol dans le classement, une première dans l'histoire de l'association. La WBC organise son championnat du monde avec essentiellement en lice les américains, têtes de gondole du classement. Des noms comme Canelo Alvarez et Deontay Wilder ont été entre autres des visages majeurs de la WBC. Il n'en demeure pas moins que la fédération comporte aussi beaucoup de ceintures mineures (Latino, Silver), donc des compétitions de moindre envergure pour le grand public et qui malheureusement bloquent parfois le déroulé des grands combats de boxe.

L’International Boxing Federation, la dimension la plus impressionnante,

 

Fondée en 1983, cette fédération est le principal successeur de l'USBA (l'United States Boxing Association). Bien que les champions et aspirants viennent de plusieurs horizons, on ne saurait effacer les souvenirs devenus intarissables procurés par le combat entre Tony Tucker, le chouchou de l'IBF, qui avait tourné court lorsqu'il est mis K.O par Mike Tyson, l'un des plus grands boxeurs de son temps. L'IBF dispose par ailleurs d'une spécialité, avec l'IBF Muay Thaï. A l'aune de ses nombreuses conventions annuelles, elle met les compétiteurs sur un piédestal et leur permet de gagner en visibilité. Le gros point fort de cette fédération ? Un internationalisme ayant amené, tour à tour, un Ukrainien, un Mexicain et un Américain au pouvoir. Une ligue internationale, un brassage ineffable, un choc des cultures ou une diversification des champions dira-t-on.

La World Boxing Organization, la plus récente de ces institutions,

 Fondée en 1988, la WBO a vu un affrontement des plus spectaculaires dans le cadre de ses regroupements. Son plus grand combat, du moins celui qui reste encore vivace dans les esprits demeure celui de McGregor, grand champion de MMA (au sein de la fédération de l'UFC) face au mythe du noble art Floyd Mayweather. Estimé à plusieurs milliards d'euros, ce match tenu en 2017 a montré que bien des parieurs ont été battus à plate couture : ce n'est pas le favori des bookmakers, McGregor qui a triomphé mais bien l'expérience et la science de l'inoxydable Mayweather. Dans un autre registre, Tyson Fury et son combat contre le tenant du titre WBO (et WBA, IBF) Viktor Klitschko a lui aussi eu retentissement monumental.

L'aura et la notoriété de la boxe anglaise ne peuvent être écornées tant que ses faîtières existeront et continueront à scintiller. Si le noble art continue au fil des années à sortir des champions aussi souverains et inspirants les uns que les autres, c'est fondamentalement grâce à elles.


Dernières publications

En haut