Catch

WWE Live Paris : une expérience inoubliable

WWE Paris

Ce samedi 30 avril, la WWE revenait à Paris après deux ans attentes dû à la pandémie de Covid-19. Dans une salle de l'Accor Arena remplie à guichet fermé, les fans ont pu vivre une expérience unique. We Sport vous emmène au cœur de ce spectacle haut en couleur. 

Aux alentours de 18h30, une heure et demie avant le début du show, les fans s'agglomèrent autour de la mythique salle de Paris Bercy. La file d'attente est longue, très longue, environ 400 mètres. Mais ça ne fait rien puisqu'elle est mouvante et que tout le monde est fan de catch et peut donc discuter de sa passion avec n'importe qui. Dans cette foule, pas de barrière de générations. Les jeunes enfants viennent accompagnés de leurs parents, on y voit des ados, des adultes, jeunes ou moins jeunes, mais également des personnes âgées dépassant les 70 ans avec leurs petits-enfants ou non. D'ailleurs, on pouvait croiser un couple de grand-parents, sans petit-enfants, arborant fièrement des T-Shirt à l'effigie de la Bloodline, un moment très touchant.

Au total, quasiment 11 500 personnes s'introduisent dans la salle sous les consignes du personnel de sécurité qui demande d'avancer et d'occuper l'espace en même temps que des serveurs opportunistes, mais malins viennent proposer des bières aux gens dans la queue.

Une ambiance folle

Comme dit précédemment, 11 500 fans de catch étaient réunis à l'Accor Arena. Et 11 500 ça fait du bruit. L'ambiance n'a presque jamais baissé en intensité durant tout le show. Ce dernier commence par une introduction de Christophe Agius et Philippe Cherreau, commentateurs sur AB1 : “Ici à Paris on va passer une super soirée, mais surtout on va passer… PAR DESSUS LA TROISIEME CORDE”. Voici une belle entrée en matière, reprise par tout le public qui connaît la catchphrase par cœur. Ensuite, Sami Zayn, seul francophone prévu sur le show fait son entrée. Le public le hue malgré tout. Le Québécois répond sec “FERME TA GUEULE” dans un français plus ou moins correct.

Une carte digne d'un PLE

Premier match, Ricochet défend son titre intercontinental contre Sami Zayn et Butch. Le Britannique va connaître une belle soirée également avec un accueil surprenant à son égard. Sans surprise (comme durant tout le show), le champion conserve. Aliyah et Shotzi enchaînent. On s'y attendait, l'atmosphère redescend un peu pour ces deux superstars moins connues. Aliyah l'emporte avec un Roll up logique. Les choses sérieuses commencent avec Shinsuke Nakamura contre Gunther. Le public chante haut et fort la musique du japonais. Les “Ooooohoooooooohooooooohoooooooh” envahissent la salle et les frissons apparaissent sur le corps. Le combat est physique, intense, les atémis de Gunther sont toujours aussi claquantes et bruyantes. Mais à la stupeur générale, l'Autrichien gagne avec un Roll up également. Un peu dommage, mais cela ne gâche pas l'ambiance puisque Bobby Lashley arrive sous les hurlements de la salle.

Le public scande “Bobby ! Bobby ! Bobby” pour le All Mighty qui visiblement n'a pas eu de graves séquelles de sa chute accidentelle lors du Live Event précédent. Sur le papier, il devait affronter Sheamus. Cependant, l'Irlandais “ne catche que dans des grandes villes”. Il laisse donc Ridge Holland le remplacer. Ça encourage Lashley durant tout le match, alors que les heels grugent dès qu'ils le peuvent provoquant de violentes bronchas. Le Dominator arrive à se reprendre et fait son Spear pour le compte de trois. À peine remonté sur la rampe que Ronda Rousey débarque. La salle explose. Le rouge et le jaune typique de son thème d'entrée illumine la salle et tout le monde semble content de voir “The Baddest Woman on the Planet”. The Queen Charlotte Flair débarque royalement sous une majorité de huées mais surtout de “Woo” sifflés par le public.

Le combat ressemble beaucoup à celui de WrestleMania. Seulement, là nous n'avons pas le suspense. Le match se termine quasiment de la même manière qu'au show des shows. Ronda Rousey porte son Take Down à Charlotte, l'arbitre compte trois avant de se rendre compte que Charlotte avait son pied dans les cordes. Rousey discute avec l'arbitre. Natural Selection, tombé avec assistance des cordes et victoire de Charlotte. La foule se met à huer, pendant que la Reine montre fièrement sa ceinture.

Un clapping pour Butch

Après cinq bons matchs, on nous annonce l'entracte. Petite pause de 10-15 minutes où c'est le moment pour faire de nouvelles rencontres, se restaurer, ou tout simplement récupérer de nos émotions. Vers la fin, Christophe Agius et Philippe Cherreau viennent sur le ring. Ils commencent par remercier les fans présents. Puis, ils font la promotion pour le shop, avant que Cherreau lance une idée qu'il tease comme “inédite en Europe”.

Il demande à tout le monde de se taire pour lancer un clapping. C'est alors que toute la salle comprend que c'est l'instant, c'est le moment, on va clapper pour Butch. Idée lancée par Sturry, célèbre figure du Youtube/Twitch catch en France, à chaque clap le public tout entier va crier en cœur “BUTCH !” Un moment fédérateur qui a tourné sur les réseaux sociaux. Le compte Twitter “WWE on BT Sport” a repris la vidéo et Butch lui-même a remercié les fans français. À la reprise du show, Amale, seule représentante tricolore à la WWE est venue dire bonsoir. En communion avec le public, elle lance le compte à rebours pour la reprise du show.

Une deuxième partie sous star power

La deuxième partie du show nous a réservé les plus grandes stars. On ouvre avec un match pour les titres tag team féminin entre Sasha Banks & Naomi contre Natalya et Shayna Baszler. À son arrivée, The Boss a provoqué une hystérie de la part du public. On a assisté à la première pop vraiment imposante du show. Le match est on ne peut plus banal, égal à ce que l'on voit pendant les weekly, mais le plus important reste l'ambiance sonore que mettent les fans. Les championnes conservent et en profitent pour faire des photos avec tout le monde.

On enchaîne avec les Usos contre RK-BRO. Les champions de SmackDown font leur entrée en premier et reçoivent vraiment des réactions hautement vocales. Mais ce n'est rien par rapport à l'arrivée de la légende Randy Orton. Là, on parle d'une icône de toute une génération, celle qui a connu le catch sur NT1. Pour sa première en France depuis dix ans, la vipère à offert aux fans présents un vrai moment de bonheur. Son implication sur le ring s'est résumé à ses classiques. Hot tag, coup de la corde à linge, powerslam, DDT assisté des cordes et RKO. Simple, rapide, efficace dans la joie et la bonne humeur qui se matérialisait réellement.

Le Main Event, le climax du show

Enfin, le Main Event, Roman Reigns contre Drew McIntyre. Les deux ont pris leur temps sur leurs entrées. Dix minutes se sont écoulées de la première note de musique au retentissement de la cloche. Ce match démarre lentement, très lentement, et ce pour une raison : le public. Celui-ci a mis une ambiance de feu et a donné de la voix en scandant : “Mc-In-tyre ! Ro-man Reigns !”, “Mc-In-tyre ! Ro-man Reigns !”, “Mc-In-tyre ! Ro-man Reigns !” Les deux lutteurs impressionnés n'ont pas bougé durant les premières minutes du combat, prenant un bain de foule. On a pris son temps, on s'est délecté de l'atmosphère onirique, et le rythme augmentait petit à petit.

En fin de combat, l'Écossais tente deux fois le Claymore Kick, deux fois il se fait contrer. D'abord par un Superman Punch, non concluant. Puis, par un Spear (le deuxième du match) qui cloue au sol l'ancien champion WWE. Le champion indiscuté reste au sommet de la hiérarchie.

En after show, Roman Reigns a délivré une petite promo disant nous remerciant d'avoir été présent. Il révèle qu'il est impressionné par tant de ferveur et précise que c'est exactement ce pourquoi la WWE existe. Il nous demande de faire attention à nous lorsqu'on rentre à la maison et surtout de l'adouber en tant que chef de tribu.

En résumé, ce show était un moment hors du temps. La communauté française l'attendait depuis deux ans et l'a fait savoir par la voix et l'énergie qu'ils ont donné. Les catcheurs et catcheuses présent(e)s ont tous noté l'implication du public français sur leurs réseaux. Toute la fanbase française espère pouvoir revivre une telle expérience dans les mois, années à venir. En tout cas, WWE Paris c'était génial ! 

Source photo : WWE

Dernières publications

En haut