Basketball

2008 : Quand les Celtics étaient sur le toit de la NBA !

Avec seulement 2 apparitions en finales depuis l’an 2000, Boston a tout de même pu ajouté à son palmarès le titre de 2008, l’un des plus atypiques de son histoire. Retour sur une année qui restera dans les mémoires.

Les Celtics de Boston, champions NBA à 17 reprises, devant les Los Angeles Lakers et leurs 16 titres. Considérée par certains comme la plus grande franchise de l’histoire, les C’s ont pourtant connu des années de galère, eux qui ont gagné 11 titres entre 1955 et 1970. Avec seulement 2 apparitions en finales depuis l’an 2000, Boston a tout de même pu ajouté à son palmarès le titre de 2008, l’un des plus atypiques de son histoire. Retour sur une année qui restera dans les mémoires.

LA FORMATION DU BIG FOUR

À la fin de la saison 2006/2007, les Celtics sont à 25 victoires pour 58 défaites, et ne participent donc pas aux playoffs. Paul Pierce, qui a raté 35 matchs la saison dernière, va entamer sa dixième saison à Boston, et les dirigeants pensent qu’il est temps de l’entourer comme il se doit. Âgé de 29 ans, il doit désormais prouver qu’il peut être le leader d’une équipe qui va loin. Danny Ainge va alors frapper fort durant l’été. Les Celtics vont accueillir, pour suppléer à Pierce et un jeune Rajon Rondo, Ray Allen et Kevin Garnett, tous 2 All Stars la saison précédente. C’est donc armé d’un monstre à trois têtes que les C’s vont pouvoir attaquer la saison à venir avec un seul objectif : le titre.

LE CHEMIN DU TITRE

Boston finit la saison 2007/2008 avec un bilan de 66 victoires pour 16 défaites, 1er de la conférence Est. Ils doivent donc affronter, pour le 1er tour des playoffs, les Hawks d’Atlanta. Une série plus compliquée que prévu, qui finira en 7 matchs, où aucune des équipes ne parviendra à s’imposer à l’extérieur. Direction la demi finale contre les Cavs d’un LeBron James encore jeune mais qui laissera présager d’une future rivalité entre lui et la franchise du Massachusetts. Encore une série en 7 matchs. Encore une série où aucune des équipes ne s’impose à l’extérieur.

C’est désormais les finales de conférence qui attendent les C’s. Au programme, les Pistons de Detroit, réputé pour être une franchise qui joue dur. Et pourtant, il suffira de 6 matchs à Boston pour se défaire des hommes de Flip Saunders, avec un Kevin Garnett leader des siens, avec presque 23 points et 10 rebonds par match sur la série. Une fois Detroit éliminé, il ne reste qu’un adversaire à faire tomber : les rivaux de Los Angeles, les Lakers d’un Kobe Bryant déterminé à prouver qu’il peut gagner sans Shaq.

LA CONSÉCRATION

Le match 1 se déroule au TD Garden. Et encore une fois, c’est Garnett qui va porter les siens avec un solide double double en 24/13. Lors du match 2, les Celtics vont conforter leur avance malgré les 30 points de Kobe Bryant. En déplacement à Los Angeles, Boston doit s’imposer lors du match 3, encore face à un Kobe impérial. Cependant, lors du match 4 les Lakers se feront surprendre, et s’inclineront 97-91. 3-1, l’armée de Doc Rivers n’est plus qu’à un match du sacre. Il faudra néanmoins attendre, car ils vont chuter lors de leur dernier match au Staples Center, bien que Paul Pierce n’inscrive pas moins de 38 points ce soir la.

C’est lors du match 6 au TD Garden que les Celtics vont décider de clore les débats. Un Big Three qui répond présent et une victoire historique de 39 points (!!!). C’est donc avec la manière que Boston devient champion pour la 17eme fois de son histoire, en battant les rivaux de toujours, les Los Angeles Lakers. Paul Pierce est donc nommé MVP des finales avec 21 points 4 rebonds et 6 passes par match. Il a enfin réussi à ramener un titre à sa franchise de toujours, et le management démentiel réalisé l’été précédent porte ses fruits.

Les Celtics peuvent donc savourer ce sacre, mais vont vite devoir se concentrer sur leur prochain objectif, le back to back.

Yanis MAJRI

Crédit photo / World in Sport

 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
leo. Curabitur consectetur felis Nullam elit. eget sem, Praesent libero quis dapibus