Giro

3 coureurs, 3 étapes, 29 secondes : Qui remportera le Giro 2023 ?

Trois coureurs, trois jours, 29 secondes. Après deux semaines et demie qui ont vu plus d'attentisme que d'action, le Giro d'Italia évolue avec un peloton réduit à cause des chutes et du Covid. La course était peut-être peu excitante avant le Monte Bondone, mais elle ne manque pas de suspense à l'approche de sa phase finale, avec Geraint Thomas (Ineos Grenadiers), João Almeida (UAE Team Emirates) et Primož Roglič (Jumbo-Visma), tous engagés dans la course à la victoire finale.

Il y a des arguments convaincants pour que chaque homme soulève le Trofeo Senza Fine dimanche soir, alors que le soleil se couche derrière le Capitole à Rome, et chaque coureur a des raisons de croire que la route qui l'attend lui convient tout autant qu'à ses rivaux.

Tout d'abord, les 161 km qui mènent à la montée en deux parties de Val di Zoldo lors de la 18e étape, où l'avant-dernière ascension de Coi, avec ses pentes à 19 %, pourrait forcer une séparation entre les trois premiers. Vendredi, le Giro s'attaquera au tappone des Dolomites vers Tre Cime di Lavaredo, une deuxième journée consécutive avec plus de 5 000 mètres de dénivelé. Et samedi, bien sûr, il y a le redoutable contre-la-montre du Monte Lussari, qui a fait l'objet de tant de discussions avant même le début de ce Giro.

Peu de choses séparent Thomas, Almeida et Roglič à ce stade sur la route, et encore moins sur le papier dans les jours à venir. Tous les trois sont des grimpeurs et des rouleurs robustes, et ils sont soutenus par les trois équipes les plus fortes de la course. En fin de compte, le facteur décisif sera probablement l'endurance. Le coureur qui surpassera ses rivaux dans cette dernière épreuve portera la rose jusqu'à Rome. C'est aussi simple et brutalement compliqué que cela.

“En fin de compte, vous êtes tous de plus en plus fatigués à la fin d'une course comme celle-ci”, a déclaré Marc Reef, directeur sportif de Jumbo-Visma, à Cyclingnews. “Si vous êtes moins fatigué que les autres, vous avez de meilleures chances.”

Geraint Thomas : l'expérience va t-elle primer ?

24-05-2023 Giro D'italia; Tappa 17 Pergine Valsugana – Caorle; 2023, Ineos Grenadiers; Geraint, Thomas; Pergine Valsugana; – Photo by Icon sport

Thomas aborde cette troïka d'étapes avec 18 secondes d'avance sur Almeida et 29 secondes sur Roglic. Le Gallois n'a pratiquement pas donné de coup de pédale jusqu'à présent, sa seule erreur ayant été commise lors du contre-la-montre d'ouverture à Ortona. Depuis, il a été présent et correct à chaque moment critique, suivant l'attaque de Roglič sur I Cappuccini lors de la 8e étape et faisant le pont avec Almeida sur Monte Bondone lors de la 16e étape.

Avant ce Giro, on a beaucoup parlé du bilan malheureux de Thomas dans cette course, des chutes qui l'ont écarté de la course en 2017 et en 2020. À ce stade, son palmarès dans les grands tours où il est parvenu à rester debout était d'une importance bien plus grande. Sa victoire au Tour de France 2018 restera à jamais le point d'orgue émotionnel de sa carrière, mais ses podiums ultérieurs en 2019 et 2022 témoignent de sa capacité à résister aux rigueurs des derniers jours d'un grand tour.

La troisième place de Thomas au Tour de l'année dernière, en particulier, avait attiré l'attention de Jay Vine avant la course, qui estimait même qu'elle faisait de lui un favori pour le Giro au moins autant que Roglič et Remco Evenepoel, parti depuis.

Les deux dernières semaines environ ont confirmé ce pronostic, mais il reste des points d'inquiétude pour Thomas et Ineos Grenadiers. Le premier est évident : l'équipe Ineos a perdu Tao Geoghegan Hart, Pavel Sivakov et Filippo Ganna, et il ne sera pas facile de défendre la rose avec seulement quatre coureurs pour l'aider. Cela signifie également qu'ils pourraient ne pas être en mesure d'utiliser tactiquement les bons résultats de Thymen Arensman (9ème à 4:09) et Laurens De Plus (10ème à 4:32).

“S'ils placent l'un d'entre eux dans l'échappée, c'est une façon de mettre la pression sur les autres. Mais l'inconvénient, c'est qu'ils auraient alors un gars de moins dans le peloton pour contrôler les choses pour Thomas”, a déclaré Reef de Jumbo-Visma. “C'est la situation dans laquelle ils se trouvent, c'est difficile pour eux de gérer cela. Ils ne sont plus que cinq maintenant, avec trois gars en moins pour contrôler la course, et cela peut apporter des opportunités pour les EAU et aussi pour nous”.

L'autre question, bien sûr, est de savoir si le niveau actuel de Thomas suffira à repousser Almeida et Roglič dans ce Monte Lussari, une étape hybride qui semble défier tous les pronostics. C'est ce qu'a avoué le directeur sportif d'Ineos, Matteo Tosatto, à Eurosport mercredi.

“Je suis satisfait du classement général pour le moment, mais je préfère prendre du temps. Si Geraint a une opportunité, il est important de prendre du temps”, a-t-il déclaré. “Le contre-la-montre de samedi est une bonne étape pour Geraint, mais je pense que les étapes de montagne de jeudi et vendredi sont plus importantes pour lui.”

Almeida : la fougue de la jeunesse ?

Foto Marco Alpozzi/LaPresse 23 Maggio 2023 Monte Bondone, Italia – Sport Ciclismo – Giro d'Italia 2023 – Edizione 106 – Tappa 16 – da Sabbio Chiese a Monte Bondone. Nella foto: GONCALVES ALMEIDA Joao Pedro (POR) TEAM EMIRATES vincitore di tappa May 23, 2023 Monte Bondone, Italy – Sport Cycling – Giro d'Italia 2023 – 106th Edition – Stage 16 – From Sabbio Chiese to Monte Bondone. In the pic: GONCALVES ALMEIDA Joao Pedro (POR) TEAM EMIRATES stage winner – Photo by Icon sport

Dans le bus de l'équipe UAE Team Emirates, le directeur sportif Fabio Baldato s'est montré un peu plus confiant au sujet du contre-la-montre du Monte Lussari, même s'il a lui aussi reconnu qu'il s'agissait d'une étape qui pouvait favoriser n'importe lequel des trois candidats.

“Je ne regretterais pas d'aller au contre-la-montre dans cette situation”, a déclaré Baldato à Eurosport. “Mais si une chance se présente, il ne faut pas attendre demain, il faut essayer. Tous les trois le savent. Ineos le sait, Jumbo le sait et nous aussi. Ce n'est pas un secret.”

Baldato a toutefois noté qu'Almeida avait été le plus fort des trois candidats dans la partie la plus raide du Monte Bondone lors de la 16e étape, se dégageant à un peu moins de 6 km de l'arrivée, avant que Thomas ne fasse la jonction une fois que la pente a commencé à s'adoucir légèrement.

“João a fait la différence dans la partie la plus raide. Avec son poids plus léger, il a pu le faire”, a déclaré Baldato. “Mais le Thomas que nous avons vu sur le Monte Bondone était à son meilleur niveau, et c'est un coureur qui a gagné le Tour de France, donc nous avons beaucoup de respect pour lui.”

Il s'agissait certainement d'une nouvelle leçon de maîtrise du rythme d'une ascension de la part de Thomas, même si le terrain dans les jours à venir pourrait ne pas se prêter à cette stratégie, en particulier les rampes finales évocatrices mais vicieuses de Tre Cime di Lavaredo. Lors de sa conférence de presse à Caorle mercredi soir, Thomas a avoué qu'il ne connaissait pas cette ascension et la place qu'elle occupe dans l'histoire du Giro. La montagne a été conquise par Eddy Merckx en 1968, mais elle a failli le renverser six ans plus tard.

“Je ne sais pas grand-chose à ce sujet”, a déclaré Thomas en guise d'excuse. “Je vais aller sur YouTube ce soir.”

Roglic : nouvelle désillusion pour le slovène sur le Giro ?

24-05-2023 Giro D'italia; Tappa 17 Pergine Valsugana – Caorle; 2023, Jumbo – Visma; Roglic, Primoz; Pergine Valsugana; – Photo by Icon sport

Bien que Thomas et Almeida aient réussi à distancer Roglič à Monte Bondone, les deux hommes ont insisté sur le fait que le Giro restait résolument une course à trois. “Pour moi, Roglič est aussi dangereux maintenant qu'il l'était mardi matin avant l'étape. Il n'a perdu que 25 secondes sur l'étape”, a déclaré Tosatto.

Surtout, Roglič s'est assuré de ne pas perdre le Giro au Monte Bondone, grâce en grande partie à une bouée de sauvetage de Sepp Kuss, qui a stabilisé des eaux turbulentes au moment où son leader semblait flotter sur les pentes les plus raides. Reef a reconnu qu'il s'agissait d'une aide qui a pu sauver l'objectif de Roglič pour le Giro.

“Je pense que sans Sepp, la situation aurait pu être pire, c'est certain”, a déclaré Reef. “Mais je pense que Primož se sent encore bien et qu'il y a aussi différentes étapes à venir. Jeudi, il y a des montées raides dans le final, et vendredi est un jour où nous roulons presque toujours en altitude, donc ce sont deux étapes complètement différentes. De plus, nous avons le contre-la-montre, qui lui convient normalement très bien.”

Il reste à voir si le revers de Roglič à Monte Bondone était simplement une mauvaise journée ou l'indication d'une défaillance plus profonde. Après tout, il est tombé un peu plus lourdement que Thomas dans la chute collective de la 11e étape qui a contraint l'infortuné Tao Geoghegan Hart à quitter le Giro. Reef, pour sa part, a opté pour une vision positive.

“Chacun d'entre eux connaîtra un mauvais moment dans les jours à venir et il s'agit simplement de s'assurer que l'écart avec ses concurrents est le plus faible possible à ce moment-là. Et je pense que nous y sommes parvenus de manière très satisfaisante à Monte Bondone”, a déclaré Reef. “Nous avons encore trois jours devant nous et nous sommes certainement encore capables de gagner ce Giro.”

Qu'attendra les couleurs lors des 3 prochains jours ?

Vincenzo Nibali – Astana – 25.05.2013 – 20e etpae Tour d'Italie – Silandro / Tre Cime di Lavaredo

Après le parcours plat de mercredi vers Caorle, le Giro retourne en montagne lors de la 18ème étape vers Val di Zoldo, qui comprend le Passo della Crosetta, Pieve d'Alpago et Forcella Cibiana avant l'ascension en deux parties vers l'arrivée. Le moment clé pourrait se situer dans la partie supérieure du Coi, où la pente atteint 19 % avant le sommet à 5,4 km de l'arrivée. Après une courte descente, la route reprend de la vigueur pour la dernière ligne droite.

Vendredi, c'est l'étape la plus exigeante de tout le Giro : 183 km dans les Dolomites par les cols Campolongo, Valparola, Giau et Tre Croci, avant l'ascension finale de Tre Cime di Lavaredo (7,2 km à 7,6 %). Tout comme le final dramatique de la Marmolada il y a un an, les 3 derniers kilomètres vertigineux (pente moyenne de 12,7 %) pourraient déchirer un classement général serré.

Et le pire reste à venir, avec le contre-la-montre de 18,6 km entre Tarvisio et Monte Lussari lors de la 20e étape. Les problèmes logistiques liés à l'ascension du Giro ont fait les gros titres avant la Grande Partenza, mais les rampes de 22 % près du sommet pourraient finalement décider de l'issue de toute la course.

Le parcours du Giro ainsi modifié a peut-être étouffé la course au cours des deux premières semaines, mais il promet toujours ce pour quoi il a été conçu, à savoir une arrivée des plus imprévisibles.

“Un mauvais moment sur ces trois étapes peut vous coûter toute la course”, a déclaré Reef. “C'est pourquoi nous pensons que nous sommes encore dans le coup, tout comme Thomas et Almeida.”

Coordinateur We Sport FR - Passionné de cyclisme - #TeamPogi

Dernières publications

En haut