Au service !

30 moments 2021 : Naomi Osaka déclare forfait à Roland-Garros !

Après onze mois fournis en évènements sportifs, notamment à cause du report de nombreuses compétitions qui devaient avoir lieu l’an passé, le mois de décembre conclut un cru 2021 riche en émotions. De la septième bague de Tom Brady au titre de champion du monde de Fabio Quartararo en Moto GP, en passant par les Jeux olympiques et paralympiques, We Sport revient sur 30 moments marquants qui ont rythmé l’année civile. Aujourd'hui, retour sur la victoire de Daniil Medvedev à l'US Open, privant Novak Djokovic de réaliser l'exploit de remporter les quatre tournois du Grand Chelem la même année.

Il y a désormais plus de six mois, une Japonaise a défrayé la chronique. Naomi Osaka débarque dans la capitale avec un état d’esprit qui restera tristement dans les annales. D’une décision qui a marqué l’ensemble du sport mondial à un choix qui pourrait faire jurisprudence si ce cas venait à se reproduire, la championne japonaise a bel et bien marqué ce Roland Garros 2021.

 

Un état psychologique en question

Naomi Osaka n’était pas la personnalité la plus à l’aise du circuit face aux journalistes : son trait de caractère s’est matérialisé d’une façon très brutale. Alors qu’elle avait annoncé avant même le début du tournoi sa volonté de ne pas se présenter aux conférences de presse, impératif post-rencontre pour les joueurs et joueuses de tennis, Naomi Osaka n’en est pas à son premier coup de pression, à sa première émotion.

Pour celle qui a allumé la flamme des derniers jeux olympiques, symbole de son rayonnement au pays du soleil levant, sa friabilité aux critiques et à la sphère médiatique n’est pas une nouveauté. Alors qu’elle n’a que 23 ans, Naomi Osaka est une superstar, icône de nombreuses marques, égérie renommée et championne incontestée.

Avec le recul qui nous est donné en analysant le reste de la saison de la Japonaise, il ne fait nul doute qu’un certain problème psychologique profond la hante. En acceptant de se livrer, cette fois, à l’épreuve de la conférence de presse lors de l’ultime levée du Grand Chelem à New York, la Japonaise a fondu en larmes après sa défaite, semblant submergée par une émotion qui dépassait largement le cadre de sa défaite, du sport en général. La pression exercée par ces champions est telle qu’il est inconcevable de critiquer la décision de Naomi Osaka, l’heure est plutôt à la compréhension.

 

Naomi Osaka, pionnière d’un nouveau combat

Une compréhension qui succède à un grand moment d’incompréhension.

« Je pense que la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueuses et mon bien-être est que je me retire pour que tout le monde puisse se concentrer sur le tennis qui se déroule à Paris. »

Par cette phrase sur son compte Twitter, Naomi Osaka est venue défrayer une chronique marquée par les interrogations. Alors qu’elle a séché la conférence de presse d’après-match lors de son premier tour, les instances dirigeantes des tournois du Grand Chelem réfléchissent à une sanction exemplaire, ils n’auront pas l’occasion de l’annoncer. Menacée d’exclusion, la championne se retire et en profite pour envoyer un message encore dans les esprits.

Une décision qui résonne encore dans le tennis mondial

La tâche la plus ardue dans ces moments est souvent d’exprimer la problématique sans réduire le préjudice psychologique et en prenant en compte l’état de la personne victime. Pour toutes ces raisons, les instances régissant le tennis masculin et féminin ont du mal à statuer sur le sort d’un passage hautement important sur le plan financier mais pouvant être difficile à supporter pour les acteurs de ce sport.

Naomi Osaka va également au-delà du simple retrait du tournoi dans sa démarche. En juin dernier, elle déclarait vouloir ‘’améliorer les choses pour les joueurs, la presse et les fans’’ en, peut-on l’imaginer, créant une nouvelle atmosphère autour des courts de tennis.

Peu dissuasives, les amendes prononcées par le s instances du tennis et ici la WTA sont inopérantes pour des joueuses du calibre de la Japonaise. Il vient alors le temps de la réflexion, imaginer une nouvelle façon de récolter les impressions des joueurs et joueuses. Le caractère obligatoire ce rendez-vous est largement décrié par certains joueurs qui ne cachent plus leur volonté de suivre la voie ouverte par la Japonaise. Le tennis est peut-être en train de vivre une révolution, un changement qu'aura lancé la native d'Osaka.

 

Naomi Osaka a presque fait figure de ”lanceur d'alerte” tant son cri d'alarme et sa décision ont secoué les instances dirigeantes du tennis jusqu'à les faire se questionner sur les relations médias / sportifs. Sur le plan sportif, la saison de la Japonaise ne restera pas dans les annales malgré un début d'année fantastique. Victorieuse à Melbourne lors de l'open d'Australie, Naomi Osaka conclura sa saison par un triste revers au deuxième tour de l'US Open face à la future finaliste Leylah Fernandez. 

Dernières publications

En haut