À l’aube des pros : L’US Florentaise de Julian Alaphilippe

On oublie trop souvent qu’avant de devenir les stars que l’on voit dans notre poste de télévision, les professionnels passent par des petits clubs. Très peu cités, souvent oubliés, nous décidons aujourd’hui de braquer sur eux les projecteurs, le temps d’un article. Bienvenue dans : “À l’aube des pros” épisode 2.

D’où viens-tu Julian Alaphilippe ?

Avant de citer un palmarès exceptionnel de cette pépite du cyclisme français, retour sur les jeunes années de Julian. Originaire de Saint-Amand Montrond dans le Cher, Julian nait en juin 1992. Ses parents s’installent non loin, à Désertines, proche de Montluçon dans l’Allier. Ainsi Julian vit dans un paysage assez vallonné, proche des volcans d’Auvergne. Il commence le cyclisme à 7 ans dans le club de Montmarault. Il rejoint ensuite l’US Florentaise. Club où Julian se fait réellement remarqué. Entraîné par son cousin Franck Alaphilippe par ailleurs responsable du Pôle Espoir Cycliste de Saint-Amand Montrond, Julian décide donc de rejoindre le club de l’US Florentaise. Mais alors quel est ce club qui a vu naître le talent de Julian ?

Quel est ce club ?

L’US Florentaise est un club cycliste basée dans la commune de Saint-Florent-sur-Cher, petite ville située à l’ouest de Bourges dans le Cher. Ce club n’est pas anodin dans le paysage cycliste national puisqu’il a vu passer un autre coureur du peloton professionnel en la personne de Marc Sarreau de la formation FDJ. Malgré cela, le club reste sur le déclin, faute de moyens donné au cyclisme dans la région. Faute de coureurs et avec des courses qui disparaissent. L’US Florentaise continue toutefois d’organiser quelques courses à réputation régionale. Julian y fera un passage de deux saisons. Il se révèlera avant de s’engager comme bon nombre de coureurs formés dans des petites structures vers l’équipe de l’Armée de Terre. Son frère cadet Bryan est lui aussi passé par le même parcours et est devenu lui aussi professionnel.

Et maintenant ?

L’US Florentaise tente de survivre malgré des subventions toujours plus difficiles à obtenir. L’organisation de courses reste elle aussi très compliquée pour des problèmes de sécurité et de participants. Ainsi c’est à l’image du cyclisme en France, que ce club pourtant formateur de grands talents, lutte pour sa survie grâce aux bénévoles qui donnent beaucoup de leur temps pour s’en sortir. Et on souhaite, pour le cyclisme en général, la survie du club.

Pour Julian Alaphilippe tout le monde connaît son palmarès, une 4ème place aux Jeux de Rio, une victoire sur la flèche Wallonne, un maillot Jaune porté sur Paris-Nice. Un palmarès déjà bien rempli alors qu’il n’a que 25 ans. On souhaite à Julian tout le meilleur pour la suite de sa carrière.

Nous souhaitons une bonne continuation à l’US Florentaise ainsi qu’à Julian Alaphilippe. Nous souhaitons aussi bon courage à son entraîneur Franck et au pôle Espoir de Saint-Amand Montrond. Peut-être une future star du vélo français y naîtra, c’est tout ce que l’on peut leur souhaiter. À l’aube des pros revient dès jeudi prochain aux alentours de 19h !

Crédit photo : Arnaud Lisse

A propos de l'auteur

Le sport est la seule et unique chose qui me procure autant d'émotion que l'amour, sûrement parce que je suis amoureux du sport. Parfois il me le rend bien.

Poster un commentaire

elit. luctus suscipit diam velit, ipsum Phasellus sit id