Hors-jeu

Année 2020: entre parenthèses, 2021: en espoir-

Année 2020
Photo mise en avant de ELODIE CHOQUET

 

Comme pour tous les sports, les courses hippiques ont été touchées de plein fouet. Revenons quelque peu sur cette année 2020 où les aficionados des courses de chevaux ont été sevrés.

 

L’année 2020 avait pourtant bien commencée par les victoires de Bilibili dans le Prix du Cornulier sur l’hippodrome de Vincennes et celle du crack, Face Time Bourbon dans le Prix d’Amérique. Le controversé David du Pont se permettait de faire mettre un genou à terre à Face Time Bourbon en remportant le Prix de France, couru sur les 2100 mètres.

La “ballerine” comme la surnomment ses fans, Belina Josselyn remporte le Prix de Paris avant de se consacrer à une carrière de poulinière.

L’année 2020 sera également la fin de règne du crack Bold Eagle.

Et puis, malgré des bruits de virus qui auraient décidé de quitter l’Asie afin de venir nous visiter, Auteuil rouvre ses grilles afin de nous faire découvrir les futures vedettes de l’obstacle.

 

Mais le 17 mars 2020, patatras, tout s’écroule.

 

Même avec 1000 personnes autorisées, les hippodromes Français ferment le rideau.

 

Année 2020

Votre serviteur fera dans une solitude profonde sa dernière réunion sur l’hippodrome d’Enghien-les-Bains .

 

Les courses hippiques continueront de se courir dans quelques pays où le virus est moins virulent. Mais voir des courses de chevaux devant un écran de téléviseur est pour moi incompatible avec ma passion. Les supporteurs d’une équipe de football, de basket ou de volley  me comprendront.

Le manque de jouer ne m’envahit pas le cerveau, mais ne plus pouvoir assister en “live” aux compétitions hippiques, si !

Enfin le 11 mai, la libération arrive avec le retour des courses en France. Vichy étant le premier hippodrome à faire de nouveau courir.

Quelques jours après le public, bien que limité dans les enceintes, peut retourner sur les champs de courses.

Année 2020

 

Quel bonheur de revoir les files de camions de chevaux le long des hippodromes.

 

Le programme des courses est chamboulé. Le Diane et Jockey-club se disputent en Juillet. Le Grand steeple-chase de Paris  avec la victoire du champion Docteur de Ballon en Novembre.  La Grande course d’Auteuil en octobre ainsi que la Haye Jousselyn. De quoi y perdre son latin pour un puriste.

 

Même l’Arc !

Le Prix de l’Arc de Triomphe bien que se disputant à la date prévue initialement ne sera qu’un petit “Arc”. Le destin se mettant du coté du virus. Quelques chevaux venus d’outre-Manche ne peuvent pas courir à cause de prélèvements positifs à des produits.  Ceux-ci sont retrouvés dans le sang de ces chevaux à cause de nourriture. Enfin bref, cela empêche le crack Mogul, futur lauréat à Hong-Kong  sur l’hippodrome de Sha-Tin d’essayer de contrer Sottsass qui restera le vainqueur de cet Arc amaigri. Tant mieux pour la France.

Après quelques espoirs de retour à la normale, deuxième confinement…de nouveau les chevaux galopent et trottent sur mes écrans.

 

Année 2020

Pour rester sur une note positive, Le Berry sera l’espoir numéro 1 en 2021 pour le Grand steeple chase de Paris…EN JUIN ?

 

 

Bien que les compétitions se déroulent à huis clos, elles permettent au monde des courses de tenir le coup. Il est évident que les artistes, restaurateurs, monde de l’événementiel sont bien plus à plaindre.

 

Souhaitons que cette année noire pour tous les sports ne soit plus qu’un lointain souvenir en  cours d’année 2021. En attendant un monde meilleur, je vous souhaite de bonnes fêtes et tous vous retrouver en 2021 sur wesport.

 

 

 

 

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
in elementum Aenean ut Aliquam non facilisis tempus luctus commodo