Football

ASNL – Qui s’y frotte ne s’y pique plus

asnl

C’est officiel, l’ASNL est reléguée pour la première fois de son histoire en National. Ce club mythique qui a lancé Michel Platini mais aussi été coaché par Aimé Jacquet et Arsène Wenger a écrit hier la page la plus sombre de son histoire. Plusieurs suspects sont pointés du doigt afin de déterminer ce qui a entraîné Nancy dans cette descente aux enfers. Retour sur une saison cauchemardesque qui s'est achevée sur une énième fausse note. 

Vendredi 22 avril : l'ASNL reçoit Quevilly-Rouen dans une rencontre qui s'apparente à leur dernière chance. S'ils veulent se maintenir, les Nancéiens doivent battre QRM. Si l'inverse se produit, la relégation en National 1 sera actée pour de bon. En 55 ans d'existence, jamais le club n'est descendu en dessous de la Ligue 2. En tout cas, pour les supporters l'histoire est déjà terminée. Avant la partie, les valeureux suiveurs de Nancy se sont réunis sur le parvis du stade pour une marche funéraire. Des cercueils aux couleurs du club ou encore des messages houleux à l'encontre de la direction générale flottaient dans l'air. Le décor est alors planté au moment du coup d'envoi. Une mauvaise performance et la cocotte minute pourrait exploser en tribune.

Le scénario étant connu d'avance, les joueurs locaux rentrent avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Cependant, eux aussi sont complètement dépassés depuis le début de saison. Dernière avec 24 points, la lanterne rouge ne tarde pas à prendre l'eau. QRM marque le 2-0 à la 18e minute avant d'asséner le coup de grâce à la 34e. À 3-0, les supporters craquent et envoient une pluie de fumigènes sur le terrain. Le match est ainsi définitivement arrêté. L'AS Nancy Lorraine se retrouve officiellement reléguée en National 1.

LE NEW CITY CAPITAL SUSPECT NUMÉRO 1 

Il y a un an, We Sport sortait cet article sur l’ASNL. Le renouveau nancéien impulsé par le New City Capital et Jean-Louis Garcia, coach de l’époque, laissait présager un futur meilleur. Après une grosse seconde partie de saison, Nancy terminait 8e du championnat. Ils étaient d'ailleurs relégables lors de la prise de fonctions des nouveaux dirigeants. Le mercato estival s'est donc présenté comme une véritable opportunité afin de construire une équipe compétitive. Le New City Capital avait d'ailleurs tout prévu. Il faut dire que le groupe sino-américain tenu par Chien Lee n'en est pas à son coup d'essai. En effet, il détient déjà plusieurs clubs au moment de racheter l'ASNL. On peut notamment énumérer Ostende, Thoune ou Barnsley.

Vous l'avez compris, on est ici dans le football business pur et dur. L'objectif n'est pas de briller sportivement. Du moins ce n'est pas l'objectif premier. Le but est de faire de l'argent sur le dos de ces équipes. Tous ces clubs, bien qu'éloignés géographiquement et sportivement, se maintiennent en vie les uns des autres. Par ailleurs, tout est question de montages financiers. Ainsi, lors de la période des transferts, nombreux sont les joueurs, évoluant pour un club du groupe, à transiter d'une équipe à une autre. Cela va même parfois au-delà de simples prêts. Par exemple, le club belge d'Ostende a acheté de nombreux joueurs pour les envoyer directement à l'ASNL. Pour effacer des dettes du club, Ostende s'est d'ailleurs offert les services du Nancéien Mickaël Biron pour 5 millions d'euros. Bien sûr, ce dernier a immédiatement été prêté aux Lorrains.

Les autres clubs de Ligue 2 ont d'ailleurs exprimé leur mécontentement au moment des faits. Certains ont jugé cette manière de faire de “concurrence déloyale” envers le reste du championnat. Bizarrement on n'entend plus personnes se plaindre désormais.

ALLÔ GAUTHIER ? L'ASNL A BESOIN DE TOI

Chien Lee n'est pas le seul responsable de ce naufrage. Celui qui a assisté à sa première rencontre du club au chardon il y a deux semaines, n'a quasiment que le rôle de “chéquier” au sein du club. Le président de L'AS Nancy Lorraine c'est Gauthier Ganaye. L'ancien de Barnsley est également président exécutif de Ostende. Pour décrire le personnage on peut citer l'article sorti par le site il y a un an :

La philosophie de Gauthier Ganaye est de développer les jeunes joueurs de ses équipes. […] On peut alors imaginer qu'un réseau va se mettre en place entre les clubs du groupe afin de se prêter les joueurs dans le but de développer leur potentiel. L'objectif à court terme est sans aucun doute de les revendre pour se faire de l'argent. Messieurs-dames, c'est ça le football moderne.”

On savait à peu près à quoi s'attendre dès la saison passée. Mais les dirigeants ont oublié un détail important pour faire fonctionner une équipe : créer une cohésion de groupe. Avec les nombreuses arrivées, le staff s'est retrouvé avec la mission délicate de trouver la formule magique. Or, l'entraîneur retenu par la direction, Daniel Stendel, ne parle pas un mot de français. Puis la cerise sur la gâteau, son interprète ne possède pas de grandes notions footballistiques. Pourtant cela n'a pas empêché l'entraîneur allemand de vendre du rêve aux supporters lors de sa présentation. Selon lui, Nancy va jouer un football offensif et mettre en place un gegenpressing à l'image de ce que propose Liverpool. Malheureusement pour le Ralf Rangnick très bon marché, l'aventure s'est stoppée brutalement après dix rencontres. Un bilan catastrophique, de 4 nuls et 6 défaites, l'a logiquement poussé vers la sortie.

QUEL AVENIR POUR NANCY ?

Pedretti a bien tenté de sauver l'équipe en impulsant de nouvelles règles, en vain. Il a assuré l'intérim pendant plusieurs mois mais a décidé de reprendre son ancien poste à l'aube de 2022. Son successeur Albert Cartier a quant à lui été accueilli houleusement. À cause de son passé messin, le coach a lui aussi tenté sa chance avec de nouvelles recrues comme Bobichon ou l'ancien de Metz Yéni Ngbakoto. À l'image de l'effectif en général, les fans ont assisté à d'énièmes erreurs de casting. D'ailleurs, ces derniers ont tenté à tout prix de prendre contact avec Gauthier Ganaye. Mais ce dernier avait sûrement son téléphone en silencieux. Et puis impossible de le rencontrer au stade étant donné qu'il n'y est plus venu depuis des mois. Un président jamais au club, qui l'eut cru ?

Des anciens grands noms apportent sans cesse leur soutien aux amoureux de l'ASNL. Justement, l'ancien joueur du club et de l'Équipe de France Olivier Rouyer, envisage même depuis quelque temps un rachat. Avec des investisseurs, des bruits courent comme quoi le Français a établi des contacts avec la direction actuelle du club. Cependant, Chien Lee réclame les 12 millions qu'il a investis. Or, il est clair que Nancy ne vaut plus aussi cher. De son côté, le propriétaire chinois voit toujours en Gauthier Ganaye le président qu'il faut à l'AS Nancy Lorrain. Toutefois, il sera accompagné par de nouvelles têtes l'an prochain. Des inconnus du groupe débarquent avec Max Kothny et Vikram Sud. Enfin, sur le papier ils seront épaulés par Nabil El Yaagoubi, actuel Stadium Manager qui travaille au club depuis de nombreuses années. Reste à voir comment tout cela va se goupiller.

Concernant l'effectif, il est évident qu'il va subir un gros dégraissage. Il faudra également recruter des joueurs qui connaissent le championnat de National 1. Effectivement, les Nancéiens vont découvrir une compétition, différente de leurs standards, dominée par un jeu physique plutôt que technique. Finalement, les supporters ne seront peut-être pas tant que cela dépaysés.

Dernières publications

En haut