Aston Villa : Le lion plie mais ne rompt pas…

0
crédit photo : montage WeSportFr
Ligue 1

Aston Villa avait quitté l’élite en 2016 après une saison cauchemardesque. Les Villans n’avaient en effet comptabilisé que 17 petits points. Et puis voilà que 3 ans plus tard, lors d’un après-midi de mai 2019, Anwar El-Ghazi et John McGinn envoient tout deux l’équipe mythique de Birmingham en Premier League. Un retour fracassant ! Le club de Villa a-t-il appris de ses erreurs ? Pour le savoir, WeSportFr est parti à la rencontre d’un supporter des Villans pour faire le point ! L’avenir de Jack Grealish, les perspectives à venir pour les saisons prochaines, les moments marquants de cette année… Quentin Gesp, pigiste pour Le Figaro mais aussi rédacteur pour God Save The Foot, nous donne ses différents ressentis.

Une saison en dents de scie

crédit photo : Sky Sports

Compliquée. Voilà comment on pourrait qualifier la saison des Villans. Actuel 19ème avec un match et deux points de retard sur le premier non relégable, Aston Villa devrait être au cœur de la bataille au maintien jusque dans les dernières journées. Après un début de saison laborieux marqué par une seule petite victoire en 6 rencontres, les hommes de Dean Smith ont semble-t-il lancé leur saison le 5 novembre 2019 à Norwich. Ce jour-là, les Villans ont étrillé les Canaries 5 buts à 1. Une performance totalement aboutie marquée notamment par un doublé de Wesley et une prestation digne des très grands joueurs de Jack Grealish. L’équipe est lancée. Quelques jours plus tard, les coéquipiers de Frederic Guilbert enchaînent une deuxième victoire consécutive en s’offrant les Seagulls de Brighton à domicile. Une victoire magnifique signée Matt Targett, buteur dans les derniers instants de la rencontre. La fin d’année civile 2019 n’est pas un bon souvenir pour les supporters. La raison ? Les Villans ont enchaîné des déplacements à Chelsea, à Manchester United, à Wolverhampton et aussi à Manchester United tout en recevant Liverpool ou encore Leicester. Bref, que des défaites lors de ces rencontres à l’exception d’un petit point pris à Old Trafford. Un match nul bien mérité et surtout 90 minutes étincelantes du capitaine des Villans qui continue de faire de l’œil à de nombreux clubs européens. Jack Grealish avait effectivement nettoyé la lucarne de David De Gea…

« Je suis frustré par les résultats. C’était vraiment en dents de scie. Il y a eu de très bonnes choses mais aussi beaucoup de déceptions, beaucoup de matchs plutôt frustrants. Il y a eu beaucoup de défaites et d’ailleurs aucune victoire contre des gros. » nous explique Quentin.

Les mois qui ont suivis ont été tout aussi irréguliers que les premiers. Pour résumer, disons que Manchester City s’est baladé à Villa Park en début d’année, que les Villans ont perdu leur 3 matchs du mois de Février en encaissant 7 buts… tout ça en réussissant à arriver à Wembley dans le cadre d’une finale de Cup…  Oui, Aston Villa a réussi à aller jusqu’au bout de l’aventure en Carabao Cup ! Et que dire de ce parcours ? Grandiose ! Même s’il parait banal pour un simple amateur de football parce qu’en « Coupe, les petits battent souvent les gros », Aston Villa a réussi à le faire de très belle manière. Après un premier tour qui n’a été qu’une formalité face à Crewe, équipe de League Two, les coéquipiers de Jack Grealish ont pris la direction de Wembley en éliminant successivement Brighton, Wolverhampton, Liverpool et Leicester. La demi-finale retour a été totalement folle. Effectivement, à la surprise générale, les hommes de Dean Smith se sont offerts un « replay » au Villa Park, comme on dit en Angleterre, après un surprenant nul au King Power Stadium. Pourtant au grand complet, James Maddison, Ricardo Pereira, Youri Tielemans ou encore Jamie Vardy n’ont rien pu faire face à la lucidité des Villans.

Aston Villa n’a pas réussi à réitérer l’exploit en finale face à l’ogre Manchester City. Les joueurs de Pep Guardiola se sont imposés logiquement 2 buts à 1 à Wembley le premier mars dernier. Comme quoi, en si peu de temps, les supporters de Villa ont vécu de nombreuses émotions dans le stade mythique de Londres. Une défaite qui n’enlève rien au magnifique parcours en Coupe.

En dents de scie, la saison n’est pas encore terminée. Si les rêves de titre en coupe ont d’ores et déjà pris fin, les Villans vont pousser pour voir leur équipe rester dans l’élite l’été prochain. Qu’importe la décision de la Fédération Anglaise de Football, on peut compter sur le club mythique de Birmingham pour aller chercher le maintien jusqu’à la dernière seconde de la Premier League !

Le tournant de la saison

Quel a été le tournant de la saison ? Le moment de la saison ? Celui qui a marqué le plus les supporters et le club. La première victoire contre Everton ? Le but somptueux de Grealish à Old Trafford ? La défaite en finale de la Cup face à Manchester City ? Quentin nous dévoile ses bons souvenirs !

« C’est clair que la victoire contre Everton était un très très beau souvenir parce que c’est la première victoire depuis quasiment 3 ans et demi en Premier League. C’est un très beau souvenir parce que Villa Park est plein et que l’ambiance est complètement folle. Je pense d’ailleurs que c’est la plus belle ambiance de la saison à domicile. Il y aussi la victoire contre Watford à la dernière seconde avec ce but de Mings. Sur le plan comptable, la victoire était très importante à ce moment-là, sinon la relégation devenait presque inévitable. Et enfin, la victoire face à Leicester avec ce but juste avant les prolongations est aussi un bon souvenir ! Ce but nous a propulsé à Wembley pour la 4ème fois en 5 saisons donc c’était complètement fou. Mais oui, si je devais retenir qu’un seul souvenir c’est bien ce match face à Everton parce qu’il y avait absolument tout. Le scénario, le côté chance un peu parce que les Toffees ont une occasion immanquable dans les derniers instants mais ils la ratent alors que le but est tout fait. C’était un soir donc Villa jouait sous les projecteurs et toute l’Europe regardait ce match… D’un point de vue émotionnel, je pense que cette victoire contre Everton est la plus symbolique ! Malgré la déception, il y a eu ces quelques matchs qui ont été vraiment marquants. » a expliqué le supporter des Villans.

Jack Grealish : le leader sur le départ…

crédit photo : Sky Sports

C’est triste à dire, mais si Aston Villa ne retrouve pas très vite le droit chemin, seul le capitaine du navire pourra s’en sortir. Habitué à quitter le bateau en dernier une fois que son équipage est en sécurité, Jack Grealish pourrait être le seul à sortir de ce « naufrage », toute proportion gardée évidemment. Et oui, une descente en Championship pourrait marquer la fin d’une très belle histoire entre le gamin de Birmingham et son club de cœur…

À 24 ans, le capitaine des Villans a réalisé une saison complète. Pas aboutie au vu de la performance collective, mais pleine d’espoir. Grealish est tout simplement le pilier de cette équipe, la plaque tournante. Le milieu anglais a disputé la grande majorité des rencontres puisqu’il n’a loupé que 5 matchs. Trois à cause d’une blessure au mollet et deux autres à la suite d’un choix de l’entraîneur dans des rencontres de Coupe. Sinon, Grealish a été décisif plus d’une rencontre sur deux. Auteur de 9 buts et 8 passes décisives en 31 apparitions toutes compétitions confondues, le milieu anglais a tout simplement réalisé la plus belle saison de sa carrière. Pas étonnant que de nombreux clubs en feraient désormais une priorité.

Maturité, dévouement, leadership… il y a tant à dire sur ce jeune homme qui pourrait laisser un énorme vide derrière lui. Il est évident, qu’en plus de l’apport purement sportif, Jack Grealish laisserait les supporters du Villa Park orphelin de leur héros. Si la Premier League venait à ne pas reprendre, il compterait 177 apparitions sous les couleurs bleu et grenat, soit le 19ème joueur le plus capé de l’histoire du club. Grealish est rentré dans un petit comité formé de géants comme Mark Delaney (185 matchs disputés), Ashley Young (190 matchs disputés) ou encore Darius Vassell et ses 196 apparitions.

De nombreuses légendes du football ont encensé Grealish comme Jamie Carragher. « Je mets Jack Grealish. Il a été aussi influent que n’importe quel joueur ces dix dernières années pour leur équipe. Je sais qu’en ce moment Aston Villa est dans les trois derniers, mais je n’ose pas imaginer où Villa serait sans lui. Chaque fois que je regarde Aston Villa, il est toujours le meilleur joueur. Il fournit toujours quelque chose au bon moment. Il n’y aucun doute qu’il puisse jouer dans les plus grands clubs d’Europe. C’est la classe. » avait expliqué l’ancienne gloire de Liverpool au micro de Sky Sports dans des propos rapportés par Onze Mondial.

« Il a gagné ce droit de partir après tout ce qu’il a donné pour le club »

Effectivement, de nombreux clubs semblent avoir jeté leur dévolu sur Grealish. Le milieu anglais serait très courtisé et aux dernières nouvelles, les dirigeants de Manchester United et Manchester City en auraient fait leur priorité. Les Villans seront-ils tristes de voir le protégé de Villa Park quitter Birmingham dès juin prochain ? Quentin Gesp préfère parler de fierté ! « C’est une fierté parce que c’est peut-être le meilleur joueur que le club est formé ! C’est un garçon qui est arrivé à 6 ans à Villa et il a grandi avec ce club. Il s’est forgé un caractère et il a eu un style de jeu qui est né au sein du club. Aujourd’hui il toque à la porte de la sélection anglaise ! J’espère que Southgate lui accordera une chance, on verra bien. » a évoqué Quentin avant d’avouer qu’il sera forcément triste de le voir partir : « Bien sûr qu’il y aura de la tristesse parce que c’est le capitaine, c’est le joueur préféré de nombreux supporters et de nombreux jeunes supporters. Il incarne finalement l’esprit d’Aston Villa. Maintenant je pense que personne ne lui en voudra s’il venait à quitter le club. Il aurait pu le faire deux ans plutôt quand Tottenham avait tenté de se l’offrir alors que Villa avait manqué la promotion contre Fulham. Il avait fait le choix de rester au moins un an de plus. Il est remonté avec ce club. Maintenant, on aimerait tous qu’il reste à Villa toute sa carrière. Je pense qu’il a le droit de voler de ses propres ailes, il a le droit d’aller dans un très grand club. On comprendrait tous qu’il souhaite partir pour gagner des titres. Il a ce droit, en tout cas, il a gagné ce droit de partir après tout ce qu’il a donné pour le club. Donc voilà, au-delà de la déception, ça sera je pense, pour les supporters de Villa, une immense fierté de le voir réussir dans un grand club ! »

Quel avenir pour le club ?

Malgré cette saison difficile, le club semble peu à peu gagner du terrain et s’inscrire de manière plus permanente en Premier League. Quentin y croit et parle même d’un « projet et d’une ambition largement retrouvée. » Il se justifie en expliquant que « le club est entre de bonnes mains avec deux investisseurs qui savent ce qu’ils font et qui se donnent les moyens de réussir. Ils ont même retrouvé une partie du public qui commençait à être un petit peu désabusé. On a aussi un excellent directeur sportif et un excellent président. »

Les décisions sur le plan sportif sont effectivement très bonnes et avec le très bon mercato de l’année dernière, on peut penser que les Villans sont les bons rails. Si le prêt de Pepe Reina a fait beaucoup de bruit, de nombreux dossiers ont été parfaitement gérés comme celui de Tyrone Mings. Alors prêté en provenance de Bournemouth, l’anglais de quasiment deux mètres est vite devenu un élément incontournable dans le onze de Dean Smith. Son cas est semblable à tant d’autres comme celui de Anwar El Ghazi. Avec la blessure de Wesley, l’attaquant égyptien a eu un peu le rôle de « bouche trou » en attaque cette saison et il n’en demeure pas moins que son soutien au poste de buteur a été essentiel en cours de saison.

« Le top du top c’est qu’il y ait un maintien et que Grealish reste ! »

Quentin reste plein d’espoir pour les saisons à venir. « J’espère que l’on retrouvera le standing que ce club détient et qui est tout simplement l’un des plus grands d’Angleterre qu’on le veuille ou non. C’est un des plus grands clubs anglais, un des plus beaux palmarès sur la scène britannique. Et je pense que c’est important que ce club revienne sur le devant de la scène et redevienne ce qu’il a pu être par le passé. Il faut que le club réussisse à garder ces meilleurs éléments sans avoir à les vendre. Si Grealish est le seul, ou l’un des seuls à partir, je pense que le club peut s’en sortir parce qu’il y a un gros centre de formation avec des jeunes qui poussent. » a-t-il expliqué avant d’évoquer ce qu’il souhaitait pour le reste de la saison : « Ce qui serait le top du top c’est qu’il y ait un maintien et que Grealish reste pour continuer à croire à un retour au premier plan. Il faut que le club puisse se pérenniser en Premier League et ça passera forcément par un mercato ambitieux. Villa Park doit être récompensé pour son excellente ambiance qu’il y a chaque week-end. Je pense que tout le monde sera unanime pour dire qu’Aston Villa a sa place en Premier League et que le club doit retrouver son standing qui était le sien sur les dernières décennies. »

Alors le lion plie mais ne rompt pas… Aston Villa est promis à un avenir plein d’espoir et de réussite malgré le fait que le maintien n’est toujours pas assuré. Selon les décisions des instances de football anglais, Villa Park pourrait rugir quelques fois encore cette saison. Les prochaines rencontres s’annoncent tout aussi bouillantes les unes que les autres. Grealish partira-t-il ? Aston Villa va-t-il retomber en Championship ? Réponses dans quelques mois !

crédit photo de couverture : montage WeSportFr

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here