Atlético Madrid, une saison en demi-teinte

0
Ligue 1

Alors que le monde du football est à l’arrêt, passons en revue la saison jusque là décevante des colchoneros.

L’Atlético Madrid, sérieux outsider au titre de champion d’Espagne lutte aujourd’hui pour une place sur le podium. Les joueurs de Diego Simeone ne sont pas au niveau attendu, et le coach madrilène est critiqué à tout va de par le jeu qu’il instaure. “Je ne comprends pas le football qu’ils jouent avec la qualité qu’ils ont” s’énerve Jürgen Klopp.

Un tiers de victoires

Ils sont malgré tout 6ème avec 45 petites unités. 45 points obtenus sans briller, 12 matchs nuls, 9 défaites et seulement 11 victoires. Mais ils restent à deux points de la 3ème place synonyme de qualification en Ligue des Champions la saison prochaine. Le FC Barcelone et le Réal Madrid semblent eux hors de portée du haut de leurs 58 et 56 points. Mais surprise, si le championnat nous laisse sur notre faim compte tenu de la qualité de l’effectif proposé, la coupe serait apparemment un remède efficace. Pas la coupe du roi, et l’élimination précoce par le Cultura Leonesa, une D3 espagnole… Ni la Supercoupe d’Espagne, avec la sortie de la compétition dès le second tour aux tirs au but contre le Réal Madrid de Zidane. Mais la grande et prestigieuse Ligue des Champions, où les joueurs de Simeone se vont à ravir. Ils se sortent d’une phase de poule compliquée en terminant 2èmes derrière la Juventus Turin, leur bourreau de l’année dernière. Par la suite, les colchoneros battent un Liverpool de Jürgen Klopp alors invincible. Le même entraîneur des reds qui critiquera cette équipe qui “reste bas et procède en contres“.

Le pari à 126 millions d’euros change la donne ?

João Félix, arrivé tout droit du Benfica Lisbonne où il a inscrit 20 buts et délivré 11 passes décisives, était annoncé comme le grand successeur d’Antoine Griezmann à la tête de l’attaque espagnole. Lui qui avait brillé lors des matchs amicaux notamment contre le Réal Madrid (7-3), s’est finalement peu à peu éteint. Les longues absences des mois de novembre et de février ont considérablement entaché sa stature mais surtout ses statistiques. En 28 rencontres disputées, le jeune portugais (21 ans) à inscrit seulement 6 buts et réalisé 2 passes décisives. Toujours pas au niveau attendu, João Félix semble bien être le gros flop du mercato madrilène.

Oblak, dernier rempart décisif

Si un grand nom, une individualité doit ressortir de l’équipe de Simeone, c’est bien celui de Jan Oblak. Ses performances stratosphériques contre Liverpool ou le FC Barcelone ont évité bon nombres de fois le naufrage de son équipe dans les grands moments. Ses 11 cleen-sheets et sa moyenne incroyable de 0,78 buts encaissés par match prouvent qu’il est aujourd’hui un des meilleurs dans son domaine.

Un mercato ambitieux, mais raté

Cet été, l’Atlético a subi de lourdes pertes sur tous les fronts, en laissant partir Diego Godín, Filipe Luis et Juanfran, ainsi qu’en vendant Antoine Griezmann et Rodri Hernández. La politique majeure du club étant de rajeunir le groupe pour donner un second souffle à l’effectif. Mais les cadres partis, il n’y aujourd’hui plus de réel meneur d’homme, excepté Oblak, pour guider les siens. La saison prochaine, il faudra apporter du leadership au cœur du jeu pour canaliser les jeunes. De plus, songer à repenser son attaque pour répondre à la grosse demande européenne. João Félix, Alvaro Morata et Diego Costa, qui cumulent à eux trois 20 buts, ne suffiront probablement pas à décrocher des titres majeurs.

De cette équipe peine à ressortir le gros prétendant européen que l’Atlético Madrid devrait être, et si les colchoneros ne parvenaient pas à retrouver leur place sur le podium, ce serait un véritable désastre pour ce grand d’Espagne.

Crédit image : Le Dauphiné

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here