NBA

Avant la rebaptisation du Staples Center : ces changements de noms des franchises de NBA qui ont eu du mal à passer

La nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Les Lakers et les Clippers de Los Angeles n’évoluent plus, du moins dans l’esprit au mythique Staples Center depuis ce 25 décembre 2021. L’enceinte s’appelle désormais la Crypto.com Arena. C’est donc une solide tradition qui passe de vie à trépas mais ce n’est point une première. Des noms historiques de salles en NBA qui du jour au lendemain ont été rebaptisés, il y en a eu plusieurs. Et dans nombre des cas, la pilule n’est pas passée sans remous.

 

 

Le défunt mais ô combien éternel Boston Garden,

S’il y a un nom de salle qui porte dans ses entrailles l’âme des Celtics, c’est bien le Boston Garden. L’équipe au mythique maillot vert y a évolué de 1946 à 1995, un demi-siècle durant où des légendes comme Larry Bird et Bill Russell ont notamment écrit leurs plus belles prouesses.  Autant dire que la métamorphose de nom opérée en 1995 pour enterrer celui de l’ancêtre des salles omnisports aux USA n’est pas passé sans remous. De toutes les façons, il était écrit que le nom de cette enceinte quels que soient les rebondissements, les mutations garderait toujours dans son libellé : Garden. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que du Boston Madison Square Garden, puis du Boston Garden on est passé au T. Garden. L’architecture qui abrite les rencontres des coéquipiers de Jayson Tatum et qui porte cette dénomination depuis 2009 plus précisément n’a pas pour autant changé. Mais, il a quand-même fallu lors de l’historique mutation de 1995 passer d’abord par la case Shawmut Center (1995) et FleetCenter (1995-2009) avant de revenir aux vieilles amours : le fameux ‘’Garden’’.

La Quicken Loans Arena tant chérie par le peuple de Cleveland,

A l’instar d’autres franchises de la ligue, Cleveland n’a pas été  non plus épargnée par la machine écrasante du naming. Une première mutation avait déjà pris corps en 2005 mais depuis lors, la constance était devenue la norme et peu auraient pu s’imaginer que quatorze plus tard, la Quicken Loans Arena n’existerait plus. Cet antre qui a donné naissance à tant de jeux de mots et qui a vu évoluer l’une des plus belles générations des Cavaliers portée à bout de bras par Lebron James. En effet, c’est dans la Q Arena que le king a fignolé ses pages les plus dorées. C’est toujours dans cet antre devenu un monument que Cleveland a joué ses finales NBA. Autant de raisons pour lesquelles dans l’imaginaire collectif, encore aujourd’hui, ce nom même s’il s’est mué en Rocket Mortgage FieldHouse ; n’a pas changé dans le fond.

Les Nuggets et cette idylle si vive avec le Pepsi Center,

La période faste des Nuggets auréolée sur les deux dernières décennies non pas du sacre suprême mais de plusieurs éliminations au premier tour des Playoffs ne peut aucune raison être dissociée du Pepsi Center. Théâtre notamment des débuts prometteurs puis étincelants de Carmelo Anthony en NBA, cette enceinte a vu évoluer Denver de 1999 à 2020. Entre-temps, la célèbre marque de boisson gazeuse a cédé l’estrade à la Ball Corporation, une société spécialisée dans l’emballage alimentaire et le recyclage de l’aluminium, et justement des canettes de soda. Désormais, c’est donc à la Ball Arena que Nikola Jokic et ses coéquipiers se produisent devant leur public.

L’Oracle Arena, symbole des Warriors de 1971 à 2019,

u point de vue architectural, il est indubitable que la Chase Center, antre des Warriors depuis 2019 est une merveille artistique et logistique. Il reste cependant  que son charme et sa prestance ne peuvent aucunement étioler le lustre et toute la magie qu’a inoculé à Golden State l’Oracle Arena d’Oakland au cours de son triplé historique de champion NBA obtenu en  2015, 2017 et 2018. Une ambiance indescriptible mixée à cette hégémonie indicible que Stephen Curry et ses coéquipiers arboraient ont rendu cultes les rencontres disputées à l’Oracle Arena.

Du AAA au FTX : une transition brutale chez le Heat,

Un autre changement de nom de salle qui a surpris tout son monde, c’est celui du parquet de Miami. Pendant pas moins de deux décennies, le Heat a fait de l’American Airlines Arena son terrain de chasse favori, sa chasse gardée. Dans son escarcelle, on retiendra notamment l’arrivée de Dwyane Wade, le titre de 2006 avec Flash et Shaq, puis le Big Three avec LeBron James et Chris Bosh qui débarquent, les titres de 2012 et 2013. Malheureusement pour les nostalgiques, depuis Juin 2021, la FTX Arena a pris le pouvoir.

Des anecdotes, des soirées mémorables, une âme, des émotions uniques autant de paradigmes qui impriment leurs marques aux salles de la NBA. C’est pour cela que lorsque le processus de Naming atteint  certains parquets en l’occurrence ceux dotés d’histoire : les grincements de dents ne sont jamais loin…

Dernières publications

En haut