Basketball

Basket : dernière ligne droite pour les Bleus

Le jour J approche pour les Bleus. Alors que l'Euro Basket démarre dans une grosse semaine, l'Equipe de France entame la dernière ligne droite de sa préparation avec deux matchs importants en vue de la qualification pour le mondial 2023. Deux rencontres qui verront les hommes de Vincent Collet affronter la République Tchèque à l'Accor Arena de Paris, puis la Bosnie, trois jours plus tard, chez les Balkans.

Une préparation solide 

Réunis depuis le début du mois d'Août, les Français ont réalisé une préparation plus que correcte, ponctuée par quatre succès en autant de rencontres. Les Pays-Bas, l'Italie et la Belgique ont été vaincus. Bien que le contenu ait parfois laissé à désirer (notamment lors de la courte victoire en Italie en préparation), les Bleus ont pu mettre en place des automatismes primordiaux en vue de l'objectif principal de l'été: l'Euro.

Bien que rapidement privée de Moustapha Fall et Andrew Albicy sur blessure, l'Equipe de France a compensé ses absences et quelques nouveaux ont pu marquer des points. C'est le cas de Terry Tarpey. L'arrière du Mans, solide défenseur, s'est également distingué en attaque, contre la Belgique, avec 8pts, 3rbds et 2asts en 12 minutes.

Cela est également valable pour d'autres, comme Isaïa Cordinier ou encore Théo Maledon qui s'est plutôt bien intégré au groupe, suite aux forfaits d'Albicy donc (qui pourrait malgré tout être rétabli à temps), mais aussi de Frank Ntilikina. Malgré tout, avec Heurtel, Okobo et donc l'ancien de l'ASVEL, l'Equipe de France semble armée à la mène.

La raquette, la clé du succès 

Mais le facteur X, l'élément qui pourrait permettre à la France d'avoir ce petit avantage sur la Serbie de Jokic, sur la Slovénie de Doncic ou encore la Grèce des frères Antetokounmpo, c'est bien la raquette. Avec le triple meilleur défenseur NBA Rudy Gobert et un Vincent Poirier qui a clairement trouvé sa place derrière le nouveau joueur des Timberwolves, le poste de pivot des Bleus a de quoi faire peur. Surtout que Collet n'hésite plus à les associer, ce qui donne une raquette XXL. Le pivot du Real, capable désormais de shooter à mi-distance et même à trois points, est devenu une arme supplémentaire à un roster qui n'en manquait déjà pas.

De plus, sur le poste 4, la France est plutôt bien lotie également : Guershon Yabusele a pris du gallon et que ce soit en sortie de banc ou dans le 5, pèse de tout son poids sur la raquette adverse. Après avoir manqué les JO couronnés d'argent, Amath M'Baye a une revanche à prendre sur le destin. Enfin, Mam Jaiteh, fantastique avec Bologne en Eurocoupe (que les Italiens ont remporté) aura un rôle important en sortie de banc.

Finir sur une bonne note 

Après les quatre succès en amicaux, l'Equipe de France espère donc continuer sur sa lancée et éviter de se faire peur à tous points de vue: en se mettant le doute avant de commencer une grande compétition, et en se compliquant la tâche en vue de la qualification pour la Coupe du Monde 2023. Bien que les trois premiers du groupe se qualifient (la France est en tête à égalité avec la Lituanie, et avec une victoire d'avance sur le Monténégro), les Bleus auraient tout intérêt à s'assurer l'une des places qualificatives dès cet été.

Pour cela, nos Bleus doivent donc appliquer à la lettre le mot d'ordre prôné par le capitaine Evan Fournier: ne pas faire de cadeau. Et cela commence dès ce soir, face à la République Tchèque. 

Crédit photo : L'Equipe


Valentin Martin

Le cœur meurtri par la fin de carrière de Rodgeur, je m'en remets aux stepback de The Beard. Rien de tel qu'un Vélodrome incandescent pour me faire chavirer de bonheur

Dernières publications

En haut