Biathlon : bientôt le lancement d’une nouvelle saison ponctuée de changements



A un mois et demi de la saison 2018-2019 de biathlon, on se remémore avec nostalgie et bonheur, les émotions que les biathlètes Français et internationaux nous ont fait vivre l’hiver précédent. Un 27ème globe de cristal individuel pour Martin Fourcade, le premier pour son concurrent Norvégien Johannes Boe, cinq médailles Françaises aux Jeux Olympiques de Pyeongchang, Justine Braisaz qui enchante le Grand-Bornand le 17 décembre en s’imposant à domicile sur la mass-start, Makarainen qui remporte son 3ème gros globe de sa carrière lors de la derrière mass-start, Gabriela Koukalova qui nous prive de son talent sur les pistes durant la saison entière et enfin Marie Dorin-Habert qui fait ses adieux au biathlon de haut niveau en compétition.


 Un petit tour dans le Vercors

Alors que l’on sait que la 42ème édition de la Coupe du monde de biathlon s’installera sur nos écrans dès le 2 décembre prochain à Pokljuka en Slovénie, l’équipe de France de biathlon termine aujourd’hui son entrainement dans le Vercors. Nichés dans le massif montagnard, on s’apprivoise encore au gré des entrainements physiques à terre ou en ski-roues et des séances de tir. A la tête du groupe masculin, l’ancien fondeur Vincent Vittoz succède à Stéphane Bouthiaux et apporte un nouvel air à cette équipe. « J’avais des posters de lui dans ma chambre » confie Martin Fourcade. Au tir, on retrouve l’Italien Patrick Favre qui remplace Franck Badiou. Un nouveau challenge pour l’homme qui entrainait auparavant l’équipe féminine d’Italie qui se démarquait largement au tir lors de la précédente saison de biathlon. Conscient du potentiel acquis des biathlètes Français, nous aurons donc l’occasion de voir d’ici peu si les axes de travail mis en œuvre par Vittoz porteront leurs fruits.

Source : Le Télégramme

 C’est dans un décor bucolique que les biathlètes se frottent aux saveurs du Vercors au sein de Zecamp, l’ingénieuse structure établie par la retraitée Marie Dorin-Habert et son mari Loïs Habert. Poussés par un Vincent Vittoz exigeant mais réaliste, les biathlètes sont confrontés à un travail foncier qui leur permettra d’être forts au moment voulu lors de la reprise de la compétition. Depuis mai, tous s’attèlent à la tâche par le biais de séances, de stages et d’entrainements intensifs afin d’être au rendez-vous sur la neige qui n’attend que leurs performances pour les faire briller. L’équipe masculine presque complète compte à ce jour : Martin Fourcade, Simon Desthieux, Antonin Guigonnat, Quentin Fillon-Maillet et Emilien Jacquelin. La sixième place se disputera entre Simon Fourcade et Fabien Claude lors de la Swiss Cup fin octobre.

Objectif régularité pour les filles

Côté féminin, les biathlètes Françaises aussi ont rejoint le camp de leur ancienne partenaire pour leur préparation aux côtés de leur entraineur Frédéric Jean. Ancien Chef de groupe de l’Equipe B, il peut concentrer son attention uniquement sur l’aspect féminin en terme de volume de travail et d’approche verbale auprès du groupe. Les biathlètes féminines s’étaient déjà rendues dans le Vercors en juillet dans un climat bien plus estival aux côtés des fondeurs. Anaïs Chevalier, Anaïs Bescond et Justine Braisaz sont les trois filles ayant déjà validé leur billet pour la coupe du monde et comptent bien arrivées en forme après cette longue saison de préparation. « J’ai envie d’accrocher des podiums ; mais des victoires aussi. Parce que des podiums j’en ai mais des victoires, pas beaucoup » souligne Anaïs Chevalier. Vincent Porret, entraineur de tir des filles pour la saison, aura pour objectif d’instaurer des schémas de tir plus engagés lors des courses par équipe et plus posés lors des courses individuelles. Un travail intense pour l’équipe de France féminine qui est parfois irrégulière sur le pas de tir alors qu’elles démontrent une rapidité certaine sur les pistes. Un constat à l’image de leurs Jeux Olympiques en février dernier où la déception avait été immense concernant les attentes que l’on vouait en Justine Braisaz sur de l’individuel. Au sein de l’équipe, la quatrième place se disputera elle aussi fin octobre entre Célia Aymonier, Chloé Chevalier, Julia Simon et Enora Latuillière.

Voici le programme pour la saison 2018-2019 : 



A propos de l'auteur

Passionnée de sport en général avec une préférence pour le tennis et le biathlon ! On dit qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons... ça tombe bien, je ne vis que des journées ensoleillées.

Poster un commentaire

justo id, ut id ut Aliquam ut