Biathlon : dans les skis de… Justine Braisaz



Un mois nous sépare du lancement de la nouvelle saison de biathlon. Pour l’occasion, je me penche aujourd’hui sur le cas Justine Braisaz. Âme solitaire au tempérament solaire. Zoom sur la talentueuse et prometteuse biathlète Française. 

Au sommet de sa montagne

La jeune femme qui a fêté ses 22 ans cet été a toujours clamé son attachement pour les vallées de Hauteluce où elle trouve apaisement et enrichissement. Bien que rares soient ces moments, elle sait les savourer lorsqu’elle y retrouve sa famille juchée sur les hauteurs, qui vit au rythme des saisons et des alpages. Celle qui aime voyager pour s’enrichir des autres nous semble parfois planer dans une sphère différente de la nôtre, comme notre cher Pierre-Ambroise Bosse. Et pourtant, la Savoyarde a bien la tête sur les épaules, la carabine sur le dos et des objectifs en ligne de mire. Ce talent brut au sourire communicatif cache des désirs de réussites tout en caressant l’espoir de rester le plus souvent que possible dans l’ombre.


Source : AFP PHOTO / JEAN-PIERRE CLATOT

L’éclosion

En décembre 2014, on découvre les joues rouges et les yeux bleus de Justine Braisaz pour ses débuts en Coupe du monde de biathlon. En quelques semaines, bien que très jeune âge, elle impose son style et ses aptitudes sur les skis. Dès cette première saison, malgré des résultats en demi-teinte, il est évident que les adeptes de la discipline voient en elle un avenir qui s’inscrit dans la veine des plus grandes biathlètes. Extrêmement rapide sur les skis, Justine Braisaz est capable de performances étonnantes qui la classent souvent dans les meilleurs temps des courses qu’elle dispute. Un atout majeur qui lui permet de transformer l’essai lorsque le tir est aussi au rendez-vous. Pourtant, si les jambes sont là, les bons résultats se sont plus rares. Au fil des mois, le travail paye, les tirs deviennent plus réguliers et Justine peut se projeter dans les épreuves avec plus de sérénité.Cela fait écho avec ses deux saisons suivantes au cours desquelles on découvre une jeune femme déterminée, prête à encaisser davantage de coups durs que de bons résultats. Egale à elle-même, elle partage aux micros des médias, ses craintes de réussite. Tout cela est intense, surtout quand on a vingt ans. Mais, ses qualités sur les skis et sa certaine régularité trouvée en tir la fond accéder à des podiums voire des victoires et la propulsent dans la lumière.

Date clé : 17 décembre 2018

Sa première victoire en individuel de sa carrière sur la mass-start du Grand Bornand en France

Une mise en lumière difficile à gérer

A contrario, ses échecs s’articulent majoritairement autour du tir. On repense par exemple à ses premiers Jeux Olympiques à Pyeongchang en février dernier où elle ressortait en avec un bilan de 25 fautes pour seulement 5 courses. Une désillusion pour Justine et ceux qui assistaient impuissants à ses contre-performances en individuel. Un constat paradoxal suite à ses résultats de début de saison qui laissaient croire à un espoir de médailles pour la jeune biathlète. Cependant, il reste important de relativiser cet échec pour la jeune femme qui n’a que quatre saisons en Coupe du monde à son actif. De plus, la faculté de Justine Braisaz à se surpasser et être capable de montrer de belles choses pour la prochaine saison va se matérialiser autour de son travail avec ses entraineurs Frédéric Jean et Vincent Porret. Durant ces derniers mois, ils auront pu mettre en place des stratégies en terme de travail de fond, de tir et de gestion de la pression.

Graine de championne

Reine estivale suite à son titre de Championne de France de sprint de biathlon d’été fin octobre, Justine Braisaz se projette déjà doucement pour la saison hivernale qui se profile. Souvent évasive sur ses attentes et ses objectifs, elle a déjà conquis le cœur des passionnés de la discipline. Sans aucun complexe, Justine Braisaz est naturelle et spontanée. Des qualités précieuses qui génèrent des avis unanimes sur la biathlète. Fidèle à son image de femme rurale, ce qui n’est nullement une critique, Justine Braisaz est longtemps restée éloignée des réseaux sociaux qui semblaient parfois nous faire oublier la saveur et l’unicité des moments que l’ont vit ou partage avec nos proches. Il s’avère que Justine Braisaz vous rallie à cela.

Elle est de ces athlètes que vous aimez regarder skier, dont vous adorez vous délecter en interview de fin de course et que vous adoptez humainement parlant. Si l’effet Martin Fourcade est certainement pour beaucoup dans la hausse de la pratique du biathlon chez les Français, nul doute que l’effet Justine Braisaz pourrait ne pas tarder à résonner à son tour. 



A propos de l'auteur

Passionnée de sport en général avec une préférence pour le tennis et le biathlon ! On dit qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons... ça tombe bien, je ne vis que des journées ensoleillées.

Poster un commentaire

venenatis, ut ut mattis consequat. justo vulputate, elit.