Championnats Etrangers

Boavista FC : après Bordeaux, l’autre fiasco de Gérard Lopez

C'est l'un des noms historiques du football portugais qui est en train de rendre l'âme. Le Boavista FC entre dans une crise sans précédent et pourrait connaitre un sort funeste dans les prochains mois. Le point commun avec les Girondins de Bordeaux ? Le propriétaire du club lusitanien, Gérard Lopez. L'homme d'affaires est-il en train de détruire une nouvelle institution du sport ?

Le Boavista FC entre dans une crise historique

Sur le plan sportif, le Boavista FC n'inquiète pas plus que ça les supporters de Porto. Avec un joli palmarès de 5 Coupes du Portugal et 1 titre de champion, le Boavista FC fait parti des clubs historiques du Portugal. Certes, la 11ème place en championnat n'est pas très flatteuse, mais le club reste sur les mêmes bases que ces dernières années. C'est bien en coulisse que la situation du Boavista FC inquiète. Boycott de la part des joueurs, salaires impayés, direction dans la tourmente, etc. Actuellement, le club portugais est peut-être en train de traverser la plus grande crise de son histoire. Pour de nombreux observateurs, le coupable est facile à identifier. Un certain Gérard Lopez, propriétaire du Boavista FC. Le président des Girondins de Bordeaux est pointé du doigt pour son manque d'intérêt à l'idée de sauver un des monuments du football lusitanien. Alors, est-on en train d'observer un énième fiasco retentissant de la part de dirigeant luxembourgeois ?

Lotus F1 Team, LOSC, Girondins de Bordeaux : jusqu'où ira Gérard Lopez ?

La situation du Boavista FC ressemble dangereusement à celle qu'à connu l'écurie de Formule 1 Lotus Racing. Arrivé dans la peau de sauveur en 2010, Gérard Lopez gère les fonds et l'image de Lotus F1 Team, par le biais d'un fonds d'investissement. Résultat ? Un endettement catastrophique de plus de 140 millions d'euros, et des salaires impayés qui précipitent la chute d'un des grands noms de la Formule 1. Inactif en coulisse, Gérard Lopez propose une communication hasardeuse et agressive envers quiconque l'accuse de ne pas vouloir investir dans l'écurie. “Les salaires ont toujours été payés” se défendait l'homme d'affaire. En 2015, Gérard Lopez se désengage de toute implication avec la Lotus F1 Team, et vendra l'écurie à Renault pour 1€ symbolique. Une gestion jugée catastrophique qui résonnera merveille avec la situation du LOSC. Après avoir dirigé le club lillois entre 2018 et 2022, Gérard Lopez laisse le LOSC au bord d'un gouffre financier conséquent.

Désormais, Gérard Lopez est à la tête des Girondins de Bordeaux et du Boavista FC. Deux grands clubs français et portugais au bord de la rupture. Le club bordelais a annoncé vouloir chercher un actionnaire minoritaire pour reprendre la section féminine des Girondins. Une décision qui fait suite à un rapport de la DNCG, pointant du doigt les finances du club. Avec désormais le Boavista en pleine crise institutionnelle, Gérard Lopez est plus que jamais sous le feu des critiques. Va t-il condamner une nouvelle entité sportive ? Réponses dans les prochaines semaines.

Nostalgique des Verts, je m'en remets aux Reds de Klopp pour garder le sourire. À la recherche de sensations fortes grâce aux sports de haute montagne, je vibre devant ma TV à travers le tennis, le basket, le football et les sports d'hiver. Hâte d'être derrière l'Equipe de France lors des Jeux Olympiques de Paris !

Dernières publications

En haut