Ligue 2

Bordeaux : polémique Vital Nsimba, grève de supporter…. Le climat se tend aux Girondins

Après une défaite concédée dans les ultimes secondes en supériorité numérique à Saint-Etienne, les Girondins de Bordeaux continuent de plonger dans la crise qui habite le club depuis plusieurs mois. Après une sortie maladroite de Vital Nsimba le climat s'est encore tendu.

Ce lundi matin, les supporters des Girondins de Bordeaux, les Ultramarines ont annoncé des actions lors de la prochaine Ligue 2 ce mardi à 20 h45 contre l'USL Dunkerque. Interrogé sur le sujet en conférence de presse, Vital Nsimba a eu une réaction jugée maladroite.

“On a besoin d’eux, c'est simple. D’accord, ils sont déçus, ce qui est logique. Nous aussi on est déçus. Mais, il faut savoir ce qu'ils veulent, est-ce qu'ils veulent que le club soit maintenu ou ils veulent que le club descende. S'ils veulent que le club descende, ben il faut qu'ils continuent à faire ce qu'ils font et ne pas nous soutenir. Alors, que s'ils veulent que le club se maintienne, il faut nous soutenir parce que ce n'est pas en faisant le contraire que ça va aider l'équipe. Je comprends très bien leur frustration.”

“On est les premiers frustrés, nous aussi on sait qu'on fait pas une bonne saison. Maintenant, on est à 4 ou 5 journées de la fin, je ne pense que ça soit le moment. Ils l'ont déjà fait durant la saison où ils nous ont fait des rappels à l'ordre. Enfin, je ne pense pas que ce soit le moment à 4 journées de la fin de faire monter la sauce,” a expliqué le latéral bordelais en fin de contrat en juin prochain.

Nsimba veut éteindre l'incendie

Quelques heures après dans une story Instagram, l'ancien clermontois est revenu sur ses paroles en conférence de presse en appelant au calme.

“Je réponds à une question qui concerne l'événement à venir, celui de votre probable désengagement contre Dunkerque. Sans jamais remettre en cause votre soutien passé, je veux juste faire comprendre que l'on a besoin de vous jusqu'au bout. Je sais très bien que vous ne avez jamais lâché et comme je l'ai dit, je comprends votre position actuelle ! Nous sommes tous frustrés, agacés, démunis, mais nous devons faire front ensemble, comme toujours. Acceptez aussi notre position qui est celle-ci : nous avons besoin de vous demain,” explique-t-il. Une tentative d'apaisement alors que Bordeaux jouera un match très important dans la lutte pour le maintien contre Dunkerque, un concurrent direct.

Albert Riera veut également du soutien

Depuis plusieurs semaines, l'entraineur espagnol des Girondins est sous le feu des critiques à cause de frasque parfois jugée insolentes. En conférence de presse ce lundi, l'entraineur bordelais arrivé en remplaçant de David Guion fin 2023 en appel au soutien des supporters.

“J'ai entendu que les supporters ont annoncé par communiqué qu'ils ne vont pas nous supporter pendant 15 minutes. Chacun sa responsabilité, mais comme entraineur de l'équipe et ancien joueur, on a besoin des supporters. On est supérieurs aux adversaires au niveau des supporters.”

“Le foot, c'est de l'argent, c'est un show, un spectacle, on essaye de jouer le mieux possible pour donner du plaisir aux supporters. Je demande qu'ils supportent les joueurs pendant 90 minutes. Ci-après, ils n'aiment pas l'organisation du club, ce n'est pas mon travail d'en parler.”

“Moi, je ne parle que du terrain. L'équipe, les joueurs ont besoin d'eux durant 90 minutes. Je leur demande de nous supporter. J'ai toujours l'énergie et la passion. Jusqu'au 17 mai, je ne vais pas lâcher le groupe, c'est ma responsabilité de les pousser. C'est vrai que c'était très dur de perdre à Saint-Étienne en 3 minutes, même le lendemain. Mais on doit continuer c'est le foot.”

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut