Allemagne

Bundesliga : Schalke 04 la descente aux enfers

Auteur d’une saison catastrophique, Schalke 04 est relégué en deuxième division, une première depuis 1988. Le club de la Ruhr a terminé dernier de Bundesliga. Pire défense et pire attaque du championnat d’Allemagne, les Bleus Royaux ont subi une succession de mauvais choix cette saison. 

Le 9 janvier dernier, Schalke 04 a mis fin à une période de 1 an sans gagner grâce à une victoire sur Hoffenheim 4-0. Les contre-performances se sont enchainées et très vite les Knappen ont été au bord du gouffre. Rapidement éliminé de Coupe d’Allemagne par Wolfsburg, le club a également très vite déchanté en championnat. Aucune victoire lors des 14 premières journées et le club de la Ruhr a été très vite condamné (3 victoires, 7 nuls et 24 défaites cette saison). Des revers marquants ont sûrement fait mal aux joueurs comme lors de la première journée et la défaite 8-0 contre le Bayern. Mais si les joueurs peinent à enchaîner les bons matchs, c’est aussi dû au manque de stabilité du club.

Un club à la dérive

Le club de la Ruhr a connu 5 entraîneurs différents depuis le début de saison. Le mercato estival a aussi été marqué par la démission de l’emblématique président Clemens Tönnies après deux décennies jonchées de hauts, de bas et surtout de polémiques, plus particulièrement sur les propos racistes envers les joueurs africains, soit une véritable instabilité à tous les étages. Le club a connu des départs à la chaine, dont le directeur financier Peter Peters, ou le renvoi de son directeur technique Michael Reschke. Mais la crise est bien plus profonde. Le club est victime d’une gestion catastrophique depuis quelques années. Les directeurs sportifs s’enchaînent tout comme les mauvais choix. Schalke accuse actuellement une dette de 200 millions d’euros. Ce déficit s’explique par de nombreux départs de joueurs en fin de contrat, ne rapportant aucune rentrée d’argent au club (comme Leon Goretzka). Depuis la saison 2015-2016, neuf titulaires ont quitté le club librement. Ces joueurs, estimés à 122 millions d’euros à ce moment-là, n’ont pas permis de remplir les caisses. Des cadres de l’effectif jamais remplacés par un manque de moyens sont l’une des conséquences de la descente aux enfers du club. Le club de Gelsenkirchen a perdu 20 % de sa valeur sur les cinq dernières années selon KPMG. Le climat ambiant n’est pas forcément propice à la performance à l’image de l’altercation entre Vedad Ibišević et Naldo. L’ancien Parisien avait été licencié après l’incident. Nabil Bentaleb et Amine Harit ont également été écartés pour des attitudes peu professionnelles selon les dirigeants.

Un dégraissage nécessaire

Le club relégué a donc annoncé dix départs avec, parmi eux, des cadres de l’effectif comme Benjamin Stambouli, Shkodran Mustafi, Nabil Bentaleb, Klaas Jan Huntelaar ou encore Sead Kolašinac. Plusieurs de ces joueurs sont arrivés à la mi-saison pour sauver le club. Un pari perdant pour un club déjà à l’agonie. En fin de contrat, Steven Skrzybski, Bastian Oczipka et Alessandro Schöpf n’ont pas été prolongés par les dirigeants. William (Wolfsburg), Gonçalo Paciência (Eintracht Francfort), Frederik Rönnow (Eintracht Francfort) et Kilian Ludewig (RB Salzbourg) ne sont pas conservés au sein des Bleus Royaux et retournent donc dans leur club. Amine Harit, lui, devrait rapporter un peu d’argent au club. Le Marocain est convoité par plusieurs clubs français et Villarreal. Hamza Mendyl, Mehmet Aydın, Omar Mascarell ou encore Benito Raman pourraient faire leurs valises cet été.

Les fans comme seule lumière

La descente en deuxième division des Knappen marque l’histoire du football allemand. Schalke faisait partie des neuf équipes choisies en 1963 pour fonder la Bundesliga. Le club possède l’un des plus riches palmarès allemands : 7 Bundesliga, 5 Coupes d’Allemagne, 2 Coupes Intertoto et la Coupe UEFA 1997. Cependant, le club peut compter sur une communauté de supporters impressionnante : en 2020, il comptait 155 000 “socios”, des fans payant une cotisation annuelle, soit le deuxième club allemand dans ce domaine, derrière le Bayern Munich (293 000) et tout juste devant l’ennemi juré, le Borussia Dortmund (154 000). Ce qui est sûr, c’est que Schalke est un bateau à la dérive depuis plusieurs années et 2021 est l’année du naufrage.

Crédit photo : Getty Images
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire