Basketball

Capela, l’affirmation

Auteur d’une nouvelle prestation majuscule lors de la victoire des Rockets hier contre les Hawks ( 22pts, 22rbds, 2stls, 2blks), Clint Capela a une nouvelle fois confirmé qu’il méritait d’être cité parmis le gratin des pivots NBA. Tour de contrôle d’une équipe de Houston qui fonctionne plutôt pas mal, bien que parfois sur courant alternatif (25victoires, 11 défaites, 3ème à l’Ouest tout de même), le Suisse s’affirme lui comme une valeur sûre, soir après soir.

Auteur d’une nouvelle prestation majuscule lors de la victoire des Rockets hier contre les Hawks ( 22pts, 22rbds, 2stls, 2blks), Clint Capela a une nouvelle fois confirmé qu’il méritait d’être cité parmis le gratin des pivots NBA. Tour de contrôle d’une équipe de Houston qui fonctionne plutôt pas mal, bien que parfois sur courant alternatif (25victoires, 11 défaites, 3ème à l’Ouest tout de même), le Suisse s’affirme lui comme une valeur sûre, soir après soir. 

Des stats à en faire pâlir plus d’un 

Car très peu d’intérieurs peuvent se targuer d’avoir de si belles statistiques: avec 14.7pts et 14.5 rbds et 1.8blks par match, il culmine, tout en haut de ces fameux classements dont raffolent les fans de la grosse balle orange. Il est tout simplement le deuxième meilleur rebondeur de la ligue derrière André Drummond. Il fait également parti des 10 meilleurs contreurs NBA, ce qui est plutôt intéressant, quand on connaît désormais sa faculté à sortir de la raquette, nouvelle arme ajoutée à sa palette technique. Il est tout simplement complet ! Alors que l’abus de pick&roll avec Chris Paul a pu lui être reproché ces deux dernières saisons, c’est désormais dans un registre quelque peu différent qu’il évolue, avec une grosse présence au rebond offensif (plus de 4 prises par match), lui qui est le seul joueur des Rockets a évolué dans la raquette et qui, dans un bon soir (ou un mauvais pour ses coéquipiers), se gave de claquettes et de rebonds offensifs.

Des prestations XXL 

Dans un bon soir justement, l’ancien Chalonnais peut atteindre un niveau inimaginable à son arrivée en NBA, lui qui mérite d’avoir, au moins, son nom cité pour le All-Star Game. Car des massacres, il en a commis plus d’un cette saison. Discret en début d’année, il a ensuite enchaîné 8 matchs à plus de 19 rebonds ! Avec un scoring toujours intéressant, comme contre Chicago (16pts, 20rbds, 4blks), face à Portland (22pts, 20rbds, 4blks), contre Dallas (21pts, 23rbds) ou encore à San Antonio, pour rester dans les derbys texans ( 22pts, 21rbds). Récemment, son récital face à Philly (30pts, 14rbds, 3asts, 2stls, 1blk) a marqué les esprits, dans une rencontre entre prétendants. Mais au-delà des stats, son apport a décuplé.

Un impact non négligeable 

Hier en est le mauvais exemple, car les hommes de Mike D’Antoni se sont imposés, et Capela a terminé avec un plus/minus de -10. Mais rare sont les fois où sa contribution est faible. 9 fois seulement cette saison, il a terminé avec un différentiel négatif. Alors oui, il est évident qu’il lui arrive de passer à coté de certains matchs, que ce soit au niveau des stats ou de l’impact. Mais cela reste tout de même extrêmement solide dans l’ensemble. +10 contre les Sixers cette semaine, +15 contre les Suns et +27 contre les Clippers avant Noël, +30 contre Portland, +35 contre les Bulls, +20 contre les Warriors, pour ne citer que les meilleurs ! Il y a les chiffres, et il y a le reste. Capela met un point d’honneur à le montrer.

Désormais, il n’est plus question de parler d’un duo dans le Texas, c’est bien un big three que compte Houston. Et sans un Capela homme à tout faire, impossible d’espérer décrocher une bague. 

1 commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
lectus Praesent elementum accumsan consectetur in at tempus quis, felis nec