Catch : Entre promesses et gâchis, le jour où Jeff Hardy a tourné le dos aux fans

0
Jeff Hardy, tête d'affiche du groupe Immortal
Ligue 1

Il y a 10 ans, Jeff Hardy tournait le dos aux fans et prenait le plus gros risque de sa carrière. Un pari qui n’a pas marché malgré les promesses. Retour sur ces 5 mois imprévisibles, marqués de hauts mais surtout de bas. 

10.10.10. Il y a 10 ans, la TNA devenue depuis Impact Wrestling promettait un événement de taille pour Bound For Glory, son spectacle le plus important de l’année. Les rumeurs furent nombreuses, mais personne ne devinera ce qui allait se passer. Tête de gondole de la fédération, Jeff Hardy allait tourner le dos à ses fans ce soir-là pour devenir le top heel de la TNA et dans le même temps son champion du monde. Un pari osé, fou diront certains à l’époque, puisque le Charismatic Enigma était le catcheur le plus populaire toutes compagnies confondues et sortait ici de sa zone de confort dans une période compliquée pour lui, impliqué dans une affaire de trafic de drogue.

La TNA tente donc un coup de poker sous l’impulsion d’Eric Bischoff et Hulk Hogan, devenus influents en interne. Changer drastiquement le personnage de Jeff Hardy pour en faire le nouveau vilain de la fédération. L’ancienne tête d’affiche de la WWE rejoint alors les deux hommes à l’écran dans le groupe Immortal, avec à leurs côtés Jeff Jarrett et Abyss. Une copie non dissimulée de la mythique nWo qui avait vu le jour en 1996 lorsque Hulk Hogan changea également de personnage en délaissant sa tenue rouge et jaune qui avait fait de lui la plus grande star du catch. Ce que la TNA ne sait pas encore, c’est qu’Immortal connaîtra le même sort funeste que la nWo sans pour autant marquer l’histoire.

Jeff Hardy se réinvente totalement

Pour son nouveau rôle, Jeff Hardy aborde un look plus sombre et fait son entrée avec une nouvelle musique et un titre à son effigie. Pour la première fois de sa carrière, il apparaît comme l’attraction principale de la discipline, laissant derrière lui son éternel statut d’underdog qui a poussé les fans à le soutenir. Plus encore, son personnage n’a jamais été autant développé et son aisance orale surprend, lui qui n’a jamais vraiment su s’illustrer micro en main. Jeff Hardy veut atteindre les sommets mais surtout y rester, chose qu’il n’a jamais su faire à la WWE, et s’autoproclame ainsi « l’antéchrist du catch ». La créativité du natif de Cameron n’est plus à prouver et lui permet également de se libérer en réalisant des promos originales et très sombres, bien loin des intrigues insipides et ennuyeuses que lui proposait la WWEJeff Hardy repousse même les limites en faisant son entrée cigarette à la main un soir de janvier 2011, une provocation qui ne passe pas inaperçu lorsqu’on connaît ses antécédents. Quelques mois plus tard, R-Truth fera d’ailleurs de même à RAW, une réponse peu subtile de la WWE.

Mais la TNA fait rapidement face à un problème de taille, la cote de Jeff Hardy est telle que les fans continuent de le soutenir certains soirs. « Je vous ai donné des années et des années d’abus sur mon corps. Voler depuis des échelles, traverser les tables, et pour quoi…? », leur lancera pourtant le lutteur au lendemain de Bound For Glory pour justifier ses actes. En vain. Paradoxalement, le heel turn de Jeff Hardy est à ce moment-là la meilleure chose qui se passe dans le business et le public salue ce choix. La TNA n’arrangera rien en proposant des adversaires incapables de prendre l’ascendant sur la popularité d’HardyMatt Morgan puis Mr. Anderson alors que Rob Van Dam et AJ Styles étaient par exemple des choix plus judicieux pour construire le nouveau Jeff Hardy. Les choix concernant ce dernier sont également discutables, puisqu’il perdra le titre en janvier 2011 avant de le reprendre le mois souvent. Ou comment s’inspirer de ce qu’il y avait de pire à la WCW.

Le pari devient flop

Cette opportunité excitante pour Jeff Hardy et la TNA ne sera au final qu’un pétard mouillé plus que frustrant, et chacun a son lot de responsabilités. Les choix hasardeux se multipliant au fil des semaines, la mayonnaise ne prend pas pour « l’antéchrist du catch » malgré l’originalité et le statut de l’intéressé. De son côté, Jeff Hardy mettra un point final à cette aventure en arrivant sur le ring sous l’influence de drogues le 13 mars 2011, pour le show Victory Road dans lequel il devait affronter Sting. « J’étais trop défoncé pour même essayé de faire le match. Vous le voyez en vidéo, où vous ne vous rendez même pas compte à quel point vous êtes mauvais. C’est embarrassant, c’est terrifiant de se voir. Me voir dans cet état m’a dévasté. Une énorme déception pour les fans. Tout ce qui était mauvais en moi est presque mort cette nuit-là. Dieu merci, ils ne m’ont pas viré cette nuit-là. Après Victory Road, ça m’a ouvert les yeux », dira-t-il en 2014. « J’avais pris des somas (anti-douleurs) et je suis allé là-bas, et, mec, je ne pouvais même pas lutter. Pour la première fois de ma vie, j’étais allé trop loin. Je ne pouvais pas lutter contre mon idole Sting, et il a dû faire la bonne chose et me mettre à terre, puis faire le tombé », ajoutera Hardy dans le podcast de Colt Cabana en 2017. Après plusieurs mois d’absence, l’ancienne star des Immortal reviendra en septembre 2011 pour faire ses excuses au public et reprendre sa carrière là où il l’avait laissé ce soir d’octobre 2010, où il tourna le dos aux fans. Le groupe Immortal va quant à lui tourner au grand n’importe quoi en accueillant au total une trentaine de membres jusqu’en avril 2012 et sa dissolution, sans pour autant marquer l’histoire comme son nom le laissait pourtant supposer.

La parenthèse Immortal correspond certainement à la pire période de la vie de Jeff Hardy, ce dernier abordera d’ailleurs assez peu ce moment de sa carrière. Après quelques cures de désintoxication qui semblent enfin avoir fait effet aujourd’hui, Hardy a repris la route de la WWE et de sa routine ordinaire. Alors que la nouvelle génération a fait irruption, Jeff Hardy n’a plus l’aura dont il disposait durant les années 2000 et n’est donc plus indispensable à la WWE sur le plan sportif et marketing. L’occasion parfaite pour faire renaître « l’antéchrist du catch »…

A lire aussi : WWE : RETRIBUTION et Mustafa Ali, mariage gagnant / Suivez-moi sur Twitter : @BernardCls

(Image principale : TNA/Impact Wrestling)
Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here