Foot US

CFP National Championship Game : les Georgia Bulldogs brisent la malédiction !

Grâce à une défense héroïque et à un QB Stetson Bennett auteur d’un très bon match, les Bulldogs de Georgia ont pris leur revanche sur la finale de conférence SEC en remportant enfin le titre national. Champion en titre, le Crimson Tide d’Alabama manque le doublé et voit l’un de ses plus grands rivaux s’emparer du trône après 41 ans de disette.

#1 Alabama Crimson Tide vs #4 Georgia Bulldogs : 18-33

Une histoire de défenses

Dans la plus pure tradition de l’adage « Defense wins championships », le début de rencontre entre Georgia et Alabama a offert au public du Lucas Oil Stadium une bataille rugueuse entre deux escouades défensives montrant un niveau de jeu stratosphérique. Si le Crimson Tide débloque son compteur dès sa première série grâce à un field goal de 44 yards de Will Reichard (3-0), la suite est clairement à l’avantage des défenses. Sur la première série de l’attaque de Georgia, QB Stetson Bennett est d’abord sacké puis commet un fumble (qu’il recouvre lui-même), avant d’être forcé à punter après seulement quatre petits jeux.

Les deux programmes s’échangent alors les coups de pied de dégagement : punt, punt, punt, les défenses sont parfaitement rodées, et il faut attendre le début du second quart-temps pour véritablement voir une attaque se montrer dangereuse. Grâce à un bon travail de QB Stetson Bennett (17/26, 224 yds, 2 TD) dans les airs, marqué par une connexion de 52 yards avec WR George Pickens – sa seule réception du match, Georgia avance et rentre en redzone, s’aventurant jusqu’à cinq yards de l’en-but du Crimson Tide. Néanmoins, la défense de Bama plie mais ne rompt pas et les Bulldogs doivent à leur tour se contenter d’un field goal (3-3). Punts et field goals seront une constante jusqu’à la pause, et le score n’évolue que très modérément avant de rentrer aux vestiaires. À mi-parcours dans le National Championship Game, Alabama mène d’une courte tête (9-6), mais est très loin d’avoir fait le break.

Des compteurs qui se débloquent

Au sortir de la pause, la physionomie de la rencontre n’évolue pas et ce sont toujours les défenses qui prennent le pas sur les attaques. Après un punt de son attaque sur la série inaugurale du troisième quart-temps, Georgia réalise un premier gros coup en interceptant le Heisman Trophy Bryce Young (35/57, 369 yds, 1 TD, 2 INT) : un coup dans l’eau puisque les Bulldogs sont forcés au punt moins d’une minutes plus tard. Alabama conduit alors un long drive qui égraine plus de huit minutes sur le chronomètre et place Will Reichard pour un coup de pied de 48 yards, mais la special team de Georgia va à son tour s’illustrer en contrant la tentative du kicker junior.

Surfant sur cette lancée, les Bulldogs vont enfin réussir à percer la défense du Crimson Tide. Grâce à une course de 67 yards de James Cook (6 courses, 77 yds), Georgia se retrouve à nouveau en redzone et va enfin amener son drive en terre promise. En effet, l’attaque progresse jusqu’aux portes de l’en-but et Zamir White (13 courses, 84 yds, 1 TD) conclut l’affaire sur un run d’un yard afin de donner l’avantage aux siens pour la première fois de la partie (9-13).

Mené au tableau d’affichage pour la première fois en 45 minutes de jeu, Alabama va réagir dès l’entame du dernier quart-temps. Profitant du bon travail de Bryce Young dans les airs, les hommes de Nick Saban pénètrent en redzone pour la première fois du match, mais sont forcés de prendre un field goal après un excellent travail de la défense des Bulldogs en goaline (12-13). De quoi les écœurer ? Pas vraiment. Grâce à sa défense, le Crimson Tide récupère le cuir moins de deux minutes plus tard sur une tentative de throw away de Stetson Bennett appelée fumble par les arbitres. À nouveau en zone rouge, Alabama convertit cette fois-ci l’opportunité cinq jeux plus tard lorsque Bryce Young trouve TE Cameron Latu (5 rec, 102 yds, 1 TD) dans la endonze. La conversion à deux points est manquée, mais Alabama se retrouve devant les Georgia Bulldogs (18-13) avec dix minutes restantes dans cette finale.

Bennett et sa défense, combo gagnant

Dans une rencontre où les défenses ont clairement l’ascendant sur les attaques, voir Georgia revenir semble alors être une tâche ardue. Pourtant, les Bulldogs vont faire le break grâce aux prouesses de leur quarterback. Grâce à des lancers de 25 puis 10 yards et à une pénalité, Bennett et ses coéquipiers pénètrent en territoire adverse, et le quarterback senior va faire parler la poudre une première fois. Sacké par LB Dallas Turner, il répond sur le jeu suivant en envoyant une bombe de 40 yards dans les mains de WR Adonai Mitchell (2 rec, 50 yds, 1 TD) pour remettre les siens devant malgré la 2-pts conversion manquée dans la foulée (18-19). La défense force alors un 3&Out du Crimson Tide, et le ballon revient à nouveau dans les mains de l’attaque. En suivant une stratégie totalement différente, insistant au sol pour faire tourner l’horloge, Georgia atteint la redzone et voit son quarterback trouver TE Brock Bowers (4 rec, 36 yds, 1 TD) sur un lancer de 15 yards pour faire le break (18-26). Alabama est touché, mais n’a pas encore dit son dernier mot.

Dans l’obligation de marquer vite, avec seulement 3:33 sur le chronomètre, le Crimson Tide avance prudemment grâce aux passes de Bryce Young, et se retrouve sur les 44 yards de Georgia avec 1:09 sur l’horloge. Malheureusement, c’est là que le meilleur joueur universitaire de l’année va sceller le sort de son université. Sur un ballon lancé dans la profondeur mais sous-dosé, Young voit sa tentative être interceptée par CB Kelee Ringo. Pire, le defensive back profite de nombreux blocks pour remonter tout le terrain et convertir cette erreur en Pick-6. Le coup de grâce a été porté, et Alabama ne s’en relèvera pas (18-33).

Pour l’honneur, le Crimson Tide tente de réduire l’écart sur sa dernière série, mais Georgia conclura sa rencontre en sackant Bryce Young au milieu de terrain par l’intermédiaire de LB Nolan Smith. 41 ans après son dernier titre national, obtenu en 1980 lorsqu’un certain Herschel Walker – running back passé par la NFL dans les années 90 – avait conduit les Bulldogs jusqu’au titre, Georgia retrouve donc une place sur le trône du football universitaire. Une prouesse d’autant plus grande qu’elle met fin à la malédiction de son coach Kirby Smart face à Alabama, lui qui s’était toujours incliné face au programme où il fut assistant de Nick Saban depuis sa prise de fonction en 2016.

Dans un match dominé par les défenses, Georgia a réussi à déjouer les pronostics en allant chercher un titre national qui fuyait le programme d’Athens depuis 41 ans. Champion national dans le sillage des MVPs offensif et défensif de ce match, QB Stetson Bennett et DB Lewis Cine, les Bulldogs prennent également leur revanche sur la finale de conférence SEC où ils s’étaient inclinés face à Alabama il y a quelques semaines. Une double belle histoire qui trouve parfaitement sa place dans les livres d’histoire du football universitaire.

Crédit image en une : Joe Robbins/Icon Sportswire/AP

Dernières publications

En haut