Ligue des Champions

Comment Gareth Bale est passé de héros à homme oublié ?

Gareth Bale

Le Real Madrid a remporté une finale de la Ligue des champions en battant Liverpool où l'ombre de Gareth Bale parcourait le Stade de France.

Gareth Bale, héros de deux buts lors de la finale de 2018, est devenu un homme oublié, n'ayant fait que sept apparitions au Real cette saison et n'ayant débuté qu'un seul match sous les couleurs du club depuis août.

Le manager Carlo Ancelotti a déclaré que Bale, 32 ans, était apte pour la finale après un problème de dos, mais il n'a joué que 22 minutes pour l'équipe depuis février. Il est donc logiquement pas rentré en jeu. Avec son contrat à Bernabeu qui expire le mois prochain, son séjour de neuf ans en Espagne se termine dans le plus grand calme, et il est juste de suggérer que son départ sera un grand soulagement pour toutes les parties.

Des débuts tonitruants 

Pour un joueur qui a marqué 106 buts et remporté 15 trophées en Espagne pour devenir le plus grand exportateur du football britannique, c'est une façon terriblement triste de finir – et d'autant plus dommage que tout avait si bien commencé. Lorsque Bale a été signé par le Real pour 100 millions d'euros en provenance de Tottenham en 2013, il est immédiatement devenu un élément clé d'une ligne d'attaque à couper le souffle aux côtés de Karim Benzema et Cristiano Ronaldo.

Bale a rapidement été adopté par les fans du Real, notamment lorsqu'il a conclu sa première saison en remportant la finale de la Copa del Rey contre le FC Barcelone grâce à un stupéfiant but en solitaire, puis en marquant en finale de la Ligue des champions contre l'Atletico Madrid pour aider le Real à sceller sa dixième couronne européenne tant attendue. Mais les premiers signes de difficultés ne tardent pas à arriver. Au début de l'année 2015, le Real a connu une mauvaise passe, notamment une raclée 4-0 contre l'Atletico et une défaite 4-3 en Ligue des champions contre Schalke.

Le rôle des médias dans la chute de Bale

Certains médias ont fait de Bale le bouc émissaire de ces mauvais résultats, l'accablant de critiques qui semblaient excessives et entretenant la théorie selon laquelle leurs attaques contre Bale étaient en réalité un moyen indirect de s'en prendre au président du Real, Florentino Perez – des théories qu'ils ont démenties.

Bale a semblé être piqué par la férocité des critiques, mais depuis son arrivée en Espagne, il a rarement communiqué avec les fans du Real ou les médias, n'accordant qu'une seule interview en espagnol, fortement mise en scène, et menant une vie très discrète.

Sa perception a rapidement été ternie par une série de blessures qui se sont souvent résorbées juste à temps pour qu'il puisse partir en sélection avec le Pays de Galles, ce qui a provoqué des accusations selon lesquelles la carrière en club de Bale n'était pas sa priorité.

Ces facteurs se sont combinés pour créer une spirale négative dans les relations entre Bale, les médias espagnol, une partie des fans du Real et même le club lui-même. Et comme Bale s'est généralement retiré tranquillement dans son petit cercle restreint plutôt que d'essayer de sauver sa réputation, cette situation de méfiance n'a jamais pu être évitée. La haine mutuelle entre Bale et les médias espagnols a atteint son point le plus bas en mars, lorsque le journal sportif Marca a décrit Bale comme un “parasite” après qu'il ait manqué le Clasico à domicile contre Barcelone, soi-disant à cause d'une blessure, mais qu'il soit rapidement parti en sélection pour débuter et marquer deux buts pour le Pays de Galles contre l'Autriche.

Bien qu'il ait l'habitude de ne pas répondre à de telles critiques, il s'est vengé à cette occasion, en tweetant son dégoût en qualifiant l'attaque de “journalisme calomnieux, désobligeant et spéculatif” et en concluant : “Nous savons tous qui est le véritable parasite !”.

Bale n'est certainement pas le principal responsable de l'instigation de la spirale de négativité. Le fait qu'il n'ait jamais été accusé de dissension dans les vestiaires, malgré ses problèmes bien documentés, montre qu'il n'était pas un fauteur de troubles, mais pas non plus un pacificateur, préférant rester à l'écart et seul. Cela signifie que les fans du Real se souviendront de lui avec respect pour le joueur qu'il était au départ, mais aussi avec mépris pour la présence désintéressée et périphérique qu'il est devenu par la suite.

Une fin dans l'anonymat le plus complet

En fin de compte, la fin malheureuse du séjour de Bale au Real Madrid rejaillit sur tout le monde : le club, qui aurait pu le soutenir bien mieux et l'a parfois laissé tomber ; les médias, qui ont souvent été excessifs dans leurs critiques ; les supporters, dont beaucoup ont trop facilement avalé les histoires négatives qu'on leur servait et ont trop vite oublié ses exploits. Et, il faut bien le dire, Bale lui-même, qui a eu du mal à s'engager car il a été dépeint en Espagne – à juste titre ou non – comme l'exemple ultime du footballeur mercenaire moderne, déconnecté de sa communauté et uniquement intéressé à toucher un salaire mirobolant.

Il existe une expression espagnole courante pour décrire un départ glorieux : “salir por la puerta grande” – sortir par l'entrée principale. Le latéral gauche brésilien Marcelo, par exemple, a reçu une ovation lors du dernier match de la saison de son équipe contre le Real Betis, vendredi. Bale, en revanche, n'a même pas été vu à l'intérieur du stade pour ce match et a récemment été décrit avec dédain par le journal sportif madrilène AS comme s'étant faufilé hors du club “par la chatière”.

Dernières publications

En haut