Coupe de France

Coupe de France : Andy Delort sort Montpellier (L1) du piège Canet-en-Roussillon (N2)

Après Marseille en seizièmes de finale de la Coupe de France, Canet-en-Roussillon n’aura pas réussi à éliminer le Montpellier Hérault SC, qui s’impose à Perpignan malgré une infériorité numérique (1-2). Il n’y aura donc qu’une seule équipe de National 2 dans le dernier carré, qui est le GFA Rumilly Vallières, après sa victoire un peu plus tôt face au Toulouse FC (2-0).

Les compositions alignées

On commence d’abord avec le onze aligné par Farid Fouzari pour le Canet-en-Roussillon FC : un seul changement par rapport au onze aligné face à l’Olympique de Marseille en 16es de finale de la Coupe, avec l’ailier Toufik Ouadoudi qui prend la place de Ludovic Gasparotto. Jérémy Posteraro et Yohan Bai, buteurs face à l’OM, sont présents dans le onze du tacticien canétois. Côté Montpellier, Michel Der Zakarian renouvelle sa confiance à Dimitry Bertaud dans les buts pour les échéances de Coupe de France. 5 changements sont à noter pour les Héraultais : sans Pedro Mendes, dont la saison est terminée, c’est Vitorino Hilton qui retrouve sa place de titulaire et son brassard de capitaine. C’est une composition quasi type de la part du MHSC, avec comme seule surprise la présence de Nicolas Cozza au poste de latéral gauche à la place de Mihailo Ristić.

CRFC : Ferry – Martin, Mbimba, Diarra, Ba (cap.) – Lybohy, Vercruysse, Posteraro – Bai, Pioton, Ouadoudi

MHSC : Bertaud – Sambia, Hilton (cap.), Congré, Cozza – Ferri, Mollet, Savanier – Laborde, Delort, Mavididi

 

Montpellier voit rouge…

Le début de rencontre à Perpignan est plutôt équilibré, aucune équipe ne prend l’ascendant sur son vis-à-vis. Le danger dans les surfaces adverses se fait d’abord sentir par des centres des deux côtés, mais aucun coéquipier n’est présent pour les reprendre. Canet-en-Roussillon se distingue dans ce match par sa volonté de construire le jeu à partir de sa défense, alors que Montpellier tente de déborder rapidement sur les ailes pour tenter de déstabiliser le bloc organisé des locaux.

L’ailier droit canétois a failli offrir une première occasion de but pour Yohan Bai mais sa course est licitement stoppée par Daniel Congré dans la surface de réparation (13e). Mais le jeu vertical de Canet-en-Roussillon paiera puisque Vitorino Hilton interrompt la course de Jean Vercruysse dans la surface de réparation, lui qui partait seul au but (23e). Mikaël Lesage est catégorique : pénalty et carton rouge contre le capitaine pailladin, qui laissera ses compères à 10 pour plus d’une heure. Le défenseur central brésilien est sanctionné du troisième carton rouge de sa saison, son pire bilan en carrière. On rappelle que la VAR est présente à partir des quarts de finale de la compétition. Le coup de pied est transformé par Toufik Ouadoudi grâce au poteau droit de Dimitry Bertaud, pris à contre-pied.

Un premier changement effectué par Michel Der Zakarian après le but : Mihailo Ristić entre sur la pelouse du stade Gilbert-Brutus à la place de Florent Mollet. Nicolas Cozza va donc compléter la charnière centrale avec Congré pour laisser le poste de latéral gauche à l’international serbe.

Malgré l’ouverture du score, le CRFC reste sérieux et ne connaît pas de moment de flottement : Ouadoudi va même avoir une opportunité de frappe, mais elle ne dérangera pas le gardien montpelliérain. Diminués, les hommes de MDZ tentent leur chance sur des tirs de loin, facilement interceptés par Maxime Ferry ou bloqués par la défense. Ils se débrouillent également pour construire quelques contre-attaques, mais les fautes offensives avortent leurs avancées. Jérémy Posteraro, Ouadoudi puis Martin se montreront dangereux dans les cinq dernières minutes de la rencontre, mais Bertaud sera attentif pour laisser un peu d’espoir aux siens. Téji Savanier répond aux Catalans dans la minute de temps additionnel par une frappe lointaine, mais le rebond ne trompe pas Ferry. Les Canétois rentrent au vestiaire en menant au score et sur le terrain, bien aidés par la supériorité numérique.

 

Mais Canet-en-Roussillon est surpris

Crédits : AFP

Pour le début du second acte, Montpellier est coupée en deux : son milieu de terrain n’arrive pas à réaliser des transitions dans l’entre-jeu, les poussant donc à user avec excès du jeu long. Canet-en-Roussillon réussit facilement à récupérer le ballon dans les duels aériens pour poser le jeu et canaliser les assauts orange. L’entrejeu montpelliérain tente des relances longues mais la charnière centrale reste solide sur le coup. Cependant, les coéquipiers d’Andy Delort sont un peu plus présents dans cette deuxième période, grâce à la qualité de pied de Jordan Ferri et Téji Savanier, qui réussissent à faire avancer le bloc montpelliérain. Plusieurs incursions dans la surface, mais le manque de précision dans le dernier geste permet aux Canétois de calmer le rythme effréné de ce premier quart d’heure.

À l’heure de jeu, Montpellier se procure un coup-franc près du rond central. Face à une défense canétoise endormie, Ferri profite d’un manque de vigilance pour jouer rapidement le coup-franc vers Delort, qui contrôle ce ballon avant de tromper (l’autre) Ferry pour remettre les deux équipes à égalité (60e). L’entraîneur du MHSC veut apporter plus de présence dans la surface adverse avec deux changements offensifs : les attaquants Petar Škuletić et Elye Wahi remplacent Mavididi et Laborde. Damien Le Tallec prend quant à lui la place au milieu de terrain de Ferri. Et le coaching se fait directement sentir, avec une belle occasion de Wahi dans la surface, mais sa tête passe bien loin des buts de Maxime Ferry. Ce même joueur est lancé quelques minutes plus tard derrière la défense, mais l’intervention défensive de Canet n’est pas sanctionné par Mikaël Lesage (64e). Škuletić va lui aussi apporter des frissons à l’arrière-garde adverse, mais Chris Lybohy est bien présent pour contrer sa tentative (66e).

Les joueurs de N2 sont plus agressifs, mais aussi plus en retard dans les duels. Plusieurs coups de pied arrêtés sont offerts aux Montpelliérains, mais sans danger pour le moment. Škuletić rejaillit dans la surface pour détourner la volée de Wahi (69e), sa tête trouve la transversale mais il se trouvait  au départ en position illicite selon l’arbitre de touche. C’est donc aux hommes de Farid Fouzari d’utiliser les longues passes pour prendre la défense pailladine de vitesse, mais leurs attaques rapides sont vite achevées par les bonnes interceptions adverses. Lybohy aurait même pu écoper d’un deuxième carton jaune après une intervention virulente sur Savanier, mais M. Lesage ne le sanctionne que d’un avertissement verbal, ce qui provoque la colère du banc de MDZ.

Canet se réveille à l’entrée des dix dernières minutes, avec une belle frappe placée de Quentin Martin vers le petit filet gauche de Bertaud (79e), mais le gardien formé au club sort une bonne parade. Mais le feu follet Wahi provoque la défense dans les 11 mètres et trouve la faute, pénalty logique sifflé par l’arbitre. Andy Delort prend à contre-pied parfait Maxime Ferry en plaçant son ballon dans le coin inférieur gauche, ça fait 2-1 en infériorité numérique pour le Montpellier Hérault.

Grâce à ce doublé, Andy Delort dépasse Olivier Giroud et devient seul le troisième meilleur buteur du MHSC du XXIe siècle (41 buts), juste derrière Victor-Hugo Montaño (2e, 54 buts) et Souleymane Camara (1er, 76 buts). Mais le CRFC va mettre le pied sur le ballon dans les derniers instants, tentant de trouver la faille et aller chercher la séance de pénaltys. Les changements tardifs de Farid Fouzari n’altéreront pas le sort de la rencontre. Mbimba va même se retrouver face à Bertaud mais le superbe retour de Cozza dans ses pieds.  Score final : 2 buts à 1 pour Montpellier à Gilbert-Brutus. Le MHSC aura su retourner la situation face à une très belle équipe de Canet, mais l’efficacité de Delort aura eu raison d’eux…

À 10 contre 11, le Montpellier HSC va chercher sa première demi-finale de Coupe de France depuis 1997 et devra attendre mercredi soir pour voir son adversaire dans le dernier carré. Demain soir, le Paris Saint-Germain accueille le SCO d’Angers (18h45) avant le choc de ces quarts de finale : l’AS Monaco se déplace au Groupama Stadium pour affronter l’Olympique Lyonnais (21h).

Crédits photo en une : AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire