On en parle aussi...

Coupe du Monde 2022 : Qu’attendre des pays africains lors du Mondial ?

Coupe du Monde

Les cinq équipes africaines qui participeront à la Coupe du monde ont annoncé leurs listes de 26 joueurs pour le Qatar, mais aucune d'entre elles n'a bénéficié d'un parcours sans heurts pour finaliser ses listes – et toutes ont des problèmes à résoudre avant l'ouverture du tournoi.

Voici les principaux points de discussion et les questions sans réponse des équipes africaines pour la Coupe du monde.

Sénégal : Comment vivre sans Sadio Mané pour la Coupe du Monde ?

Les préparatifs de la Coupe du monde 2022 des champions d'Afrique ont été bouleversés par la blessure au péroné de Sadio Mané. Peu d'équipes dans le tournoi sont aussi dépendantes d'un talisman et d'une source de buts que le Sénégal l'est de Mane, et son absence au Qatar doit inciter les Lions de la Teranga à recalibrer leurs attentes.

Mane a été initialement retenu dans la liste des 26 joueurs d'Aliou Cissé pour le tournoi, mais il a été confirmé par le médecin de l'équipe du Sénégal jeudi – après une nouvelle IRM – qu'il ne pourrait jouer aucun rôle dans le tournoi, et qu'il avait subi une opération.

Mané a marqué ou assisté cinq des neuf buts inscrits par le Sénégal lors de sa campagne victorieuse en Coupe d'Afrique des Nations plus tôt cette année, et Cissé doit rapidement trouver un remplaçant. Le Sénégal a des options – même s'il est le seul des cinq pays africains qualifiés à ne pas avoir prévu de match amical avant le tournoi – mais aucun joueur n'est susceptible de compenser la qualité perdue en l'absence de Mané.

En effet, personne ne peut reproduire le rôle spécifique de l'attaquant au sein de l'équipe, étant donné qu'il commence généralement sur la gauche et se déplace à l'intérieur pour influencer le jeu et percer les défenses adverses au milieu.

Une option pourrait être de faire passer l'ailier droit Ismaila Sarr à gauche – où il a régulièrement débuté pour Watford cette saison – et d'introduire Krepin Diatta ou Nicolas Jackson dans le onze de départ à droite. Ce dernier, qui n'a pas encore été sélectionné, est en train de faire une percée à Villarreal et pourrait être le principal bénéficiaire de la blessure de Mane.

Iliman Ndiaye, de Sheffield United, est un autre joueur qui pourrait jouer un rôle plus important dans l'équipe. Il a excellé dans le championnat anglais – marquant neuf buts – et pourrait être le plus à même de reproduire la ruse et la créativité de Mane dans le dernier tiers, même s'il est plus à l'aise en tant qu'attaquant central.

L'absence de Mané signifie que les précédents soucis de Cissé – le manque de temps de jeu d'Edouard Mendy, les difficultés de Kalidou Koulibaly en Premier League, l'inactivité de Nampalys Mendy – sont tous passés au second plan. Les deux défenseurs latéraux Saliou Ciss et Bouna Sarr, vainqueurs de la Coupe d'Afrique des Nations, ne figurent pas dans la liste des 26, en raison d'un manque de temps de jeu (Ciss n'a pas trouvé de nouveau club depuis l'été) et de blessures.

Fode Ballo-Toure de l'AC Milan et le revenant Youssouf Sabaly du Real Betis ont été sélectionnés à leur place ; ils sont plus jeunes que les joueurs qu'ils remplacent, et sont probablement des améliorations par rapport à leurs prédécesseurs. Abdou Diallo du RB Leipzig, titulaire en défense centrale aux côtés de Koulibaly, a fait le déplacement malgré une blessure et ne devrait pas manquer l'action. S'il est absent, Pape Abou Cissé le remplacera en défense.

Enfin, Cissé a fait le plein de milieux centraux, huit d'entre eux étant du voyage à Doha, mais il y a un manque évident de variété et de créativité.

Tunisie : Effacer le scandale de la liste de Kadri

Coupe du Monde

Les deux annonces de la sélection tunisienne – d'abord celle des 16 non-européens qui ont participé à un camp d'entraînement le 6 novembre, puis celle de la sélection finale de 26 joueurs – ont été particulièrement controversées par le public.

On peut peut-être comprendre la décision de Jalel Kadri de nommer quatre gardiens de but dans sa liste de 26 personnes, après tout, les Aigles de Carthage ont été contraints d'utiliser chacun de leurs trois stoppeurs à la Coupe du monde de 2018 en raison de blessures et de suspensions. Cependant, la décision de rappeler Aymen Mathlouthi, 38 ans, est vraiment surprenante. Le vétéran n'ayant pas joué pour la sélection nationale depuis mars 2019.

Ses jours avec la Tunisie semblaient être derrière lui, mais l'ancien capitaine revient aux dépens du très coté Mohamed Sedki Debchi, particulièrement populaire auprès des nombreux fans de l'Espérance. La décision de Khadri de prendre quatre gardiens est d'autant plus discutable qu'il a également choisi de se rendre au Qatar sans Saifeddine Khaoui, l'un des rares joueurs tunisiens à évoluer dans l'un des principaux championnats européens.

Bien qu'il ait été l'auteur de quatre buts pour Clermont en Ligue 1 depuis le début de la saison, il est le plus grand absent de la journée, Saad Bguir étant l'autre surprenant absent de la liste des 26.

Le milieu de terrain basé en Arabie saoudite avait été initialement nommé dans la liste des 16 joueurs non européens et s'est entraîné avec l'équipe nationale lors de son stage de préparation à la Coupe du monde la semaine dernière, avant d'être informé dimanche matin qu'il n'accompagnerait pas l'équipe au Qatar.

Bguir, qui a également manqué Russie 2018, a été tellement dégoûté par la façon dont la Fédération a géré son omission qu'il a depuis juré de ne pas représenter l'équipe nationale tant que Wadie Jary restera en poste en tant que président de la FA.

L'ancien arrière de Southampton, Yan Valery, qui a quitté la France pour faire ses débuts avec la Tunisie lors du match amical contre le Brésil en septembre, n'a pas été retenu dans la liste finale. Kadri doit décider comment et quand utiliser au mieux le jeune prodige Hannibal Mejbri, dont la bonne forme avec Birmingham City arrive au bon moment pour les Aigles.

Maroc : une équipe presque au complet pour la Coupe du Monde 2022

La plupart des problèmes de blessures du Maroc ont été résolus avant l'annonce de la sélection, avec des joueurs comme Nayef Aguerd, Romain Saiss, Abde Ezzalzouli et Zakaria Aboukhlal qui ont tous été sélectionnés malgré leurs récents problèmes. Le toulousain Aboukhlal ne devrait pas participer au match d'ouverture des Lions de l'Atlas contre la Croatie après s'être blessé à la cuisse contre Rennes samedi, mais il reviendra dans la course après une absence de 10 jours à deux semaines.

L'un des joueurs qui n'a pas fait le déplacement à Doha est le meneur de jeu de l'Olympique de Marseille, Amine Harit, qui s'est gravement blessé au genou lors de la rencontre de dimanche contre Monaco et risque de rester sur la touche pendant une longue période. Le joueur de 25 ans était l'un des joueurs mis à l'écart par Vahid Halilhodzic, mais il a été rapidement rétabli par le nouvel entraîneur Walid Regragui et aurait pu être un atout pour les Lions au Qatar.

Les premières rumeurs laissaient entendre que le Maroc souhaitait recruter Brahim Diaz – qui a été sélectionné une fois par l'Espagne en 2021 – pour remplacer Harit, mais le joueur prêté par l'AC Milan a réitéré son désir de représenter la Roja. Anass Zaroury, de Burnley, a obtenu le poste et a rejoint l'équipe aux Émirats jeudi.

Munir El-Haddadi, dont le désir de changer de nationalité de l'Espagne aux Lions de l'Atlas afin de participer à la dernière Coupe du monde a finalement entraîné un changement de règlement de la FIFA, n'a pas été inclus dans le groupe, tandis que Ayoub El Kaabi et Ryan Mmaee sont également coupés malgré leurs buts en qualification.

Il reste donc Walid Cheddira, Abderrazak Hamdallah et Youssef En-Nesyri, qui n'a pas été retenu, pour se disputer le poste de titulaire. L'appendicite d'Anass Zniti a ouvert la porte à Ahmed Reda Tagnaouti pour revenir comme troisième gardien de but.

Cameroun : une équipe complète pour le Mondial 2022 au Qatar

Le plus grand choc parmi les cinq annonces de la sélection africaine a été la décision du Cameroun de supprimer l'expérimenté défenseur central Michael Ngadeu-Ngadjui à la veille de la Coupe du monde. Le joueur de 31 ans, en forme avec Gand, est un vétéran du succès de l'AFCON 2017 et a été un pilier de la ligne arrière.

Cependant, en raison de rumeurs de conflit avec Samuel Eto'o et/ou de différend avec son coéquipier Andre-Frank Zambo Anguissa, il n'a pas été retenu dans la liste des 26 joueurs de Rigobert Song pour le voyage au Qatar. Qu'il s'agisse d'une décision prise par l'entraîneur ou par le président de la fédération, elle a certainement affaibli le Cameroun sur le terrain, où Song doit maintenant décider si le vétéran Nicolas Nkoulou ou le jeune espoir Christopher Wooh doit prendre place dans une défense centrale problématique pour épauler Jean-Charles Castelletto.

Les deux ont leurs mérites, mais aucun n'est aussi imposant que Ngadeu. On a l'impression que cette Coupe du Monde arrive trop tard pour le talentueux Nkoulou, et trop tôt pour le prometteur Wooh, même si au moins l'un d'entre eux sera titulaire contre le Brésil le 2 décembre. L'autre décision que Song doit prendre avant le match d'ouverture du Cameroun contre la Suisse, jeudi, est de savoir comment incorporer Eric-Maxim Choupo Moting dans son onze de départ.

Le joueur de 33 ans aborde le tournoi dans la forme de sa carrière – il a participé à 12 buts lors de ses neuf derniers matches – et mérite certainement de jouer dès le début, mais Song va-t-il restructurer son équipe et laisser tomber l'un des trois milieux de terrain pour le vétéran, ou Choupo Moting commencera-t-il devant le lauréat du Soulier d'or de l'AFCON, Vincent Aboubakar ?

Bryan Mbeumo, nouveau venu dans l'équipe après avoir quitté la France, est une autre option offensive qui attend avec impatience de faire son entrée dans le onze de départ de Song.

Ghana : une préparation pour la Coupe du Monde marquée par les blessures

Perdre un gardien de but peut être considéré comme une négligence, mais en perdre deux… met probablement fin aux espoirs du Ghana d'atteindre les phases à élimination directe. Joe Wollacott et Richard Ofori n'ont pas été retenus dans la liste des 26 gardiens après s'être blessés la semaine dernière, laissant à Otto Addo la tâche peu enviable de choisir l'un des trois gardiens de réserve inexpérimentés pour combler le vide à quelques jours de la Coupe du monde.

On se doute que Lawrence Ati-Zigi et Abdul Nurudeen auront du temps de jeu pour faire valoir leurs droits lors de l'échauffement de jeudi contre la Suisse, mais tous deux seraient nettement inférieurs aux deux gardiens absents. Celui qui sera titularisé aura le privilège de devoir tenir en échec des joueurs comme Cristiano Ronaldo, Luis Suarez et Son Heung-min.

Ailleurs, le Ghana dispose de nombreuses options, à tel point que le polyvalent Jeffrey Schlupp, le très en forme Joseph Paintsil et les expérimentés Jonathan Mensah et Wakaso Mubarak ont été complètement oubliés par Addo. La perte du milieu de terrain défensif Iddrisu Baba, blessé, est préjudiciable, et en l'absence d'un remplaçant de choix, l'entraîneur principal pourrait être avisé d'introduire quelque chose d'un peu différent avec le milieu de terrain non qualifié du Racing Club de Lens, Salis Abdul Samed.

Il a commis en moyenne plus de fautes par match que n'importe quel autre joueur de Ligue 1 depuis le début de la saison, mais son aisance dans la possession du ballon peut apporter de la stabilité au milieu de terrain ghanéen. Elisha Owusu est un autre partenaire possible de Thomas Partey dans l'axe du terrain.


Dernières publications

En haut