Coupe du monde

Coupe du Monde 2022 : Zero pointé pour l’Afrique après la première journée

Cameroun - Brésil

Les cinq représentants de l'Afrique à la Coupe du Monde de la FIFA ont connu un démarrage compliqué au Qatar, mais tout n'a pas été mauvais pour eux.

L'Afrique va t-elle vivre une nouvelle désillusion lors de la Coupe du Monde 2022 ?

Le bilan collectif de l'Afrique au Qatar se lit comme suit : cinq matches joués, zéro victoire, deux nuls, trois défaites. Certains experts se demandent si le continent n'est pas prêt à essuyer un autre blanc au premier tour, une répétition indésirable de Russie 2018.

Un examen plus approfondi de l'état du jeu suggère que les choses ne sont pas si sombres, cependant. Deux points sur 15 possibles, c'est loin d'être un bilan complet des performances des équipes, ni de leurs perspectives de progression, et il y a encore des raisons d'être optimiste.

Le Sénégal a peut-être été battu par les Pays-Bas, mais ses prochains adversaires – le Qatar (classé 51 par la FIFA) et l'Équateur (46) – sont deux des sept équipes les moins bien classées du tournoi. Même sans Sadio Mane, les Lions de la Teranga ont la qualité nécessaire pour prendre six points et aller loin dans la compétition.

Le Maroc et la Tunisie, quant à eux, ont obtenu de bons nuls contre des équipes classées respectivement n° 16 (Croatie) et n° 11 (Danemark) dans le monde, et le Ghana a largement tenu son rang face au Portugal, l'équipe la plus difficile de son groupe. Compte tenu du manque d'ambition dont ont fait preuve les deux prochains adversaires du Ghana, l'Uruguay et la Corée du Sud, lors de leur rencontre précédente, les Black Stars peuvent être encouragés à se frayer un chemin jusqu'aux huitièmes de finale.

Le Cameroun est dans une situation plus difficile après sa défaite contre la Suisse, d'autant plus qu'il doit encore affronter le Brésil. Les Lions indomptables devront probablement obtenir un résultat contre la Selecao ou compter sur la différence de buts pour avoir une chance de progresser. Même s'ils battent la Serbie et font match nul avec le Brésil – ce qui serait un énorme dépassement – ils ne seraient toujours pas assurés de se qualifier.

Mendy doit chasser le blues de Chelsea

Le Sénégalais Edouard Mendy a été désigné meilleur gardien de la planète lors de la remise des prix “The Best” de la FIFA il y a un an, mais il a été le plus mauvais élève de l'Afrique lors du premier tour de la compétition au Qatar. Mendy n'a pas joué pendant deux mois en Premier League avant la Coupe du monde, après avoir été écarté par Graham Potter, l'entraîneur de Chelsea, en raison de sa forme irrégulière, et il n'a repris l'action que lorsque Kepa Arrizabalaga s'est blessé.

Les espoirs sénégalais de le voir mettre un terme à sa mauvaise forme à Chelsea ont été anéantis lorsque son erreur a permis à Cody Gakpo d'ouvrir le score et de faire basculer un match serré en faveur des Pays-Bas lundi.

Il y avait eu des signes avant-coureurs plus tôt, lorsque Mendy s'est éloigné de sa ligne et a traversé une mêlée de joueurs pour repousser un centre néerlandais ; c'était un geste inutilement risqué, et, bien qu'il s'en soit tiré, la décision a illustré un mauvais jugement qui allait le laisser tomber par la suite.

Le sélectionneur sénégalais Aliou Cissé et son équipe doivent réussir là où Chelsea a échoué : identifier le problème – qu'il s'agisse de la confiance de Mendy, de sa vivacité, de sa prise de décision ou d'autre chose – et remettre le gardien sur les rails pour qu'il devienne l'un des meilleurs au monde si les champions de la Coupe d'Afrique des Nations veulent réaliser un grand tournoi.

Les équipes nord-africaines ont un avantage décisif

Le Maroc et la Tunisie ont bénéficié d'un soutien extraordinaire avant, pendant et après leurs premiers matches. La combinaison des supporters itinérants et des expatriés au Qatar a créé une atmosphère partisane. Pour les deux pays, mais surtout pour la Tunisie, qui dispose d'une importante diaspora au Qatar, la ferveur des gradins a sûrement donné un élan et une motivation supplémentaires aux équipes, notamment lorsque leurs défenses étaient sous pression.

Le lien fort entre les joueurs marocains et leurs supporters était évident lors de l'interprétation puissante de l'hymne chérifien du pays avant leur entrée en lice, tandis que les joueurs tunisiens se nourrissaient visiblement de l'énergie fournie par leurs supporters en délire lorsque le Danemark était neutralisé.

“Ils nous ont remonté le moral”, a déclaré Jalel Kadri, l'entraîneur de la Tunisie, lors de sa conférence de presse d'après-match. “Mentalement, cela nous donne un grand élan et nous a vraiment aidés, mais tactiquement et physiquement, nous avons aussi très bien joué.”

La célébration frénétique d'Aissa Laidouni après un tacle violent sur Christian Eriksen a donné le ton, mettant le public en ébullition. Les équipes qui affronteront les Aigles de Carthage savent qu'elles devront faire face à une atmosphère hostile lors des prochains matches.

Breel Embolo montre au Cameroun ce qui lui manque en Coupe du Monde

24/11/22 - 11:00

Terminé

1

-

0

Suisse - Cameroun

Coupe du Monde 2022

La France et l'Allemagne bénéficient toutes deux des services de joueurs éligibles pour le Cameroun lors de cette Coupe du monde, avec des joueurs comme Aurélien Tchouameni, William Saliba et Youssoufa Moukoko, tous des stars potentielles. Cependant, c'est l'attaquant Breel Embolo, né à Yaoundé, qui a volé la vedette jeudi — en marquant pour la Suisse contre le Cameroun.

L'attaquant a choisi de ne pas fêter son but en première intention, qui a permis à la Suisse de s'imposer face à son pays natal, mais sa vivacité devant le but a offert un contraste saisissant avec la prodigalité des Lions indomptables.

Le meilleur buteur de la Coupe d'Afrique des Nations, Vincent Aboubakar, ayant été relégué sur le banc, Bryan Mbeumo, Eric Maxim Choupo-Moting et Karl Toko Ekambi – tous nés en Europe – ont été vifs mais n'ont pas trouvé l'ouverture, tandis qu'Embolo n'a eu besoin que d'une seule frappe pour assurer les trois points aux Européens.

“Le football écrit de telles histoires”, a déclaré l'entraîneur principal de la Suisse, Murat Yakin, après le match. “J'ai dit à Breel que le Cameroun est votre ami mais qu'il est aussi votre adversaire. Je suis satisfait de sa performance.”

Une décision clé contre le Ghana, et ce n'est pas la première fois.

24/11/22 - 17:00

Terminé

3

-

2

Portugal - Ghana

Coupe du Monde 2022

Les Black Stars n'ont jamais eu de répit lors d'un tournoi majeur. Une nouvelle décision clé a joué contre eux sur la plus grande scène. Les géants ouest-africains se souviennent encore de l'intervention illégale de Luis Suarez lors de la Coupe du monde 2010, lorsqu'il a détourné sur la ligne la tête de Dominic Adiyiah, empêchant ainsi les Black Stars de se qualifier pour les demi-finales.

L'Uruguay fera valoir que Suarez a pris la sanction dans le respect des règles – l'attaquant a reçu un carton rouge – mais les Ghanéens continuent de penser qu'ils ont été privés de leur place légitime dans le dernier carré.

Récemment, lors de la Coupe d'Afrique des Nations au Cameroun, les Black Stars ont été furieux lorsque le Gabon a continué à jouer alors que le Ghana avait un homme blessé et a inscrit un but égalisateur à la 88e minute qui s'est avéré coûteux pour le Ghana.

Jeudi, une fois de plus, une décision cruciale s'est retournée contre eux, et cette fois, il semble qu'ils aient raison. Le tacle de Mohammed Salisu sur Cristiano Ronaldo à la 64e minute, pour lui piquer le ballon, était une interception risquée, mais le défenseur central de Southampton semble l'avoir réalisé à la perfection.

Ronaldo a chuté sur la pelouse, ce qui a incité l'arbitre américano-marocain Ismail Elfath à désigner le point de penalty ; l'ancien attaquant de Manchester United a rapidement marqué le penalty avant de le célébrer joyeusement.

“La VAR devrait sortir l'arbitre des problèmes”, a déclaré l'ex-arbitre de la Premier League Mike Dean sur beIN Sports. “L'angle de derrière le but [montre] que le défenseur joue clairement le ballon, Ronaldo touche ensuite le dos du défenseur, se couche, provoque un contact. La VAR aurait dû s'en mêler et inviter l'arbitre à y jeter un autre coup d'œil. C'est effrayant.”


Dernières publications

En haut