Biathlon

Coupe du monde biathlon : chez les femmes, qui a gagné quoi ?

coupe du monde biathlon

La Coupe du monde de biathlon nous a livré son verdict dimanche dernier. Après cinq mois de compétition, les classements se sont enfin figés permettant la juste répartition des différents globes. Voici donc l'occasion de revenir sur les athlètes qui ont animé la saison avec leurs résultats. Aujourd'hui, c'est au tour des femmes de débuter. 

Eh bien non ! Marte Olsbu Roeiseland n'a pas fait de razzia sur l'exercice 2022. Pourtant, force est de constater que sa besace pèse très lourd au moment de faire les comptes. Cette année, viennent s'ajouter à ses médailles olympiques, plusieurs Globes et un bon nombre de trophées de victoires par étape. L'an passé, la Norvégienne n'avait rien ramené de tel à l'issue de sa saison. Elle s'était tout de même bien battue en terminant seconde au classement général, derrière sa compatriote Tiril Eckhoff. Mais en 2022, c'était la bonne. La biathlète de 31 ans a tout simplement survolé la compétition. Pour sa dixième saison en Coupe du monde, Marte s'est offert son premier gros Globe de cristal.

Une coupe qui récompense plusieurs années de travail. Car cette saison, le niveau de biathlète de Roeiseland était bel et bien à son paroxysme. Avec 91% de réussite sur le pas de tir ainsi que l'un des temps de ski le plus régulier et rapide, elle a maîtrisé son sujet de A à Z. Elle termine en comptabilisant 957 points au classement général. Le tout en s'étant octroyé une petite impasse juste avant de partir aux JO. Marte devance ainsi la jeune Suédoise Elvira Oeberg. Les deux se sont livrées une grosse bataille tout au long de l'hiver mais Elvira a craqué doucement à partir des JO. Dans ce classement, Anaïs Chevalier-Bouchet est la Française la mieux placée en ayant intégrée le top 5 sur la dernière étape à Oslo.

COUPE DU MONDE BIATHLON FEMMES CLASSEMENT GÉNÉRAL  :

  • 1ère : Marte Olsbu Roeiseland (957 points)
  • 2e : Elvira Oeberg (823 points)
  • 3e : Lisa Theresa Hauser (684 points)
  • 4e : Hanna Oeberg (661 points)
  • 5e : Anaïs Chevalier-Bouchet (642 points)

UNE DOMINATION EN SPRINT ET EN POURSUITE

Pour ceux qui ne suivent pas le biathlon, les épreuves de poursuite se déroulent ainsi : le temps établi, à l'image d'un contre-la-montre, lors du sprint détermine l'ordre de la poursuite ainsi que les intervalles à respecter entre le départ de deux biathlètes. Maintenant que vous savez cela, vous pouvez en déduire une chose. Si une athlète domine l'épreuve du sprint en mettant en moyenne 25 secondes à sa dauphine, elle a de grandes chances de triompher sur la poursuite du lendemain. C'est en tout cas ce qu'a fait Marte Olsbu Roeiseland sur cette saison 2022. Sur dix sprints, elle n'a fini que deux fois en dehors du top 3 (Otepää 10e / Kontiolahti 8e). Sur sept poursuites, elle en a remporté quatre ! Cette régularité dans ces exercices a été une des clés de son succès.

Car même quand elle ne gagne pas, elle arrive à faire une très belle place. Par exemple, sur les trois autres poursuites, elle a fait deux fois quatrième ainsi qu'une deuxième place. Roeiseland n'a donc laissé que les miettes dans ces catégories. La preuve en est lorsque l'on regarde les écarts qui la séparent des autres athlètes. Pour imager rapidement, elle possède 80 points d'avance sur sa dauphine Elvira Oeberg.

COUPE DU MONDE BIATHLON FEMMES CLASSEMENT SPRINT  :

  • 1ère : Marte Olsbu Roeiseland (412 points)
  • 2e : Elvira Oeberg (340 points)
  • 3e : Hanna Oeberg (306 points)
  • 4e : Lisa Theresa Hauser (300 points)
  • 5e : Anaïs Chevalier-Bouchet (289 points)

COUPE DU MONDE BIATHLON FEMMES CLASSEMENT POURSUITE  :

  • 1ère : Marte Olsbu Roeiseland (380 points)
  • 2e : Elvira Oeberg (300 points)
  • 3e : Hanna Oeberg (262 points)
  • 4e : Anaïs Chevalier-Bouchet (240 points)
  • 5e : Lisa Theresa Hauser (222 points)

L'INDIVIDUEL ET SON GLOBE COMPLIQUÉ À OBTENIR

Pour certains, mettre un Globe sur cette discipline est idiot, alors que pour d'autres, c'est sûrement le Globe le plus dur à remporter. Il y a deux raisons valables qui rendent ce trophée de l'individuel compliqué à décrocher. Premièrement, il y a l'aspect physique. Chez les femmes comme chez les hommes, c'est l'épreuve la plus longue à parcourir. Côté féminin, il s'agit d'une boucle de 3 km à répéter cinq fois. Sur les quatre premiers tours, un tir attend les biathlètes à chaque passage. On commence par un couché, puis un debout, et un dernier couché puis un dernier debout. Cela s'apparente alors à un gros contre-la-montre au cours duquel chaque erreur se paie cash. Une balle manquée équivaut à une minute de pénalité, là où sur les autres épreuves les athlètes exécutent des tours de pénalité d'une distance de 150 mètres.

L'effort sur les skis est donc très long et la moindre cible loupée peut vous faire perdre gros. Cependant, la deuxième raison qui rend cette discipline particulière est qu'il n'y a pas beaucoup de courses sur la saison. C'est-à-dire qu'il y a peu d'occasion de marquer des points pour s'octroyer un Globe. Cette année par exemple, si l'on met de côté l'individuel des JO, il n'y avait seulement que deux épreuves de l'individuel sur le calendrier. Il ne fallait donc pas se manquer afin d'avoir une chance de se mêler à la lutte. À ce jeu là, c'est la Tchèque Marketa Davidova qui a été la plus prolifique avec une victoire lors de l'épreuve d'ouverture à Ostersünd et une 6e place à Antholz. En Italie, c'était Justine Braisaz-Bouchet qui avait triomphé. Mais sa 38e place en Suède ne lui laissait pas entrevoir le Globe.

COUPE DU MONDE BIATHLON FEMMES CLASSEMENT INDIVIDUEL  :

  • 1ère : Marketa Davidova (98 points)
  • 2e : Lisa Theresa Hauser (86 points)
  • 3e : Dzinara Alimbekava (79 points)
  • 4e : Mona Brorsson (78 points)
  • 5e : Uliana Nigmatullina (71 points)

LE COUP DE POKER DE JUSTINE 

Les mass start sont souvent les courses qui réservent les plus beaux scénarios. Lors de celle des Jeux olympiques, la médaille de Justine Braisaz-Bouchet en a été une fois de plus la preuve. Après des premiers tirs compliqués, la Française avait sorti le 5/5 au meilleur des moments pour recoller avec Marte Olsbu Roeiseland. La suite appartient désormais à l'histoire lorsque Justine s'est en allée seule vers un sacre olympique. Hors JO, seulement quatre sont planifiées au calendrier de la Coupe du monde. La rareté joue également beaucoup au prestige de cette épreuve. Également car tout le monde ne peut pas y participer. Un week-end de mass start, pour prendre le départ vous avez deux solutions. Soit vous obtenez votre ticket car vous êtes dans le top 25 au classement général ou alors vous devez être dans les cinq biathlètes les plus performants de la semaine.

Vous l'avez compris, les 30 places sont chères. Ainsi, juste avant le début de l'ultime mass start de la saison, Justine est loin d'être la favorite pour remporter le Globe. On mise plutôt sur une bataille Dorothea Wierer contre Elvira Oeberg. Cela se confirme d'ailleurs sur les trois premiers tirs. Mais le dernier debout de la saison va tout changer. Tout le monde part à la faute devant la championne olympique alors que celle-ci réalise le 5/5. Avec le meilleur temps de ski du peloton, Braisaz-Bouchet ressort en tête et file tout droit vers un succès. Or elle est encore loin de remporter le Globe. Elvira est 4e et doit finir dans les quatre premières pour se l'assurer. Pourtant la Suédoise se fait sauter sur la ligne par sa compatriote Linn Persson. Justine Braisaz-Bouchet remporte ainsi son premier Globe !

COUPE DU MONDE BIATHLON FEMMES CLASSEMENT MASS START  :

  • 1ère : Justine Braisaz-Bouchet (162 points)
  • 2e : Elvira Oeberg (160 points)
  • 3e : Dorothea Wierer (152 points)
  • 4e : Marte Olsbu Roeiseland (134 points)
  • 5e : Ingrid Tandrevold (120 points)

Concernant le relais féminin, c'est la Suède des sœurs Oeberg qui a terminé en haut du classement. Derrière elle on retrouve la Norvège puis la France à qui ce titre tendait les bras avant leur disqualification sur le dernier relais de la saison. Sur le classement mixte, c'est ce coup-ci la Norvège qui est devant la Suède. La France, quant à elle, est une nouvelle fois troisième. 

Photo : Nordic Focus

Dernières publications

En haut