Biathlon

Le pari gagnant de Johannes Boe et Marte Roeiseland

Boe Roeiseland

Boe et Roeiseland avaient rapidement pris le pari de faire une impasse avant les Jeux. Johannes la faisait avec le groupe Norvégien , pendant que Marte s'éloignait de la Coupe du monde une semaine après. Pour le premier, en étant pas souvent aux avant-postes depuis le début de saison, on a vite compris que sa tête était à Pékin. Pour la seconde, elle n'a fait que continuer sur sa lancée. Tout en haut du classement général, Marte Olsbu a une nouvelle fois dégoûté ses adversaires. 

Trois médailles d'or et deux en bronze pour Marte, quatre en or et une en bronze pour Johannes. En commun, ils ont remporté l'épreuve du relais mixte en guise d'ouverture des JO de biathlon. Le décor était planté. Roeiseland a skié seule en tête comme à son habitude tandis que Johannes Boe a battu au sprint celui qui allait être son ennemi numéro 1 : Quentin Fillon Maillet. La collecte pouvait alors commencer.

On parle ici des performances individuelles, mais il faut souligner le travail accompli de la nation en général. En effet, la Norvège a brillé durant ces Jeux à travers ces deux athlètes. Pourtant, à en regarder les résultats en relais ainsi que d'autres biathlètes comme Tarjei ou Tiril, on se rend compte que c'est tout une équipe qui était au rendez-vous. Si la décision finale de prendre le pari d'une impasse revient aux sportifs, c'est bel et bien le staff technique qui joue le rôle du bookmaker. Ce sont eux qui proposent les programmes d'entraînement et accompagnent les champions dans leur préparation.

BOE À LA TRAÎNE, ROEISELAND À L'AVANT

Si l'on a souvent l'habitude de voir Boe en forme, c'est souvent de Johannes que l'on parle. Cependant, après sept étapes de Coupe du monde, c'est bel et bien Tarjei son frère qui est devant. Troisième avec 46 points d'avance sur son frère, il a été l'un des biathlètes les plus réguliers depuis le début de saison. Certes, il n'a pas gagné mais il se place souvent dans les 8 premiers décrochant par moment quelques podiums. Pour Johannes, le réveil s'est effectué en douceur. Avant son impasse, il n'avait que très peu brillé, du moins par rapport à ses standards. Hormis le sprint du Grand-Bornand où il a triomphé, le Norvégien peinait à trouver son rythme de croisière. Le stage en altitude est tombé au bon moment. Cela lui a permis de prendre du recul sur le gros Globe et de se préparer sur son objectif principal : les JO.

De son côté, Roeiseland  avait mis son alarme de bonne heure. Le premier weekend à Ostersünd a été poussif mais la suite est simplement incroyable. Quand on évoque le biathlon et la Norvège, on pense à l'excellence. Les fans de la discipline pourraient même chanter l'hymne du pays tellement ils ont l'habitude de voir les Norvégiens sur le podium. Eh bien Marte est là pour confirmer tout ce qui peut se dire sur les biathlètes scandinaves : ils sont très performants.

Pour montrer à quel point sa domination est indécente, il suffit de jeter un coup d'œil au classement général. Roeiseland devance tout le monde avec 62 points de plus que sa dauphine Alimbekava. 62 points de plus mais un weekend de course en moins. Elle était tellement en avance sur sa quête du gros Globe qu'elle s'est accordée une semaine loin de tout ça afin d'être prête pour les Jeux de Pékin. Enfin, pour ceux qui aiment les chiffres, Marte n'a été que quatre fois en dessous de la 4e place en 16 courses disputées cette saison (12e, 10e, 7e et 6e). Balèze.

ROEISELAND ET BOE À LA CONQUÊTE DE PÉKIN

La victoire au sprint face à France lors du relais mixte a clairement conditionné l'ambiance des épreuves de biathlon. Marte devra se battre avec des adversaires d'un niveau assez hétérogène par rapport au sien. Johannes, lui, devra se défaire de Fillon Maillet, le leader de la Coupe du monde. Le fait est que les deux ne vont pas se lâcher une seule seconde. Sur l'individuel, le Français a pris sa revanche sur le triple vainqueur du gros Globe. Mais comme tout grand champion, Johannes s'en sort tout de même avec une médaille, celle de bronze.

Sur le sprint, il reprend cependant l'ascendant en s'imposant devant Quentin avec une avance confortable en vue de la poursuite. Mais ses sept fautes au tir le privent d'un autre morceau de métal autour du cou. De quoi énerver la bête qui revient plus déterminé que jamais sur le relais masculin pour terminer sur la première marche du podium.. devant la France ! Pour conclure sa belle moisson, il termine en beauté avec l'or obtenue sur la mass-start.

Pour Marte, le bilan est un peu similaire. Elle finit également 3e de l'individuel avant de se reprendre sur le sprint. Cette fois-ci, elle surclasse ses pairs et confirme tout son travail lors de la poursuite. Personne ne pouvait la déloger et la Norvégienne s'offre un nouveau doublé sprint-poursuite cette saison. Pour terminer, elle décroche le bronze au terme d'une mass-start de folie.

VERS UNE FIN DE SAISON À SUSPENS ?

Pour Roeiseland, à part un coup de mou, on ne sait pas vraiment ce qui pourrait l'empêcher de remporter le général. Certes, l'écart est plus faible chez les femmes que chez les hommes. Mais Marte Olsbu semble injouable cette saison. À voir si Elvira Oeberg pourra renverser la vapeur sur les trois dernières épreuves qu'il reste au calendrier. Pour la Biélorusse, l'affaire paraît plus compliquée. En effet, Dzinara Alimbekava est passée à côté de ses olympiades. Elle avait l'air en difficulté que cela soit au tir ou sur les skis. Les autres filles paraissent ensuite hors de portée. Par exemple, 164 points séparent Roeiseland de Hauser 4e.

Au contraire, Johannes a devant lui un challenge bien relevé. S'il veut remporter son quatrième gros Globe, il devra quitter sa 5e place au général et rattraper les 196 points qui le séparent de Quentin Fillon Maillet. Cette fois l'affaire a tout l'air d'être impossible. Mais le Norvégien est revenu en forme depuis l'épreuve d'Antholz. À court terme, il peut déjà se fixer l'objectif de remonter à la 2e place. Actuellement occupée par un Emilien Jacquelin en difficulté, c'est un défi à sa portée.

Marte Olsbu Roeiseland et Johannes Boe ont donc réalisé des JO monstrueux. Avec 6 médailles d'or et 3 de bronze (le relais compte comme une), la collecte fut bonne. On peut rajouter à cela les deux médailles de Eckhoff, également les deux de Tarjei Boe ainsi que celle de bronze de Christiansen. On savait la Norvège conditionnée pour ces Jeux. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ont tenu leur rang de nation favorite en quittant Pékin comme étant la nation comptabilisant le plus de médailles.  

Photo : Nordic Focus


Theo Wargnier

Fan de Sport avec un grand S je prends du plaisir à écrire sur l'actualité sportive :) Je suis adepte du groundhopping et à la recherche de grosses ambiances. À noter que je supporte Nancy et Arsenal !

Dernières publications

En haut