Coupe du monde

Coupe du Monde : Mbappe et la France ont déjà rendez-vous en 2026 !

Après une Coupe du monde où tout s'est déroulé à peu près comme prévu jusqu'à la finale, les joueurs français ont vécu les plus grandes montagnes russes d'émotions dimanche contre l'Argentine et Lionel Messi. Menés 2-0 en première mi-temps, ils se sont relevés après que Kylian Mbappe ait égalisé en fin de match grâce à un doublé en deux minutes ; ils ont été battus par Messi en prolongation, mais se sont relevés lorsque Mbappé a égalisé une nouvelle fois à deux minutes de la fin. Et enfin, dans un océan de tristesse et de regrets après la séance de tirs au but, l'Argentine a soulevé le trophée.

Perdre une finale de Coupe du monde est toujours difficile. C'est encore plus cruel lorsque cela se produit aux tirs au but. La blessure est trop vive pour penser aux points positifs à retenir du tournoi, mais lorsqu'ils le feront, Didier Deschamps et ses joueurs se demanderont pourquoi les 60 premières minutes de la finale ont été un tel désastre et pourquoi les 50 suivantes ont été bien meilleures.

Un début de match qui plombe les Bleus

Une telle performance de la part des hommes de Deschamps ne s'était jamais produite auparavant dans ce tournoi ; c'était plutôt le contraire. À l'exception de la défaite 1-0 face à la Tunisie lors du dernier match de groupe, la France avait été posée, impitoyable et efficace tout au long du tournoi. Mais il semble que la pression de la finale, la présence du légendaire Messi contre eux et le soutien bruyant des supporters argentins aient fait perdre à l'équipe son mojo et oublier ce qui l'avait rendue si bonne au Qatar.

L'Argentine a réalisé une magnifique première mi-temps, marquant d'abord sur un penalty de Messi, puis à la suite d'une belle action terminée par Angel Di Maria, mais Deschamps devra déterminer ce qui est arrivé à son équipe. N'a-t-il pas été assez bien préparé ? S'est-il trompé dans sa tactique et a-t-il eu du mal à réagir après les premières difficultés de son équipe ? Le virus qui a frappé le camp français pendant la semaine a-t-il joué un rôle et affaibli les joueurs physiquement ?

Il y a beaucoup de questions auxquelles il faut répondre, mais une chose est sûre : depuis que Deschamps a pris le poste de l'équipe de France à l'été 2012, son équipe n'avait jamais été dominée de la sorte dans un tournoi majeur. Pas par l'Allemagne en 2014 (1-0, quart de finale de la Coupe du monde), pas par le Portugal en 2016 (1-0, finale de l'Euro 2016), pas par la Suisse en 2021 (3-3, défaite aux tirs au but en huitième de finale de l'Euro 2020). Il y a bien eu des défaites lors des campagnes de qualification ou de la Ligue des Nations, mais pas de la même manière que l'Argentine a contrôlé les choses en première mi-temps. Et certainement pas dans un match de ce calibre. La France a été négligente dans la possession du ballon, a été en retard sur chaque duel, a perdu un ballon sur deux et semblait dépourvue de toute combativité. Il fallait que quelque chose change.

Kolo Muani, Thuram et Mbappe : un trio pour l'avenir

Pour la première fois dans sa carrière d'entraîneur, Deschamps a remplacé deux joueurs après 40 minutes – en retirant l'ailier Ousmane Dembele, dont la faute avait donné un penalty à l'Argentine pour le premier but, et l'attaquant Olivier Giroud, qui n'a pas eu beaucoup de ballon avant de sortir et semblait frustré. Randal Kolo Muani et Marcus Thuram sont entrés en jeu et ont donné à la France une chance de se battre en seconde période, alors que le génie de Mbappé prenait le dessus.

Sans aucun tir jusqu'à la 70e minute et alors que le temps presse, le 4-2-4 que Deschamps a mis en place après que Kingsley Coman ait remplacé Antoine Griezmann pour prendre place sur l'aile droite – avec Mbappe et Kolo Muani au centre et Thuram à gauche – a bien fonctionné pour mettre l'Argentine sous pression.

Lorsque Kolo Muani s'est échappé et a obtenu un penalty à un peu plus de 10 minutes de la fin, transformé par Mbappe, la France a été relancée. Une minute plus tard, Thuram a fourni une passe lobée parfaite pour le deuxième but de Mbappe et le match était à égalité. Cela n'aurait pas dû prendre autant de temps, mais l'envie, la conviction, étaient de retour, et c'est ce que l'équipe doit retenir pour l'avenir. La France a fait preuve de beaucoup d'engagement après avoir été menée 2-0, elle n'a pas paniqué, et ce qui leur manquait dans leur impitoyabilité habituelle, ils l'ont compensé par leur courage.

La prolongation a vu un autre va-et-vient de buts entre Messi et Mbappé, mais la France aurait pu l'emporter dans les dernières secondes du match, le tir de Kolo Muani étant repoussé par le gardien argentin Emiliano Martinez.

Lors de la séance de tirs au but, Messi et Mbappe ont démarré le match avec leur classe habituelle avant que la pression ne soit trop forte pour Coman et Aurélien Tchouameni. Ils sont jeunes, ils apprendront. La jeune génération française tirera beaucoup de cette défaite, et l'avenir est prometteur tant que les leçons sont tirées. Ils seront tous plus forts dans 18 mois pour les Euros en Allemagne.

Peut-être que, parfois, le style minimaliste de Deschamps ne suffit pas. Avec les joueurs qu'il a à sa disposition, il peut faire plus. Peut-être qu'à l'avenir, Mbappé devrait jouer devant en tant que deuxième attaquant, là où il est le meilleur contre les meilleures équipes, plutôt que sur l'aile gauche. La France aurait pu gagner cette finale, mais sur le plan du jeu, elle méritait de la perdre. En abordant ce match avec beaucoup d'ambition et de confiance, ils ont semblé surpris par l'agressivité et la bonne organisation de l'Argentine. Pourtant, si l'on considère les joueurs absents pour cause de blessure (Paul Pogba, Karim Benzema, N'Golo Kante, Christopher Nkunku, Presnel Kimpembe et Lucas Hernandez), les problèmes de la fédération française avant le tournoi, ainsi que les maladies qui circulaient à l'hôtel, la Coupe du monde 2022 a été très positive pour la France.

Mardi, Mbappe aura 24 ans. Il n'a peut-être pas ajouté une nouvelle Coupe du monde à son palmarès, mais il continue de battre record sur record. Ses huit buts dans le tournoi sont l'un des plus élevés pour un lauréat du Soulier d'or, tandis qu'il est le seul joueur de l'histoire à avoir marqué quatre buts en finale de Coupe du monde et le deuxième à réaliser un triplé en une seule fois — après l'Anglais Sir Geoff Hurst en 1966. Mbappe a montré pourquoi il est le leader de cette équipe, et même si Messi a été la superstar qui a fini par s'imposer, l'avenir de la France est entre de bonnes mains.


Dernières publications

En haut