NBA

Donovan Mitchell aux Cavaliers : Cleveland candidat au titre ?

Donovan Mitchell Cleveland Cavaliers

Coup de tonnerre en NBA ! À quelques semaines de la reprise des entraînements, le Jazz d’Utah a envoyé son franchise player Donovan Mitchell chez les Cavaliers. Un échange qui propulse Cleveland parmi les prétendants au titre ?

Donovan Mitchell, attaquant élite

L’arrivée de Donovan Mitchell à Cleveland signe la fin de l’un des plus longs feuilletons de l’été. Annoncé transférable très tôt dans l’intersaison, Spida a longtemps été associé aux Knicks, mais atterrit donc finalement dans l’Ohio où il apportera tout son génie offensif à une franchise qui ne cesse de grandir.

Car oui, l’arrivée de Donovan Mitchell est un énorme plus pour l’attaque des Cavaliers. La saison dernière, Cleveland avait la 25e moyenne de points par match et dépendait énormément de la production de Darius Garland. Ce dernier était le seul à dépasser les 20 points par match et avait terminé 18e meilleur scoreur de la ligue. Le reste de l’équipe ? Pas plus de 16 points de moyenne, tout en sachant que deux des cinq plus gros contributeurs offensifs ont été inclus dans la transaction (voir plus bas).

À l’inverse, Mitchell est une véritable machine à marquer. 9e meilleur scoreur de la NBA en 2021/2022, il était le fer de lance du Jazz, une des meilleures attaques de la ligue. Son apport offensif devrait modifier le jeu des Cavs, mais aussi et surtout libérer des espaces pour son nouveau coéquipier sur le backcourt Darius Garland. En clair, cette arrivée du multiple All-Star est une aubaine pour l’attaque de sa nouvelle franchise.

Une contrepartie XXL

Aubaine, certes, mais aubaine qui a coûté cher aux Cavaliers. Pour attirer le joueur dans l’ancienne franchise de LeBron James, le GM Koby Altman n’a pas lésiné sur les moyens. Dans la transaction, Utah récupère le rookie Ochai Agbaji, Lauri Markkanen et Collin Sexton – via sign and trade, mais aussi trois premiers tours de draft non-protégés (2025, 2027, 2029) ainsi que la possibilité d’échanger leur premier tour en 2026 et 2028.

Côté joueurs, la perte la plus importante est sûrement celle de Lauri Markkanen. Pour son unique saison à Cleveland, le Finlandais, particulièrement en vue avec sa sélection, apportait beaucoup de spacing au jeu de son équipe. Sans être le meilleur joueur de l’équipe, son scoring et son adresse en faisait un élément important du jeu proposé par J.B. Bickerstaff. Pour le reste, les pertes sont plus hypothétiques. Plus en odeur de sainteté dans l’Ohio, Collin Sexton n’avait disputé qu’onze rencontres la saison passée, mais ses points en sortie de banc auraient pu être importants dans la second unit. Ochai Ogbaji n’a, lui, encore jamais foulé un parquet NBA, mais son fit dans le collectif de Cleveland était intéressant. Ce départ montre néanmoins que la direction croit en Isaac Okoro, qui va devoir progresser pour se montrer au niveau sur le poste 3.

Finalement, le plus gros risque pris par les Cavaliers reste sur les choix de draft lâchés dans la transaction. En effet, Cleveland a hypothéqué son avenir jusqu’en 2029 et n’aura donc aucune possibilité d’apporter du sang neuf au cas où l’échange ne porte pas ses fruits. Un risque pris en connaissance de cause par la direction, mais qui interroge forcément autour d’une franchise qui pourrait avoir grillé les étapes.

Le Jazz en pleine reconstruction

Si Cleveland a lâché beaucoup d’assets pour attirer Donovan Mitchell et changer de dimension, cet échange plonge définitivement le Jazz dans une reconstruction. Quelques semaines après s’être séparé de Rudy Gobert, Utah a donc laissé filer son autre franchise player et devrait retomber dans le bas du classement dès cette année. Avec Jordan Clarkson comme principale option, la franchise de Salt Lake City voit désormais sur le long terme, après avoir récupéré neuf joueurs, sept premiers tours de draft et trois picks swaps en échange de ses superstars.

Cleveland nouvel épouvantail à l’Est ?

Au final, à l’heure de tirer des conclusions très hâtives sur les conséquences de cet échange pour les Cavaliers, quel bilan dresser pour Cleveland ? Un bilan qui semble tout de même positif. Si la franchise de l’Ohio a perdu quelques membres de sa rotation et hypothéquer une partie de son futur, l’opportunité de récupérer un All-Star confirmé et attaquant hors-pair était trop belle pour la laisser passer. Avec Donovan Mitchell dans ses rangs, Cleveland possède désormais trois All-Stars (Allen, Garland, Mitchell) et un futur (?) All-Star (Mobley) dans son cinq majeur. Impressionnant pour une franchise qui était encore la tête sous l’eau il y a peu.

De plus, cette arrivée place définitivement les Cavs parmi les têtes d’affiche de la Conférence Est. Déjà intrigante l’an dernier, même si elle avait manqué de justesse les playoffs, cette franchise a un potentiel énorme qui la place haut de ce côté du pays. Certes, la défense et l’équilibre de l’équipe posent question, mais la franchise n’a jamais semblé aussi forte au XXIe siècle dans une période où LeBron James ne faisait pas partie de l’effectif. Cleveland a peut-être vu trop gros trop vite, mais seul le temps montrera si Koby Altman a eu raison de monter cet échange qui, sur le papier, fait des Cavaliers l’une des franchises les plus hypes pour la saison 2022/2023.


Louis Rousseau

Les mots "Minnesota Miracle" et "No-Call" sont rayés de mon vocabulaire. Mon cœur pleure la retraite de Drew Brees et la solitude de RJ Barrett au Madison Square Garden.

Dernières publications

En haut