Echange Ferrari – Sauber !

Ce matin, plusieurs annonces, notamment sur les comptes twitter de Sauber et de Ferrari ont été réalisées. Et ce qui était dans l’air du temps depuis un petit moment maintenant s’est confirmé : l’échange de pilotes entre Ferrari et Sauber a été officialisé. Charles Leclerc, grand espoir de la Formule 1, rejoint une des équipes les plus performantes du plateau. Räikkönen quant à lui fait le chemin inverse, et se retrouve au sein de l’écurie suisse.

Kimi Räikkönen descend …

Tout s’est enchainé très vite aujourd’hui. D’abord, Ferrari a annoncé que Räikkönen quitterait l’écurie au « cavallino rampante » à la fin de la saison 2018.

 

 

Le pilote finlandais, qui a gagné son seul titre de champion du monde chez Ferrari, connaît par coeur cette équipe. Il y a couru de 2007 à 2009, puis de 2014 à aujourd’hui. Il retrouvera donc l’année prochaine, et ce pour deux ans, la structure l’ayant accueilli à ses débuts en Formule 1, en 2001. Il y aura une place de pilote numéro 1 à n’en pas douter, et un atout majeur au vu de son expérience.

Et Charles Leclerc monte.

Après l’annonce réalisée par Sauber quant à la venue de Kimi, c’est Ferrari qui à son tour annonça la venue de Charles Leclerc. Le pilote monégasque, qui n’a qu’une saison de F1 au compteur, a déjà fait forte impression au volant de sa modeste (quoique performante parfois) Sauber. Il a déjà collectionné les places d’honneur, et a dominé son coéquipier tout au long de la saison. Il se retrouvera l’année prochaine au sein d’une écurie bien plus performante. À lui désormais de confirmer tout le potentiel que l’on a pu observer durant cette saison.

 

 

Quoiqu’il en soit, on savait déjà depuis un petit moment que cela sentait la fin de règne pour Kimi. Il a cependant la chance de pouvoir rester en F1 au moins deux ans de plus. Pour Leclerc, c’est une occasion en or de briller sur les circuits encore plus que maintenant. Cette chance n’arrive que très peu en Formule 1, alors à lui d’en prendre pleinement la mesure.

A propos de l'auteur

Si un jour on m'avait dit que je deviendrais journaliste F1 ... Fan d'athlètes espagnols en tout genre, mais surtout d'un en particulier. Considéré comme un footix par mes pairs, je supporte fièrement l'Olympique Lyonnais. Considéré comme un basketix par mes pairs, je supporte fièrement GSW.

Commentaires

Poster un commentaire

ut elit. dictum Sed Donec risus tristique ipsum mi,