Euro

Euro 2022 Féminin : Les enjeux de la phase de groupes

Euro 2022

L'Euro 2022 Féminin débute à Old Trafford le 6 juillet avec plus de prétendants au titre que jamais et des records d'affluence qui devraient être battus. Découvrez notre guide du premier tour du tournoi.

Les favorites se bousculent pour l'Euro 2022

C'est le septième EURO féminin avec une phase de groupes finale, introduite en 1997, mais le premier où l'Allemagne ne commence pas en tant que championne en titre, son règne de 22 ans ayant pris fin en 2017 par le Danemark en quarts de finale. Alors que l'Allemagne partait invariablement favorite lors des phases finales précédentes, cette fois-ci, tout est plutôt ouvert lors de l'Euro 2022.

Les Pays-Bas sont les actuels détenteurs du titre et, bien que leur victoire légèrement inattendue de 2017 ait eu lieu à domicile, ils ont montré que ce n'était pas un coup de chance en se rendant en France deux ans plus tard et en atteignant la finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA. Cette fois encore, les hôtes, l'Angleterre, ont été demi-finalistes aux Pays-Bas et lors des deux dernières Coupes du monde, et sont aujourd'hui dirigées par l'entraîneur qui a mené le triomphe néerlandais à domicile, Sarina Wiegman.

L'Allemagne, quant à elle, a bien l'intention de mettre fin à son absence de titre, qui a commencé lorsque le Canada lui a succédé comme championne olympique en août. Elle possède une nouvelle génération de talents, dont Lea Schüller et Giulia Gwinn, qui viennent compléter les stars établies. On pourrait dire la même chose de la France qui ambitionne de dépasser enfin les quarts de finale lors de l'Euro 2022.

Mais les plus grands défis viennent peut-être d'une autre direction. Si la force de la France ces dernières années reposait sur la combinaison d'un afflux de jeunes triomphateurs et d'un noyau issu du club le plus fort d'Europe, Lyon, il en va de même pour l'Espagne, soulignée par le succès récent du FC Barcelone. Si ni la France ni l'Espagne n'ont vraiment montré leur meilleur visage lors des grands tournois, la Suède l'a fait, remportant la médaille de bronze de la Coupe du monde 2019 et la médaille d'argent des Jeux olympiques de 2021.

Étant donné que l'Angleterre affronte la Norvège, que les Pays-Bas rencontrent la Suède et que l'Allemagne affronte l'Espagne et le Danemark lors de la phase de groupes, plusieurs indices sur le futur champion auront été révélés lorsque les groupes se termineront le 18 juillet, 13 jours avant la finale à Wembley de l'Euro 2022.

Une série d'outsiders 

Bien sûr, ni les Pays-Bas ni le Danemark ne figuraient en tête de la plupart des listes de pré-tournoi en 2017, bien qu'ils aient été respectivement les hôtes et les demi-finalistes de 2013, battus aux tirs au but, et pourtant ce sont eux qui ont participé à la finale d'Enschede.

Parmi ceux qui n'ont pas été mentionnés ci-dessus, l'Italie, qui n'avait jamais manqué d'être parmi les huit derniers avant son élimination en phase de groupes en 2017, dont les récents résultats suggèrent que la nation qui a été deux fois vice-championne du monde dans les années 1990 pourrait encore rêver de retrouver ces sommets. Ils sont dans le groupe D avec la France et, en fait, les deux autres équipes de cette section, la Belgique et l'Islande, ont beaucoup de capacités à faire valoir.

L'Autriche, demi-finaliste surprise à ses débuts en 2017, est loin d'être une équipe facile à battre, comme elle l'a montré lors de la dernière phase finale et en octobre 2020 lorsqu'elle a mis fin à la longue série de victoires consécutives de la France dans les qualifications. Ils affronteront l'Angleterre lors du premier match à Old Trafford et ne rendront pas la tâche facile à la Norvège dans un groupe qui contient également les seuls finalistes débutants de cette édition, l'Irlande du Nord, qualifiée à la surprise générale.

Mais n'oubliez pas la Finlande, qui a manqué l'édition 2017 mais qui est de retour sous la houlette de l'expérimentée Anna Signeul. Ils ont déjoué les pronostics la dernière fois que la finale s'est déroulée en Angleterre, en atteignant les demi-finales de 2005 en tant que nouveaux venus. Dans le groupe B, l'Espagne, le Danemark et l'Allemagne prendront leurs adversaires de Milton Keynes très au sérieux.

Des rivalités toujours présentes 

Parmi les 24 rencontres de groupes de l'Euro 2022, les échos des rencontres épiques passées sont nombreux. Les plus évidents sont les rematchs de deux des quarts de finale de 2017 : Allemagne – Danemark et Pays-Bas – Suède. La défaite 2-1 contre le Danemark, lors d'un match à Rotterdam reporté d'un jour en raison de pluies torrentielles, a mis fin aux 22 ans de règne de l'Allemagne. La rencontre du 8 juillet à Brentford sera un moment clé pour savoir si l'équipe d'Allemagne en pleine évolution est en mesure de reconquérir le titre.

Lieke Martens et Vivianne Miedema ont été les buteuses lorsque les Pays-Bas ont battu la Suède 2-0 à Doetinchem, une semaine avant d'être couronnés championnes pour la première fois. Deux ans plus tard, les Néerlandaises se sont débarrassées de la Suède en prolongation pour atteindre la finale de la Coupe du monde, mais le parcours de l'équipe de Peter Gerhardsson jusqu'au bronze olympique de 2021 montre qu'il ne serait pas surprenant que la chance s'inverse pour les tenantes du titre à Bramall Lane le 9 juillet.

Dans le Groupe D, la France affronte l'Islande pour la troisième fois lors des quatre dernières phases de groupes, après s'être imposée de justesse aux tirs au but les fois précédentes, en 2009 et 2017. Dans le Groupe A, il n'y aura pas beaucoup d'inconnus : L'Angleterre a éliminé la Norvège lors des deux dernières Coupes du monde et se trouve dans le même groupe que l'Autriche et l'Irlande du Nord pour la qualification au tournoi mondial de 2023. La Norvège a battu l'Irlande du Nord 6-0 à deux reprises lors des qualifications pour cette édition, mais l'équipe de Kenny Shiels a ensuite entamé un incroyable parcours qui lui a valu une revanche le 7 juillet à Southampton.

Quelles sont les stars qui vont briller à l'Euro 2022 ?

Les tournois sont axés sur la réussite des équipes, bien sûr, mais ce sont les individus qui font tout autant la une des journaux. Lieke Martens a été élue joueuse du tournoi en 2017, mais ses collègues néerlandaises Vivianne Miedema et Daniëlle van de Donk, entre autres, étaient également de solides candidates. L'Anglaise Jodie Taylor a rejoint le tableau d'honneur des meilleures buteuses, après Lotta Schelin, Inka Grings et Pia Sundhage.

La clé du succès de Taylor a été un triplé contre l'Écosse et la gagnante éventuelle pourrait se révéler au cours de la phase de groupe. La Belge Tine De Caigny, qui a marqué 12 buts, a mené la danse lors des qualifications, mais plusieurs de ses poursuivantes sont probablement les favorites pour mener la danse lors de la phase finale : La Norvégienne Caroline Graham Hansen, l'Espagnole Jenni Hermoso, la Danoise Pernille Harder, la Française Marie-Antoinette Katoto et bien sûr Miedema. L'Anglaise Ellen White pourrait également tenter d'imiter Taylor.

L'une ou l'autre d'entre elles pourrait également être élue meilleure joueuse du tournoi de l'Euro 2022, mais les regards se tourneront tout autant vers Alexia Putellas, Lucy Bronze, Stina Blackstenius ou l'une des stars néerlandaises de 2017. Et tout comme à l'époque, une joueuse comme Martens pourrait choisir ce moment pour se pousser à l'avant, peut-être un talent émergent comme l'Allemande Lena Oberdorf. La constellation est bien remplie pour l'Euro 2022.

Des records de fréquentation

La finale de 2005 s'est également déroulée en Angleterre et a débuté avec une foule record de 29 092 personnes. Ce chiffre n'a été dépassé qu'une seule fois depuis, lors de la finale de 2013, lorsque 41 301 personnes ont vu l'Allemagne battre la Norvège à Solna. Ces records devraient tomber une première fois lorsque l'Angleterre débutera le tournoi à Old Trafford le 6 juillet, puis une seconde fois pour la finale à Wembley 25 jours plus tard.

Entre-temps, les huit autres stades devraient également être pleins : un an avant le tournoi, plus de 140 000 des plus de 700 000 billets disponibles avaient été pris à l'avance, avant même que la liste des matches ne soit connue. Le record actuel de 247 041 personnes ayant assisté à la phase finale de 2017 aux Pays-Bas et la moyenne record de 8 676 personnes quatre ans plus tôt en Suède devraient être largement dépassés.

Dernières publications

En haut