Auto/Moto

F1 : À l’intérieur du dernier Grand Prix de France

Souvent critiqué pour une organisation compliquée, le Grand Prix de France s’est bien rattrapé cette année au Castellet. Au sein du circuit, l’ambiance était chaude mais pas seulement à cause du soleil, course, activité, restauration, WeSport vous raconte l’intérieur du dernier Grand Prix de France.

L’incompréhension. C’est le sentiment qui règne lorsque sur le grand écran, la Ferrari numéro est planté dans les barrières au virage du pont. Charles Leclerc offre sur un plateau la 27e victoire en carrière de Max Verstappen. Le Néerlandais compte désormais 63 points d’avance au championnat alors que la Formule 1 a dépassé le cap de la mi-saison. Retour sur un week-end qui risque de marquer les esprits non seulement pour les pilotes mais aussi pour les fans présents sur place.

Une Fan zone chaude comme la braise

Le soleil n’était pas le seul facteur pour chauffer l’ambiance ce week-end du côté du Castellet. Les pilotes ont reçu un accueil triomphal à leur arrivée sûr à la Fan zone. En tête de proue, les pilotes Ferrari et notamment Charles Leclerc extrêmement populaire. Lewis Hamilton a également reçu un soutien indéfectible de la part de la foule, tout comme Max Verstappen. L’arrivée des pilotes français a par ailleurs permis à la foule de montrer leur attachement à Esteban Ocon et Pierre Gasly. Les pilotes Alpine arrivés en fin de matinée ont profité du soutien indéfectible des fans. La Marseillaise entonnée pour Alpine fut un grand moment de communion entre les fans et l’écurie française. Samedi après-midi, après la séance de qualification, c’est au tour de Pierre Gasly et Yuki Tsunoda de venir gouter à la foule. Malgré une élimination en Q1, c’est le sourire aux lèvres que Pierre Gasly communie avec ses fans. Tous les pilotes l’ont dit, l’ambiance de week-end était folle, et sûrement la plus belle ambiance jamais vue au Castellet depuis son retour en 2018. La France a prouvé qu’elle aime le sport auto et la F1 et qu’elle mérite d’avoir son Grand Prix national.

Les animations, un bon moyen de passer le temps

Boutique, simulateur, pit stop, expérience 3d, stunt…. Et j’en passe. Ce week-end était comme tous les week-ends de Grand Prix une ode au sport automobile. Mais il est clair qu’entre les qualifications, les séances d’essais et les courses, il y avait plein d’activitées pour s’occuper. Simulation de pit-stop, 8 secondes pour ma part, on est très loin de finir mécano je vous rassure. Pas mal d’animation avec des concours de stunt, des courses de petites voitures télécommandées de 3 chevaux sur terres, la fan zone, les boutiques, bref de quoi garder des souvenirs en plus de ce qu’on voit sur le circuit.

Concours de Pit Stop

 

Les passerelles….

Ce week-end de Grand Prix n’a pas été parfait évidemment. Première chose, il ne peut pas être parfait si vous êtes fans de Ferrari. On en rajoute une couche, désolé. Mais surtout, il faut mentionner les passerelles avec de longues queues interminables au pic du soleil. Tout d’abord qu’est-ce qu’une passerelle ? Pour accéder à une certaine partie du circuit (chicane nord, Sainte Beaume en autre) il faut passer par une passerelle passant au-dessus du circuit. Problème il n’y a que deux passerelles dont une qui dessert les deux sens. Quand un événement rassemble près de 200 000 personnes sur un week-end vous imaginez bien que deux passerelles c’est peu. Résultat de longues minutes d’attente sous le soleil pour pouvoir accéder à sa tribune. C’est l’un des seuls bémols avec les longues queues interminables si vous avez soif pendant la journée.

En bref, ce week-end de Grand Prix a tout de même été bien géré par les organisateurs. L’ambiance était au rendez-vous et le fait de pouvoir observer la Porsche SuperCup, la W-Series, la F2 et la F1 ajoute un vrai plus à ce week-end déjà magnifique.

Dernières publications

En haut