Ça roule…

F1 – Bilan 2020 – Haas: de mal en pis

Jusqu’à fin janvier, avant d’embrayer sur une nouvelle saison de Formule 1, la rédaction Sports Mécaniques va tirer les conclusions de cette saison 2020 très palpitante. De Williams à Mercedes, plusieurs mondes d’écart existent, avec des ambitions totalement différentes. Il est temps pour chaque écurie d’être passée au crible, afin de voir ce qui a pêché, ce qui a été bien réalisé, ce qui aurait pu être mieux fait. Nous continuons aujourd’hui avec Haas, dont sa saison 2020 ressemble coup pour coup à ses deux saisons précédentes.

Haas: encore une saison compliquée (9e, 3 points)

Coup d’œil dans le rétro

La saison 2019 de Haas n’était pas très réjouissante. Avec des erreurs à la pelle, tant coté pilotes que coté pit wall. Mais le plus important était le scandale Rich Energy qui a plombé l’équipe au fur et à mesure de la saison. Le seul point positif était à mettre au crédit des deux pilotes. Kevin Magnussen et Romain Grosjean possèdent tous les deux de l’expérience en F1 et des qualités de pilotages indéniables, malgré quelques boulettes. Ils pouvaient par moment sublimer leur matériel pour aller chercher des gros points. Malheureusement, le matériel leur a fait tout au long de 2019 ce qui expliquait cette avant dernière place au classement. Et il faut l’avouer, les perspectives d’avenir ne s’annonçaient pas vraiment bonnes.

Résumé de la saison

Et pire encore, leur point fort de 2019 allait devenir le point faible de 2020. Si par le passé Haas s’appuyait sur le V6 hybride Ferrari, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pire encore, Haas prévient avant même le début de la saison que la voiture n’évoluera pas. Résultat: +0.6s d’écart entre 2019 et 2020 sur le temps réalisé en qualification sur le RedBull Ring, un tracé qui convient pourtant généralement bien à l’équipe. Que peut-on attendre de la saison de l’équipe Américaine? Ce sera donc très compliqué.

Elle se doit de réaliser des coups stratégiques pour réussir. Comme en Hongrie, où elle décide de faire stopper ses deux voitures à la fin du tour de formation, pour chausser des gommes pour le sec (alors que tous les autres s’élanceront en pneus intermédiaires). Un coup payant pour Haas, qui permet à l’équipe de rapporter un point pour Magnussen. Il faudra aussi tirer profit des aléas de la course, comme le fait Romain Grosjean au Nürburgring. Ce qui permet au Français d’empocher ses deux derniers points en F1.

9e avec 3 points, quand on compare Haas à Williams, on pourrait se dire que cela tient au hold-up de la saison. Très clairement si Williams est sur une pente ascendante depuis début 2019, Haas chute très lourdement. La faute à un problème de fond: ils ne construisent pas leur auto, donc ils ne la comprennent pas. Et ce mal se répète depuis 3 ans, sans que le board ouvre les yeux sur cette situation. Ce qui est peu réjouissant sur l’avenir.

Les pilotes

Romain Grosjean (19e avec 2 points)

Saison très compliqué pour le Français. même s’il finit devant son voisin de garage. Que peut-on vraiment retenir pour les deux pilotes en 2020? C’est très difficile de les juger, si on regarde les performances d’ensemble de l’équipe. Face à Magnussen le duel est assez équilibré: 7-7 en qualifications, autant de passage en Q2 pour chacun d’entre eux. Finalement le seul rayon de soleil pour Grosjean vient de sa performance en Allemagne. Il reste donc égal à lui même. Et si on parle de lui on ne peut occulter le fait qu’il reste un miraculé de la vie.

Romain Grosjean, miraculé, sorti de son épave au Gp de Barheïn – Crédit image: Eurosport.fr

Kevin Magnussen (20e avec 1 point)

A l’inverse, avec Magnussen, on restait sur des performances globalement bonnes en 2019 (malgré le matériel). Pourtant en 2020, on est loin de les avoir retrouver. Si le fait de faire jeu égal avec Grosjean en qualifications est déjà un premier signe, c’est surtout sa combativité en corse que l’on pointe du doigt. C’était le seul point où il dominait Grosjean par le passé, et en 2020 c’est son point noir. Peut-être sentait-il la fin de sa carrière en F1 arriver? Peut-être. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on le retrouvera en ISMA (le championnat d’endurance américaine) en 2021.

Pietro Fittipaldi (NC, 0 point)

Le seul à peut-être avoir pris du plaisir au volant de la VF-20. Il a réalisé ses deux piges certes en finissant dans les derniers, mais sans la moindre faute. Un bon point pour le petit fils du double champion Emerson Fittipaldi. Mais peut-être sans suite dans l’avenir.

Coup d’éclat / Coup de blues

  • Coup d’éclat: Le pari stratégique du tour de formation en Hongrie (on pourrait même ajouter la performance globale du dimanche hongrois).
  • Coup de blues: Forcément, l’accident de Grosjean à Sakhir, qui a laissé un froid dans le dos.

Le point statistique

  • 7-7 / 3-3: un duel en qualification plus que serré entre les deux pilotes. et même pour les passages en Q2.
  • 3: soit le plus faible total de points sur une saison pour l’écurie américaine.

Forcément, 2020 restera une année noire pour Haas, et surtout cela n’en donne pas plus pour l’avenir. Les départs de Romain Grosjean et de Kevin Magnussen vont laisser un grand vide sur l’apport technique. Mais à quoi bon servirait cet apport, quand on annonce déjà que la prochaine auto n’évoluera plus après le premier GP? Haas a donc décidé de tirer une page de son histoire, pour espérer voir des jours meilleurs… mais pas avant 2022.

Crédit image Une: F1-Fansite.com

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
vel, Sed accumsan in felis Praesent ut