Formule 1

F1 : Frédéric Vasseur donne la raison surprenante de la mauvaise performance de Ferrari en Chine

En Chine Ferrari a connu des difficultés tout au long du week-end. Les Rouges n'ont pas pu faire mieux que 4e et 5e. Pour la première fois de la saison aucune Ferrari n'était sur le podium à l'arrivée. Frédéric Vasseur a trouvé une explication.

Ferrari a connu un week-end plus compliqué que les précédents, loin du rythme des Red Bull et devancé par la McLaren de Lando Norris, le cheval cabré s'en sort tout de même avec un tir groupé en course. Le souci ce week-end pour les Rouges s'est déroulé pendant la qualification avec un rythme très lent.

Partir derrière vous conditionne la course car même si vous êtes plus rapide, si vous ne dépassez pas immédiatement, vous restez derrière et vous consommez plus de pneus. S'il y a quelque chose qui ne s'est pas bien passé, c'est bien la qualification, expliquait Frédéric Vasseur au média italien Formu1a.Uno.

Ferrari et les erreurs

Le manager français est revenu sur ce week-end en pointent le trop-plein d'erreur de l'écurie. Au final, nous sommes partis derrière Norris et Perez et c'est ainsi que nous avons terminé la course. Il y a eu trop d'erreurs, de la part de tout le monde, et nous n'avons pas tiré le maximum du potentiel de la voiture. Il ne s'agit pas d'améliorations, il s'agit d'exploiter le potentiel de la voiture et nous ne l'avons pas fait ce week-end, poursuit-il. Sur le premier week-end sprint de la saison, la SF-24 a manqué de performance. Le manque d'essai libre a joué également en la défaveur des Rouges sur un circuit ou la F1 ne s'était pas rendu depuis 5 ans.

Une piste difficile

Depuis le dernier Grand Prix de Chine en 2019, l'asphalte a été resurfacé mais n'ayant pas les mêmes normes qu'en Europe certaines parties du tarmac ont posé problèmes aux pilotes. “Personne n'a testé sur ce circuit et la situation était la même pour nous. Il est vrai que le problème de l'asphalte ne nous a pas aidés, mais ce n'est pas une excuse. Nous avons commis des erreurs lors de la phase de préparation et d'autres ont fait mieux. C'est à nous de travailler pour faire mieux la prochaine fois. Max est parfois plus rapide, mais il y a toujours six ou sept voitures qui se tiennent en un demi-dixième ou un dixième maximum. C'est une question de détail et, on peut passer du héros à l'idiot,” conclut-il.

Passionné de sport et des Girondins de Bordeaux. Bercés par les arrêts de Cédric Carrasso, les coups de casque de Wendel et la finesse de Yoann Gourcuff dans un stade Chaban-Delmas en feu ! Fan de la Ligue des talents, sans oublier les coups de volant de Fernando Alonso, les attaques de Thibaut Pinot ou les atémis du général du ring Gunther.

Dernières publications

En haut