J3 – Japon 2014 : le monde automobile en deuil

0
Ligue 1

Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un GP particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries… de nombreux événements ont marqué la F1 jusque là. Aujourd’hui, pour le troisième jour, retour sur une course particulièrement triste : le Japon 2014, avec le décès du français Jules Bianchi.

 

Le contexte

La quinzième manche de la saison 2014 de Formule 1 a pris place au Japon, et plus précisément à Suzaka le weekend du 5 octobre. A cause d’un typhon qui touchait l’archipel, les pilotes ont dû s’élancer en pneu pluies. Concernant le championnat du monde, la bataille entre les pilotes Mercedes faisait rage. D’un côté, Lewis Hamilton avec 266 points face à son coéquipier Nico Rosberg avec 256 points. A ce moment-là, Max Verstappen devenait le plus jeune pilote à prendre part à une séance d’essais libres dans un Grand-Prix de F1. Sébastian Vettel venait également d’annoncer son départ de Red Bull vers Ferrari, après plusieurs années de bons et loyaux services.

 

Le drame de Jules Bianchi

Tout se déroulait bien jusqu’au quarante-deuxième tour de course. Le temps ne s’était toujours pas amélioré et les conditions furent toujours aussi difficiles. Un tour plus tôt, Adrian Sutil a écrasé sa Sauber C33 dans le virage 7 après un aquaplanage. Le drapeau jaune est bien évidemment sortit et un véhicule est déployé pour retirer la voiture du pilote Sauber. Mais un tour plus tard, Jules Bianchi perd le contrôle de sa Marussia au même endroit que Sutil un tour plus tôt.

Le français vient alors encastrer très violemment sa voiture dans la dépanneuse. Il sera extirpé de la monoplace, inconscient, et transporté de toute urgence à l’hôpital Mie de Yokkaichi. Sa tête a été particulièrement touchée et Bianchi est plongé dans le coma. Neuf mois plus tard, le 17 juillet 2015, il décédera des suites de ses blessures. La course a été arrêtée après ce terrible drame. Le dernière pilote a être mort en F1 fut Ayrton Senna en 1994 à Saint-Marin.

Never forgotten. jules bianchi: 3 august 1989 – 17 july ...

Une grosse pensée à Jules Bianchi, décédé lors du GP du Japon 2014. (crédits : scoopnest)

 

Les résultats du weekend

Qualifications

Nico Rosberg aura dominé les débats en qualifications, en assénant près de trois dixièmes à Lewis Hamilton. À deux minutes de la fin de la séance, tous les pilotes sont en piste pour une dernière tentative. Nico Rosberg améliore en 1:32.506 et réalise la douzième pole position de sa carrière. Lewis Hamilton l’accompagne en première ligne, les Williams de Bottas et Massa occupent la deuxième ligne. Suivent Alonso et Ricciardo qui précèdent les deux McLaren de Magnussen et Button et enfin Vettel et Räikkönen.

Course

Lewis Hamilton aime les courses où il pleut. Il en raffole même. Et malgré la pôle de Nico Rosberg la veille, le britannique aura réussi à inverser la tendance et à prendre la première place pour remporter la course. Ce fut la trentième de sa carrière dont la huitième cette saison-là. Sebastian Vettel complète le podium. Côté tricolore, Romain Grosjean termine 15e avec sa Lotus et Jean-Eric Vergne 9e avec sa Toro Rosso. On peut également souligner les bonnes performances des Williams de l’époque, avec des 6e et 7e place, respectivement par Bottas et Massa.

 

Malheureusement, les accidents dramatiques se produisent toujours, la preuve l’année dernière avec Anthoine Hubert, décédé en F2 sur le circuit de Spa-Francorchamps. Bien évidemment, nous pensons à eux ainsi qu’à leur famille.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here