F1 – Hamilton, der Meister am Nürburgring

0
Lewis Hamilton est aujourd'hui devenu l'égal de Michael Schumacher, remportant sa 91e victoire, ici au Nürburgring. Crédits photo : @MercedesAMGF1
Ligue 1

Hamilton est devenu aujourd’hui l’égal de Michael Schumacher, remportant sa 91e victoire, sur les terres du septuple champion du Monde. Au terme d’une course dont il aura très rapidement pris la mesure, il s’impose devant Verstappen, le seul qui a réussi à faire bonne figure face à lui. Autre événement de ce week-end, la troisième place de Ricciardo avec Renault, qui signe un premier podium pour la firme française depuis 2011 en tant que constructeur.

Hamilton, briseur de records

C’en est fini de l’hégémonie de Michael Schumacher. Il n’est aujourd’hui plus le seul en tête du nombre de victoires en Formule 1. Hamilton a donc égalé le Baron Rouge, en signant une 91e victoire sur le tracé du Nürburgring après une course en tête maîtrisée. Il fut un temps inquiété par Valtteri Bottas, mais le Finlandais n’a pas pu finir la course. Victime d’une perte de puissance, il a dû se résoudre à abandonner, avant même la mi-course. À partir de là, personne n’a pu reprendre le Britannique, simplement trop fort, même lors des restarts.

À l’arrivée, comme un symbole, Mick Schumacher a remis un casque très reconnaissable, celui de son père. Hamilton est d’ailleurs paru très ému à la réception de ce présent. Laissant son propre casque en bas du podium protocolaire, il a tenu à monter sur la plus haute marche du podium avec le casque de l’Allemand. 182 victoires montaient alors sur la plus haute marche.

Ricciardo lâche les fauves

Enfin ! Quelle disette ce fut pour Renault et pour Ricciardo, privés de podium depuis trop longtemps. Depuis la Malaisie 2011, et une troisième place de Nick Heidfeld, Renault n’avait plus été représentée sur le podium. C’en est fini, grâce à Ricciardo qui se place 3e de ce GP de l’Eifel. Longtemps abonné aux 4e places, il décroche enfin un trophée pour l’écurie qu’il quittera en fin d’année. La structure française, clairement la 3e force du plateau à l’heure actuelle, est récompensée de ses efforts. “La consistance paye”, déclarait Ricciardo à son ingénieur, et on ne peut que lui donner raison. Cyril Abiteboul va devoir s’y faire, le tatouage va bientôt arriver.

Superbe course de Leclerc, qui finit 7e, juste derrière Gasly. Les deux francophones ont parfaitement géré leurs pneumatiques, pour marquer de bons points. Pérez pourra regretter la petite erreur stratégique commise par son écurie, l’arrêtant un tour trop tard après l’abandon de Norris. Autres satisfactions : la 8e place de Hülkenberg, qui n’avait roulé que 10 tours en qualifications avant ce GP, la 9e place de Grosjean, qui compte plus de points que Magnussen au général, et la 10e place de Giovinazzi. Sainz est lui 5e, et c’est donc un Top 10 de pilotes heureux qui se dégage. Chacun est à une bonne place, remplissant ses objectifs.

5 abandons, et du dégât

Kimi Räikkönen fêtait ce jour son 323e départ en Formule 1, mais ce ne fut pas de tout repos. Départ raté, accrochage avec Russel précipitant l’abandon de la Williams, pénalité… Bref, rien de bon à garder. Sa réaction à l’arrivée, lorsqu’on le congratule pour son record, est du Kimi dans le texte : lacunaire. Il gâche en tout cas la bonne course de Russel, qui aurait pu marquer des points.

Autre pilote extrêmement décevant aujourd’hui, c’est le Thaïlandais Alex Albon. À vouloir surpiloter, il s’est brûlé les ailes à bord de sa Red Bull. Complètement fautif sur l’accrochage avec Kvyat qui arrache le nez du Russe, il abandonne deux tours après, au moment où sa pénalité tombait. Officiellement, c’est un problème moteur qui l’a contraint à l’abandon. Ocon a également été victime d’un problème mécanique (fuite d’huile), tout comme Bottas, qui a perdu toute puissance moteur. Quant à celui de Norris, il s’est arrêté net.

Course ô combien symbolique et émotionnellement forte aujourd’hui. Hamilton est devenu l’égal de l’illustre Michael Schumacher, Kimi Räikkönen est le pilote le plus capé, et Ricciardo s’offre un podium, deux ans et demi après son dernier, et offre à un Renault une magnifique récompense. Comme ces dernières années, les GP disputés en Allemagne ne déplaisent pas. Ce fut encore une France réussite ici au Nürburgring, pour le GP de l’Eifel. Prochain rendez-vous : Portimao, du 23 au 25 Octobre.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here