F1

Les qualifications sprint font leur apparition

C’est officiel ! Votées ce lundi, les qualifications sprint voient le jour dans la catégorie reine du sport auto. Trois Grands Prix vont être choisis pour tester cette nouvelle épreuve qui amène avec elle son lot de changements et de nouvelles règles. 

Habituellement décidée au chronomètre, la pole position sera maintenant attribuée après 100 km. Votée ce lundi, la qualification sprint fera son apparition sur deux week-ends de course en Europe et un non-européen. La FIA n’a pas encore décidé où, mais tout porte à croire que Silverstone (Angleterre), Monza (Italie) et Interlagos (Brésil) seront les circuits tests de ce nouveau format.

Un week-end type 

Comment se passera un week-end de qualification sprint ? Tout est chamboulé : le vendredi matin, les pilotes s’élanceront pour la première séance d’essais libres avec deux trains de gomme choisis par les écuries. Le vendredi en fin d’après-midi, les monoplaces prendront part à des qualifications basiques (Q1, Q2, Q3) pour déterminer l’ordre de départ du samedi. Les pilotes disposeront pour cette séance de cinq trains de gommes tendres obligatoirement.

Le samedi matin, les écuries pourront encore travailler grâce à une nouvelle séance d’essais libres d’une heure. Les équipes pourront encore utiliser un train de gomme au choix. Le samedi après-midi, la qualification sprint remplacera la qualification basique. L’ordre de départ a été défini le vendredi. Les pilotes prendront part sur la grille pour un départ arrêté. Au bout de 100 km, la qualification s’achève. L’ordre d’arrivée détermine la grille du départ le dimanche. Lors de cette petite course, les pilotes ne sont pas dans l’obligation de passer par les stands, mais peuvent utiliser le DRS. Deux trains de gomme leur seront attribués. Cette qualification de 100 km déterminera le poleman, et les trois premiers recevront respectivement 3,2 et 1 point au championnat.

Le dimanche, la course se déroulera de manière classique. Les pilotes partiront dans l’ordre d’arrivée de la veille. Les écuries pourront choisir avec quels pneus les monoplaces prendront le départ.

Les changements de règles

Concernant la règle du parc fermé, celle-ci démarrera le vendredi avec un système légèrement allégé. Cela a pour but d’empêcher les écuries de modifier des pièces majeures afin de construire une voiture différente pour les qualifications. Mais l’allégement de ce parc fermé permet aux ingénieurs de reconfigurer les monoplaces pour les essais du samedi matin.

Dès le début de la qualification sprint le samedi, les écuries seront sous régime total du parc fermé. Seuls la répartition du poids, le refroidissement de puissance et de la boite de vitesse pourront quant à eux être ajustés si la température varie d’au moins 10°C une heure avant le début des qualifications.

Sous conditions humides, les écuries auront à disposition quatre trains de gomme intermédiaire et trois trains de pneus pluie. Si la pluie s’abat sur les essais libres 1, les équipes pourront bénéficier d’un nouveau train de pneus intermédiaire, mais devront rendre un train usagé. Si une averse tombe sur l’asphalte pendant les qualifications du vendredi ou les qualifications sprint du samedi, les écuries pourront bénéficier d’un train de gomme neuf en échange d’un usagé.

Renforcer l’intérêt du vendredi

Une question légitime que tout le monde est en droit de se poser : à quoi servent les qualifications sprint ? Avec cette nouvelle formule, la FIA veut renforcer l’intérêt du vendredi et du samedi. Autrement dit, un enjeu plus important en début de week-end permet de gagner de la visibilité et des téléspectateurs le vendredi et le samedi. Le gain de points le samedi oblige les pilotes à ne pas rater cette qualification sprint. Au vu du début de saison, le championnat risque d’être très disputé et chaque point va compter. De plus, ce gain de points pourrait permettre à certaines pole position de gagner de la valeur, comme par exemple celle de Sotchi. L’apparition des qualifications sprint diminuera le nombre de séances d’essais libres. Les écuries seront donc moins préparées et disposeront de moins de certitude quant à la fiabilité de leurs monoplaces. Dans un communiqué, Jean Todt se dit très heureux que la “Formule 1 cherche de nouvelles manières d’augmenter le spectacle sur un week-end de course à travers le concept des qualifications sprints.”

Ces qualifications sprint vont avoir un impact sur la saison de F1. Seront-elles décisives pour le championnat ? Réponse cette saison. 

Crédit photo : Sam Bloxham / LAT Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire