Formule 1

F1 : L’histoire de la F1 aux États-Unis

F1

Miami deviendra le 11e site américain à avoir accueilli une manche du championnat du monde de Formule 1 en 2022, après avoir signé un contrat de 10 ans à cet effet cette saison. Mais où la F1 a-t-elle couru ailleurs aux États-Unis ? Nous examinons chaque site à tour de rôle …

Indianapolis

19 courses, 1950-1960 (sous le nom d'Indianapolis 500) et 2000-2007 (sous le nom de US Grand Prix)

Pendant 11 ans, de 1950 à 1960, l'Indianapolis 500 a fait partie du championnat du monde. Cependant, il était pratiquement impossible pour les équipes ou les pilotes de F1 basés en Europe de faire le voyage jusqu'aux États-Unis pour participer à cette course hautement spécialisée, disputée avec des machines différentes. Mais les courses de F1 finiront par se dérouler au Brickyard en colère, bien qu'en sens inverse grâce à la création d'un nouveau circuit qui jumelle une partie importante du célèbre ovale avec une nouvelle section intérieure pour créer un parcours routier unique de 4,1 kilomètres.

À lire aussi : Le point sur les contrats des différents pilotes

Le premier des huit Grands Prix américains consécutifs à Indy a eu lieu en 2000 et les tribunes étaient bondées, avec environ 250 000 fans venus assister à l'action. David Coulthard (McLaren) prend l'avantage sur Michael Schumacher (Ferrari) au départ, mais il est ensuite sanctionné pour avoir sauté le départ. L'Allemand a triomphé, menant son coéquipier Rubens Barrichello.

Sebring

Une course, 1959

Le premier Grand Prix des États-Unis de l'ère du championnat du monde a eu lieu en 1959 au Sebring International Raceway, un circuit routier construit sur une ancienne base aérienne militaire en Floride. C'est la neuvième et dernière manche de la saison 59 et, pour la première fois depuis le championnat inaugural de 1950, trois pilotes – Jack Brabham, Stirling Moss et Tony Brooks – ont une chance de remporter le titre mondial.

Brabham est le favori et mène la course jusqu'à 400 mètres de l'arrivée, lorsqu'il tombe en panne de carburant. Dans un moment de grand drame, “Black Jack” saute alors de sa voiture et parvient à rassembler juste assez de force pour franchir la ligne en quatrième position avant de s'effondrer au sol, épuisé. Ce n'était pas conventionnel, mais Brabham était devenu le premier champion du monde australien, tandis que sa malchance avait permis à McLaren, 22 ans, de devenir le plus jeune vainqueur de l'histoire de la F1 – un record qui a tenu jusqu'en 2003, date à laquelle il a été éclipsé par Fernando Alonso, qui a ensuite été éclipsé par Max Verstappen en 2016.

Riverside

Une course, 1960

Le Riverside International Raceway, situé dans la ville de Riverside en Californie du Sud, a accueilli le Grand Prix des États-Unis en 1960. Le circuit, qui était adossé à la chaîne de montagnes San Bernardino, était remarquable pour sa topographie vallonnée et sa ligne droite de 1,8 km (1,1 mile).

L'unique course du championnat du monde disputée sur le site a été dominée par Stirling Moss, qui s'est imposé depuis la pole position au volant de sa Lotus 18-Climax pilotée par Rob Walker, battant le pilote de la Lotus d'usine Innes Ireland de quelque 38 secondes. Bien que la F1 ne soit jamais revenue à Riverside, le circuit a continué à fonctionner jusqu'en 1989 avant d'être vendu pour des raisons immobilières.

Watkins Glen

20 courses, 1961-1980

Après de brefs batifolages en Floride et en Californie, le Grand Prix des États-Unis a trouvé un domicile plus permanent en 1961 : Watkins Glen, dans le pittoresque nord de l'État de New York. The Glen”, comme on l'appelait, était un circuit très rapide construit autour d'une colline boisée, et est rapidement devenu le lieu de prédilection des pilotes. Innes Ireland offre à l'équipe Lotus de Colin Chapman sa première victoire en championnat du monde lors de la course inaugurale de Watkins Glen, déclenchant une série de succès britanniques qui se poursuivra pendant huit ans.

Les deux vainqueurs britanniques les plus prolifiques sont Graham Hill et Jim Clark, chacun ayant remporté la course à trois reprises. Le circuit, qui a toujours attiré des dizaines de fans passionnés, a été allongé de plus d'un mile avant la course de 1971 et a continué à accueillir 10 autres Grands Prix avant de disparaître du calendrier après 1980.

F1

Long Beach

Huit courses, 1976-1983

Pendant huit ans, à la fin des années 70 et au début des années 80, les Formule 1 ont couru dans les rues bordées de palmiers de Long Beach, en Californie. Comme beaucoup de circuits de rue, Long Beach – qui a été conçu comme “Monaco sur la côte ouest de l'Amérique” – était très bosselé et sinueux par endroits, mais il y avait aussi des sections à grande vitesse, notamment le long de Shoreline Drive et Ocean Boulevard, aux noms évocateurs.

Il y a eu plusieurs courses marquantes dans l'histoire du Grand Prix Ouest des États-Unis, comme on l'appelait alors, notamment la victoire de John Watson depuis la 22e place sur la grille de départ en 1983. Mais la course la plus mémorable est sans doute celle de 1977, remportée par le favori local Mario Andretti après une lutte tardive avec Jody Scheckter. Le pilote Lotus a dépassé le Sud-Africain à moins de trois tours de l'arrivée pour faire vibrer les fans locaux, tandis que Niki Lauda de Ferrari a également battu Scheckter pour terminer deuxième.

Patrick Tambay (FRA) Ferrari 126 C2 B leads teammate Rene'Arnoux 3rd position – www.xpbimages.com, EMail: requests@xpbimages.com © Copyright: Photo4 / XPB Images

Las Vegas

Deux courses, 1981-1982

Pour ceux qui sont trop jeunes pour s'en souvenir, l'idée d'organiser une course de F1 dans le parking de l'hôtel-casino Caesars Palace à Las Vegas peut sembler absurde, mais pendant deux ans, au début des années 80, c'était une étrange réalité. La première course sur cette piste bordée de barrières en béton, avec départ arrêté, a été non seulement la dernière course de la saison 1981, mais aussi une course décisive pour le titre.

Carlos Reutemann (Williams) et Nelson Piquet (Brabham) sont en lice pour le championnat des pilotes. Après une course tendue, c'est ce dernier qui remporte la couronne, le Brésilien terminant cinquième derrière le vainqueur Alan Jones (en tête sur cette photo). Les courses de F1 retournent dans le désert du Nevada pour la dernière fois en 1982, pour un autre titre décisif, Michele Alboreto (Tyrrell) remportant les honneurs de la course, tandis que Keke Rosberg remporte le championnat du monde.

Détroit

Sept courses, 1982-1988

L'ajout d'un Grand Prix de Détroit au calendrier en 1982 fait des États-Unis le premier pays à accueillir trois courses du championnat du monde en une saison. Malheureusement, la piste, qui s'enroule autour du centre-ville de la capitale américaine de l'automobile, est fade et bosselée, avec une prédominance de virages lents à 90 degrés.

Ayrton Senna s'est imposé comme un spécialiste de Detroit, remportant trois victoires consécutives sur ce circuit mal-aimé du Michigan entre 1986 et 1988, tandis que John Watson s'imposait depuis la 17e place sur la grille de départ lors de la course inaugurale !

Dallas

Une course, 1984

“La seule chose qui soit bonne”, a déclaré Alain Prost à propos du premier circuit de Grand Prix du Texas, “c'est que tout à coup, Détroit n'est pas si mal…”. Heureusement pour le Français et ses collègues pilotes de F1, ils n'ont fait qu'une seule course sur le circuit effrayant, rapide et très bosselé du Fair Park de Dallas après un événement chaotique en 1984.

Tenue, de manière assez surprenante, en juillet, alors que les températures à “Big D” dépassaient régulièrement les 100 degrés Fahrenheit (37 degrés C), il n'est guère surprenant que des parties de la surface de la piste aient commencé à fondre, entraînant l'annulation de l'échauffement matinal.

Malgré les menaces de boycott de la part des pilotes, la course s'est finalement déroulée comme prévu et s'est avérée être une sorte de doozy avec Keke Rosberg de Williams – aidé par une calotte refroidie à l'eau sous son casque – remportant sa seule victoire de l'année. Mais pour beaucoup, le souvenir le plus marquant de la course est le spectacle d'un Nigel Mansell épuisé qui s'effondre après avoir essayé de pousser sa Lotus en panne pour franchir la ligne d'arrivée.

Phoenix

Trois courses, 1989-1991

Le circuit de Phoenix a été construit autour du système de grille de la ville d'Arizona et donc, comme à Détroit, il comporte une abondance de virages à angle droit peu inspirants. Comme à Dallas, la course inaugurale de 1989 s'est déroulée sous la chaleur intense de l'été et sur les 26 voitures qui ont pris le départ, seules six étaient en course à l'arrivée. La course de 1990, qui a lieu au printemps, est beaucoup plus excitante. Jean Alesi, de Tyrrell, se bat pour la victoire contre Ayrton Senna, de McLaren.

Le Français perd finalement la querelle des roues, mais en rentrant deuxième, il a marqué sa carte de future star de la F1. Senna, quant à lui, a consolidé sa position de roi des circuits de rue américains en dominant la dernière course à Phoenix en 1991.

Austin

Huit courses à ce jour, 2012-2019

Après une absence de cinq ans, le Grand Prix des États-Unis est revenu au calendrier en 2012 avec une course sur le tout nouveau Circuit of The Americas à Austin, au Texas – le premier circuit du pays construit pour la compétition de F1. Contrairement au précédent site du Grand Prix du Texas, Austin est éminemment praticable, l'architecte du circuit Hermann Tilke s'inspirant de la Senna S d'Interlagos (pour les virages 2 et 3), de l'épique section Maggotts/Becketts de Silverstone (pour les virages 4-6) et du célèbre virage 8 à plusieurs pentes d'Istanbul Park (pour les virages 16-18).

Lewis Hamilton de McLaren a triomphé lors de l'événement inaugural après un dépassement en fin de course sur Sebastian Vettel de Red Bull (le vainqueur en 2013), et le circuit a tenu un classique en 2018 lorsque Kimi Raikkonen a remporté sa dernière victoire pour Ferrari.

Dernières publications

En haut