Formule 1

F1 – Que peut-on retenir du dernier week-end de pré-saison ?

F1

F1 – La pré-saison de la Formule 1 a pris fin ce week-end à une semaine du Grand Prix de Sakhir à Bahrein. Quels sont les derniers enseignements à tirer avant le grand début de la saison ? 

Les Red Bull sont sortis tardivement du garage à Bahreïn ce samedi, alors qu'ils terminaient de monter des pièces améliorées sur leur voiture. Quand elles sont enfin sortîtes, elles ont eu un impact immédiat. Dès son premier tour de piste, Sergio Perez s'est hissé en tête du classement.  C'était avant que son coéquipier et champion du monde en titre, Max Verstappen ne s'élance en piste. Le néerlandais a bouclé tranquillement la journée en tête devant Charles Leclerc et sa Ferrari. Bien sûr, ce ne sont que des essais, cela ne veut rien dire, personne ne connaît les spécifications dans lesquelles toutes les voitures roulaient. Une chose qui est sûr c'est que Red Bull Racing est très rapide.

Parmi leurs rivaux potentiels les plus évidents, Ferrari a également créé une forte impression – ils ont été rapides et réguliers dès le début des essais en Espagne il y a deux semaines. Mercedes, quant à elle, semble être en difficulté. Du moins à première vue, et si l'on en croit les déclarations de Lewis Hamilton.

Red Bull et Ferrari, les gagnants de la pré-saison de F1

La voiture Red Bull a fait une forte impression dès son dévoilement en Espagne le mois dernier, et avant même qu'elle n'apparaisse dans sa forme améliorée samedi, l'équipe semblait optimiste. “Tout est très positif”, a déclaré l'ingénieur en chef Guillaume Rocquelin dans le communiqué de presse de l'équipe vendredi soir. “Nous étions raisonnablement compétitifs à la fin sans même essayer”. Cette remarque a attiré l'attention car il s'agissait d'une déclaration inhabituellement optimiste de la part d'une personnalité de Red Bull Racing F1.

Lorsque Perez est sorti du garage le lendemain matin, la voiture arborait de nouveaux sidepods et un plancher révisé, et l'impression qui a prévalu tout au long de la journée était que cette mise à niveau avait transformé la voiture. Les tours rapides semblaient venir facilement, et la voiture semblait très bien tenir sur la piste, ne montrant aucun des rebonds aérodynamiques ou “porpoising” qui ont tourmenté de nombreuses équipes cette pré-saison.

Lorsque Verstappen a pris la tête des essais de F1, il l'a fait malgré un tête-à-queue à la sortie du dernier virage. Ses pneus n'étaient donc pas dans un état optimal lorsqu'il a réessayé un tour plus tard. Mais il a tout de même battu Leclerc de 0,4 seconde en utilisant le même composé de pneus C4 que celui utilisé par la Ferrari pour établir son temps. L'écart s'est creusé lorsque Verstappen a essayé les pneus C5 les plus tendres quelques minutes plus tard. Verstappen, comme d'habitude, a été concis et succinct. “C'était juste une progression générale de la journée et juste essayer quelques pneus différents”, a-t-il déclaré. “La voiture se sentait bien. Nous avons suivi le programme que nous avions prévu. Avec les nouvelles pièces qui sont arrivées aujourd'hui, elles ont bien fonctionné.”

Ferrari semble également forte et a été l'équipe la plus régulièrement en tête pendant six jours d'essais en Espagne et au Moyen-Orient. Après deux années difficiles, leurs pilotes ne prennent rien pour acquis. “Rapide, je ne sais pas“, a déclaré Leclerc. “Fiable, oui. C'est un bon début. Cela ne signifie pas vraiment quelque chose jusqu'à maintenant. Le fait que la voiture soit fiable et que nous puissions faire beaucoup, beaucoup de tours nous aide. Je suis presque sûr que Red Bull et Mercedes resteront les équipes à battre. Nous travaillons dur et ce n'est pas mauvais pour l'instant mais nous devons continuer à travailler. Mercedes cache ses gains massivement. Red Bull aussi. Elles et McLaren sont toutes des équipes qui n'ont pas encore montré leur vraie performance. Nous n'avons pas non plus montré notre performance maximale mais nous ne savons pas quelle est leur marge” explique le pilote monégasque.

Les Mercedes sont-elles en difficulté ?

Chez Mercedes, les choses ne semblaient pas si roses. Lewis Hamilton et son nouveau coéquipier George Russell ont été catégoriques sur la réalité de leurs problèmes. Avant que Verstappen n'utilise la Red Bull révisée lors de la dernière après-midi d'essais, Hamilton est apparu mécontent de sa voiture lors de la conférence de presse. A la question de savoir s'il serait en pole et gagnerait la course si le grand prix avait lieu maintenant, Hamilton a répondu : “Pour le moment, non. Je suis sûr que tout le monde peut s'en rendre compte : nous ne sommes pas les plus rapides pour le moment. Ferrari semble être la plus rapide, puis peut-être Red Bull, et ensuite peut-être nous ou peut-être McLaren, je ne sais pas. Mais nous ne sommes pas au top actuellement.” 

Avant d'ajouter :  “Évidemment, il est un peu trop tôt pour avoir ce genre de pensées mais pour le moment, je ne pense pas que nous allons nous battre pour les victoires. Il y a du potentiel dans notre voiture pour y arriver. Nous devons juste apprendre à l'extraire et à résoudre certains problèmes, et c'est ce sur quoi nous travaillons. La semaine prochaine, nous aurons une bien meilleure démonstration de notre rythme, mais je pense que les gens seront peut-être surpris. Ou du moins, les gens continuent de parler de nous en train de nous rabaisser. Mais c'est un peu différent cette année.”

Cependant Mercedes était aussi en difficulté lors du début de la saison dernière de F1. Hamilton avait tout de même remporté la première course, même s'il était à 0,4secs de Verstappen en qualification. Et il y a eu des années précédentes qui ont suivi le même scénario. C'est en tout cas ainsi que le coéquipier de Leclerc, Carlos Sainz, a vu les choses. S'exprimant avant que Hamilton n'ait fait ses remarques, en référence à des remarques similaires de Russell précédemment, l'Espagnol a déclaré : “C'est typique de Mercedes – faire du battage autour des autres, puis arriver à la première course et écraser la concurrence. Si c'était la première saison qu'ils le faisaient, je les croirais peut-être, mais ils le font depuis cinq ou six ans maintenant et ils continuent à nous surprendre dès la première course. Donc, comme vous pouvez l'imaginer, je ne crois pas grand-chose. Déjà dans le GPS, nous pouvons voir ce qu'ils font et, oui… je ne vais pas en dire beaucoup.”

Sainz faisait référence aux données de suivi de la vitesse dont disposent toutes les équipes et qui laissent entendre que Mercedes roulait avec son moteur réglé au plus bas. La Mercedes était certainement moins rapide en ligne droite à Bahreïn. Mais il est impossible de dire si cela exactement la raison de cette baisse de vitesse. Hamilton a conclu sa conférence de presse en affirmant : “Elle n'est pas aussi bonne. Je ne pense pas que nous allons être aussi bons que l'année dernière, avec les essais difficiles et ensuite passer à la course. Nous avons des défis bien plus importants cette fois-ci et ce ne sont pas des tournées d'une semaine. Cela va prendre un peu plus de temps. D'après ce qu'on m'a dit, nous avons une quantité considérable de rythme à trouver.”

Qu'en est-il des autres ?

McLaren a terminé le premier test en Espagne avec de très bonnes performances. Ils semblaient avoir réduit l'écart avec les grosses écuries et semblaient être parmi les équipes les plus compétitives. Mais les choses ne se sont pas passées aussi bien à Bahreïn en raison d'un problème de freins causés par la chaleur du désert. De nouvelles pièces devraient être acheminer pour le Grand Prix dimanche prochain.

Dans l'ensemble, le peloton semble s'être considérablement resserré et personne ne sait comment les équipes se répartiront lorsque les choses deviendront sérieuses, Alpine, Alpha Tauri, Alfa Romeo et même Haas réalisant toutes des temps rapides.

C'est une nouvelle ère de la F1. Toutes les équipes et tous les pilotes ont parlé du fait que les équipes sont sur la pente ascendante. Cependant être rapide à Bahreïn n'est pas une garantie de le rester sur 22 ou 23 courses de F1.

 

Dernières publications

En haut